Séisme au PJD : Ramid ne partira plus    Le Maroc suspend ses vols avec la Belgique et l'Italie    Non au nihilisme !    Evolution du coronavirus au Maroc : 112 nouveaux cas, 483.766 au total, lundi 1er mars 2021 à 18 heures    La Bourse de Casablanca termine en retrait    Le Roi ordonne de faire don d'un million de dollars au Yémen    Le Maroc blackliste l'ambassade d'Allemagne à Rabat    Région de Dakhla: plus de 570 MDH pour des projets de développement    Après Tanger, la ville de Tétouan noyée par des pluies torrentielles (Vidéos)    Tennis : À Dakar, nos jeunes ont gagné en expérience    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    El Guerguarat: inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Covid-19 en France: « Il faut encore tenir », selon Macron    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Guerguerat : inauguration de logements de fonction pour les agents de douane    TOOMORE célèbre la femme marocaine    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Présidence de la CAF : la Fifa a fini par trouver un compromis entre les 4 candidats en lice    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    14e anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    Jeunes Talents Maghreb L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science : Deux chercheuses marocaines récompensées    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    Algérie: affrontements entre la police et des manifestants    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Groupe Chaâbi : Objectif : N° 1 du ciment au Maroc
Publié dans Finances news le 08 - 05 - 2008

* Ynna Holding investira 3,3 milliards de dirhams dans une usine de ciment à Settat. L’unité du groupe Chaâbi sera opérationnelle dès 2010.
* Face à la «déclaration de guerre» des trois principaux opérateurs actuels, Chaâbi annonce qu’il est prêt à jouer le jeu de la concurrence
jusqu’au bout.
* Omar Châabi, vice Président du Groupe Ynna, répond à nos questions.
Finances News Hebdo : Comment avance votre projet de cimenterie ?
Omar Chaâbi : Le projet est bien avancé. Les terrains sont acquis. Une convention a été signée avec l’Etat; l’étude d’impact sur l’environnement a été faite et approuvée par les personnes concernées. Une étude faite dans les plus petits détails.
F. N. H. : Des rumeurs ont fait état de quelques difficultés dans l’acquisition du terrain qui abritera la cimenterie. Est-ce qu’il y avait vraiment un problème… ?
O. C. : Pas du tout.
F. N. H. : La construction a-t-elle été lancée ?
O. C. : Pas encore. Les appels d’offres ont été émis. Nous sommes en finalisation des choix technologiques.
F. N. H. : Le constructeur a-t-il été choisi?
O. C. : Pas encore. Ce sont des choses qui prennent généralement beaucoup de temps. L’étude, à elle seule, a pris 9 mois.
F. N. H. : Pourquoi Settat ?
O. C. : C’est le résultat d’une étude qui a duré au moins 3 ou 4 ans et qui a pris en compte la logistique, la proximité, la qualité de la matière première sur place…
F. N. H. : Les trois principaux cimentiers de la place ont tous déclaré, lors de leurs dernières sorties médiatiques et à l’unanimité, que vous allez rencontrer d’énormes difficultés pour la réussite de votre projet. Qu’en dites-vous?
O. C. : Bien sûr que nous rencontrerons des difficultés. Il n’y a rien de facile dans la vie. Mais nous avons l’habitude d’entreprendre des projets difficiles, de souffrir et d’en devenir le numéro un. D’ailleurs, nous, nous aspirons à être numéro un ou rien, dans n’importe quel secteur où nous allons.
F. N. H. : Vous comptez être le numéro un du ciment au Maroc ?
O. C. : Oui, «Inchaâ Allah».
F. N. H. : Numéro un avec une capacité de production de 3 millions de tonnes !
O. C. : 3 millions de tonnes pour commencer…
F. N. H. : Y aura-t-il des extensions de capacités alors ?
O. C. : Certainement. Ce sera en général de nouvelles lignes de production. L’extension n’est pas toujours recommandée dans ce business.
F. N. H. : Un de vos futurs concurrents a dit qu’il y aura des «morts» dans le secteur après l’arrivée de nouveaux entrants…
O. C. : S’ils sont prêts à ce qu’il y ait des «morts», ben, il y en aura ! (rires).
F. N. H. : Pouvez-vous résister à une guerre des prix ?
O. C. : Sans problème. La guerre des prix est le moyen marketing le plus mauvais pour faire du business. Tout le monde vous le dira. Mais il se trouve que nous avons les reins solides. Nous n’avons pas d’actionnaires. Nous ne sommes pas cotés en Bourse. Nous saurons faire de la concurrence loyale et dans les règles de l’art.
F. N. H. : Guerre de prix ou pas, vous allez donc continuer jusqu’au bout…
O. C. : Bien sûr ! Comme d’habitude.
F. N. H. : Aujourd’hui, tout est «beau» dans le secteur. Et si demain il y a revirement de tendance ? Le marché du ciment est, par nature, cyclique…
O. C. : Nous attendrons que le cycle reprenne. C’est cela l’avantage de notre modèle. Nous sommes en «lean management». Nous n’avons pas de «surstaff». Nous n’avons pas d’expatriés, encore moins de surcharge. Nous n’avons pas de frais de gestion de la maison-mère… Nous sommes diètes, 0% matière grasse !
Si nous cherchions la sécurité, nous ne serions pas dans le business. Le business c’est, par définition, «risquer».
F. N. H. : Comment est venue la décision de vous lancer dans le secteur ?
O. C. : À Ynna Holding, nous nous sommes toujours diversifiés dans les secteurs industriels, qui sont en général en relation avec le bâtiment, ou alors dans des secteurs porteurs. Il se trouve que le secteur cimentier allie les deux.
F. N. H. : Les opérateurs actuels réalisent de (très) confortables marges bénéficiaires. Est-ce cela qui vous a attirés ?
O. C. : La rentabilité est la chose que nous regardons en premier. C’est en plus un secteur très complémentaire pour nos activités.
F. N. H. : On dit que Chaâbi se lance dans le secteur principalement pour contrecarrer les étrangers qui dominent le marché…
O. C. : Contrecarrer ?! Sincèrement non. Le Maroc est un pays libre. Nous ne sommes pas là pour contrecarrer qui que ce soit. Nous sommes là pour faire d’abord du business.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.