Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ligne de précaution et de liquidité : les avantages à l'épreuve de la dure réalité
Publié dans Finances news le 24 - 03 - 2017

700 MDH, c'est la somme faramineuse que l'Etat aurait payé au Fonds monétaire international pour l'octroi de la première ligne de précaution et de liquidité approuvée en 2012. Des voix se lèvent pour justifier cette assurance, dont l'existence semble davantage préjudiciable au regard de la facture salée.
Devant ses fervents partisans réunis récemment à Oualidia lors d'un meeting du parti de la lampe, Abdelilah Benkirane, ancien Chef de gouvernement, s'est tout naturellement employé à défendre le bilan de son mandat, notamment la mise en place d'une batterie de réformes courageuses (compensation, retraite, etc.).
Cela dit, un chiffre a suscité un débat tranché sur la toile. A en croire l'ancien Chef de gouvernement, la première Ligne de précaution et de liquidité (LPL) d'un montant de 6,2 Mds de dollars, décrochée par le Maroc auprès du Fonds monétaire international (FMI) en 2012, a coûté aux finances de l'Etat près de 700 MDH.
Rappelons que du côté de l'institution de Bretton Woods on affirme que «la LPL permet d'apporter des financements pour répondre aux besoins réels ou potentiels de la balance des paiements des pays qui mènent de bonnes politiques économiques; elle a été conçue pour servir d'assurance ou à aider à résoudre les crises, et ce dans un large éventail de situations».
Au-delà de cette explication, c'est l'importance du montant payé par le Maroc sans jamais avoir bénéficié de cette ligne de précaution qui interpelle. Contacté par nos soins afin de livrer son avis sur l'opportunité de souscrire à l'instrument précité, le professeur Najib Akesbi ne décolère pas. «Le bon sens suggérerait de contracter un crédit en cas de réels besoins, ce qui permettrait de renforcer par la même occasion les réserves de change du pays. Le cas échéant, il est impératif de remédier à cette ligne de précaution, qui coûte visiblement beaucoup d'argent aux contribuables marocains», assure-t-il.
Et d'ajouter : «La LPL n'est ni une mise à disposition encore moins de l'argent versé à l'Etat», s'offusque-t-il. Si pour certains le recours du Maroc à la LPL en 2012 (sur 24 mois) était opportun, en raison d'une conjoncture économique difficile (baisse des réserves de devises, accentuation du déficit budgétaire, etc.), l'adoption de cette formule en 2014 pour un montant de 5 Mds de dollars et en 2016 à hauteur de 3,47 Mds de dollars (sur 24 mois) n'est plus justifiée, vu l'amélioration des indicateurs susmentionnés.
Certes, pour le FMI, l'octroi de la troisième LPL au Maroc, approuvé en juillet 2016, est motivé par d'importants risques baissiers (perturbations des recettes d'exportations et du tourisme, montée des prix du pétrole, etc.), mais plusieurs éléments semblent attester que le jeu n'en vaut pas la chandelle.
Quid de l'attractivité du pays ?
Il est important de savoir qu'à ce jour, seuls deux pays ont eu recours à la LPL. Il s'agit du Maroc et de l'ex-République yougoslave de Macédoine. Selon les pourfendeurs de cet instrument mis en place en 2011, la faiblesse du nombre de pays l'ayant plébiscité témoigne de l'impertinence de la formule que Najib Akesbi n'hésite pas de traiter d'arnaque issue de l'ingénierie financière qui frôle l'absurde.
La contrepartie supposée du renouvellement de la LPL en 2016, notamment la confiance des investisseurs et des partenaires financiers étrangers dans les perspectives et les politiques économiques du Maroc, est vigoureusement contestée.
L'autre critique formulée à l'endroit du gouvernement de Benkirane quant aux multiples recours à la LPL est son dessein de maintenir le Maroc comme un bon élève du FMI, et ce à des fins marketing afin d'attirer davantage les investisseurs étrangers. Or, à en croire notre interlocuteur, les IDE au Maroc au cours des vingt dernières années ont rarement franchi le cap des 4 Mds de dollars.
D'ailleurs, à fin novembre 2016, les flux des IDE vers le pays ont enregistré un repli de 28%, comparativement à la période de l'année 2015. Au regard de ce qui précède, force est d'admettre que la LPL a un coût que certains estiment excessif en dépit de ses avantages avérés ou supposés. De ce fait, tout l'enjeu résidera dans la capacité du futur gouvernement d'accélérer les réformes structurelles à même d'affranchir le Royaume de cette ligne qui, visiblement, n'arrive pas à avoir la cote auprès d'autres pays. ■
M. Diao
Commissions et taux d'intérêt
Les pays qui bénéficient d'une ligne de précaution sont tenus de verser une commission d'engagement, remboursée au prorata des tirages au cours de la période. Notons que cette commission d'engagement augmente avec le niveau d'accès disponible sur une période d'une année. A l'instar des autres accords du FMI, le taux d'intérêt appliqué aux sommes prêtées intègre le taux d'intérêt du droit de tirage spécial (DTS). A cela, s'ajoutent les commissions additionnelles qui varient en fonction de la somme empruntée et de la durée du prêt. Enfin, une commission de tirage de 50 points de base est perçue sur chaque montant tiré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.