La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rentrée scolaire : À quel coût ?
Publié dans Finances news le 07 - 09 - 2006

* La rentrée est devenue un cortège de dépenses qui oblige les familles à débourser jusqu'au dernier sou.
* Les prix des fournitures scolaires connaissent d'année en année une ascension des plus spectaculaires.
La reprise après les vacances s'avère onéreuse sur tous les plans. La hausse des prix est un sujet d'actualité dans tous les supports médiatiques. Et parmi les dépenses ayant bien pesé sur le budget des ménages, celle de la rentrée scolaire figure en bonne position. Le comble est que ces dépenses se traduisent souvent par un endettement pour des ménages qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts. D'année en année, à chaque rentrée scolaire, les parents constatent des abus intolérables concernant la demande de fournitures scolaires par les enseignants aux familles, et ce dès l'école maternelle. Des plaintes successives ont souvent attiré l'attention sur cette situation récurrente, doléances qui restent souvent lettre morte.
C'est dans cet esprit que s'inscrit la mise en place de nouvelles formules de financement. Le problème est que ces personnes se retrouvent souvent dans un cercle vicieux parce que pour profiter d'un nouveau crédit, elles sont appelées à rembourser l'ancien. D'aucuns estiment ne plus pouvoir bénéficier d'un crédit parce qu'ils ont des antécédents et sont facilement détectés par la centrale des contentieux. Ceci pour dire que les sociétés de financement sont sur leur garde, essentiellement dans un contexte marqué par la nécessité d'une meilleure maîtrise des créances en souffrance et d'une meilleure conformité aux règles de Bâle II.
Depuis lundi dernier, c'est l'affluence dans les écoles privées. C'est la rentrée scolaire pour les classes maternelles et les primaires.
L'énergie : quel impact
sur la rentrée scolaire ?
Et pour chaque rentrée scolaire, c'est toujours le même refrain. Pour que les enfants reprennent tranquillement le chemin de l'école, leurs cartables doivent contenir tout ce que réclame leur bonne éducation. Les parents doivent investir les grandes surfaces et les grandes librairies : leur but est de trouver les fournitures les moins chères qui pourront à la fois satisfaire leurs mômes et leurs enseignants. Et pour chaque rentrée, c'est toujours le même constat : l'éducation coûte de plus en plus cher et les sommes en jeu sont bien rondelettes.
La rentrée est devenue un cortège de débourser qui oblige les familles à dépenser jusqu'au dernier sou. Au cours de la dernière quinzaine du mois d'août, les rayons des fournitures solaires sont pris d'assaut. Malgré la liste des fournitures scolaires données avant l'été, les retardataires et adeptes des achats de dernière minute sont encore très nombreux.
Les dernières statistiques du ministère de l'Education Nationale indiquent que les inscrits dans le secteur privé sont au nombre de 848.000, soit 6% de l'enseignement. Le but du ministère de l'Education Nationale et de la Recherche Scientifique est que l'enseignement privé représente 20%. D'après Abdesslam Zerouali, responsable au sein du ministère : « Cet objectif est tout à fait normal dans une situation saine parce que les deux systèmes sont tout à fait complémentaires». Il estime par ailleurs que le recours de plus en plus massif à l'enseignement privé s'explique par sa qualité et par les différents avantages qu'il offre par rapport à l'enseignement public. Mais toujours est-il que l'accès à l'enseignement privé reste onéreux pour de nombreuses familles au revenu moyen.
A l'instar des frais d'inscription qui sont élevés, les prix des fournitures scolaires connaissent d'année en année une ascension des plus spectaculaires. «Les prix de certains livres n'ont pas bougé, mais pour les nouveaux ouvrages, il faut dire que leurs prix sont très élevés».
«A cela, il faut ajouter que la liste des fournitures scolaires est très longue», nous confie un libraire. La hausse du prix de l'énergie a eu une répercussion de plus qu'en 2005 en ce qui concerne les fournitures papetières. Il faudra ainsi débourser plus pour l'achat de papiers à dessin, classeurs ou intercalaires. La plus forte augmentation est à noter pour les fournitures non papetières, les tubes de gouache, les sacs à dos, les calculatrices.
Certes, les frais varient d'une école à l'autre, mais il faut dire que l'école la moins chère coûte 500 DH par mois.
Pour M. H., cadre bancaire : « J'ai deux petites filles inscrites dans une école privée, pour cette rentrée j'ai déboursé 8.000 DH entre frais de scolarité et manuels scolaires». Comment s'est-il donc procuré cette somme sachant que son salaire oscille entre 9.000 et 10.000 DH/mois)? Il a préféré puiser dans les facilités offertes par la banque.
Et pour H. B., cadre dans une grande société, la rentrée lui a coûté 3.500 DH entre frais de scolarité et fournitures pour son fils unique.
Le calvaire dans lequel vivent les familles à revenu moyen est presque le même que celui des familles démunies à quelques différences près. Parce que, conformément à la pyramide de Maslow, chaque fois que les revenus augmentent, les besoins suivent aussi la même tendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.