Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Semences : La filière stagne
Publié dans Finances news le 21 - 03 - 2017

Les exploitants préfèrent les produits étrangers, entraînant une hausse du nombre des importateurs. Au niveau de la R&D, seul l'INRA mène le bal avec une contribution timide des universités et une quasi-absence du secteur privé.
Le secteur semencier au Maroc a connu depuis le début des années 1970 un développement soutenu ayant permis la création d'un patrimoine génétique végétal national de qualité, la mise en place d'une règlementation adaptée, l'utilisation croissante des semences par les agriculteurs, et l'émergence d'opérateurs privés et d'associations professionnelles. Cependant, depuis quelques années, ce développement s'est essoufflé, entraînant sa stagnation voire sa régression. Cette situation est visible à travers divers indicateurs, notamment la diminution au niveau de la création variétale ou une stagnation de l'évolution des superficies, de la production et de la commercialisation de ces produits. «Malgré les efforts alloués, le taux d'utilisation des semences certifiées au niveau des céréales d'automne reste faible avec une moyenne de 15% contre 35%, taux préconisé par l'Organisation mondiale de l'agriculture et de l'alimentation (FAO). Cela a eu des effets negatifs sur les rendements. Si le Maroc réussit dans ce projet, il pourra facilement doubler sa production de blé et assurer son autosuffisance dans ce domaine», souligne Abderrahim Mouhajir, ingénieur agronome. Par aillleurs, il faut noterque dans le domaine de la recherche et développement, le secteur privé est quasiabsent. Seul l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) mène le bal, la contribution des universités est par contre timide, entraînant une multiplicité des importateurs. Les exploitants préfèrent les produits importés à ceux fabriqués localement.
«Les chercheurs marocains ont prouvé leur compétence qui peut non seulement servir au marché local mais aussi à l'international. Il faut développer des variétés qui s'adaptent à l'environnement du pays marqué par un climat semiaride. Malheureusement, on remarque une limitation des disponibilités en matériels génétiques variés et performants pouvant répondre aux exigences des diverses zones agro-écologiques», explique Mouhajjir. Dans le cadre du Plan Maroc Vert, un contrat-programme est conclu ayant pour objectif la généralisation des semences certifiées et l'augmentation de la production nationale de ces denrées afin d'assurer l'autosuffisance dans les importantes filières.
Par C. Jaidani

700 multiplicateurs pour 50.000 ha
La production des semences de pré-base est effectuée par l'INRA, alors que la production de semences de base et certifiées est réalisée dans un cadre contractuel entre les sociétés semencières et les multiplicateurs (700 multiplicateurs pour 50.000 Ha). Effectuées par la Sonacos et 3 sociétés privées, les capacités de conditionnement et de traitement détenus par ces opérateurs s'élèvent à près de 1,2 million de qx, dont 50% sont détenus par le privé. En plus de la Sonacos, près de 80 établissements privés sont agréés à importer et commercialiser des semences au Maroc. Ils opèrent notamment dans les domaines des semences potagères, des oléagineuses et de maïs.

Brebis galeuses
Ayant eu l'occasion de fréquenter des agriculteurs issus de plusieurs régions du Royaume et travaillant dans différentes filières, j'ai constaté que certains ont réussi à moderniser leur activité et être compétitifs alors que d'autres non. Et ce malgré qu'ils soient soumis aux mêmes conditions d'exploitation. Le développement de l'agriculture nationale n'est pas seulement une question de moyens ou de savoir-faire mais aussi de mentalités. Les exemples ne manquent pas pour corroborer cette réalité. Certaines exploitations qui étaient gérées par des colons, donnaient un bon rendement. Mais avec la marocanisation, la production s'est nettement dégradée, et ce malgré la mobilisation de moyens qui n'existaient pas auparavant. C'est la vérité amère qu'il faut avouer. J'admire beaucoup ces fellahs qui, malgré leur faible niveau d'instruction, consentent beaucoup d'efforts pour être au diapason des meilleures techniques et des procédés d'exploitation. Alors que d'autres sont livrés au fatalisme ou ne cherchent que les opportunités passagères, comme l'amnistie du Crédit Agricole ou les différentes opérations de subvention de l'Etat. Malheureusement, ces brebis galeuses inculquent cet esprit à leur famille et n'arrivent pas à donner de l'élan à leur communauté. J'ai remarqué aussi que certaines régions sont plus aptes à évoluer comparativement à d'autres. C'est le cas du Souss, dont les agriculteurs en majorité ont réalisé des progrès remarquables, et ce dans plusieurs domaines, devançant largement leurs homologues des autres régions. Alors que dans d'autres comme la Chaouia, les fellahs restent collés au mode de production traditionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.