Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    La toile de Churchill représentant la Koutoubia adjugée à plus de 8 millions d'euros    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Compteur coronavirus : 112 cas testés positifs et plus de 3,5 millions de personnes vaccinées    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Fermeture de Bab Sebta : «un pas vers la résorption du chômage dans le Nord»    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    En Algérie, des troubles au sud après la condamnation d'un blogueur à une lourde peine    Lois électorales : Place aux amendements    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahcen Daoudi : «Le gouvernement est dépassé par les évènements»
Publié dans Finances news le 17 - 07 - 2008

* Les hypothèses sur lesquelles s’est basée la Loi de Finances 2008 se sont toutes révélées fausses.
* Le prix du baril flambe, le budget de la compensation explose… Mais le ministère des Finances signe et persiste dans ses prévisions de croissance pour les prochaines années.
* FNH a recueilli l’avis de Lahcen Daoudi, N°2 du PJD et un des membres les plus actifs de l’opposition. Tour d’horizon.
Finances News Hebdo : Les partis de l’opposition font état de grands ratages au niveau de la Loi de Finances 2008. Quels sont, selon vous, ces ratages?
Lahcen Daoudi : Il faut savoir d’abord que nous avons voté contre cette loi. C’est la loi par excellence des cadeaux fiscaux pour les banques et les grandes entreprises. Alors qu’auparavant, en 2005, on avait augmenté la TVA sur les produits à large consommation !
On donne donc des cadeaux fiscaux aux grands. Et pour compenser, on se retourne vers le peuple. C’est cela le plus grand ratage de la Loi de Finances 2008... Dans une conjoncture où, justement, il ne fallait pas faire ces cadeaux fiscaux. Il fallait tout simplement les différer.
D’autre part, les estimations concernant les prix du baril se sont révélées fausses. La Caisse de compensation a volé en éclats. Le gouvernement n’a pas vu la crise venir. Il manque de vision et ne voyait pas les tendances générales. Et on paie actuellement les pots cassés.
F.N.H. : Qu’est-ce qu’il aurait fallu faire alors, selon vous ?
L. D. : Il fallait différer la baisse de l’IS pour les entreprises et les banques. Il fallait faire passer la TVA sur les produits de luxe à 30%. Celui qui veut manger du caviar ou acheter du marbre italien, c’est son problème ! Qu’il mette la main à la poche. On a demandé à augmenter la taxe sur l’alcool, qui n’a pas bougé depuis 1979, comme s’il s’agissait d’un produit de base. Mais on a un niet catégorique du gouvernement. Ceci dit, on est conscient que quand on baisse d’un côté, il faut augmenter de l’autre.
F.N.H. : On a prévu 20 milliards pour le budget de la Caisse de compensation alors que le déficit est actuellement de 40 milliards. Ne faut-il pas concevoir une Loi de Finances rectificative dans ce cas ?
L. D. : Ça, on l’avait demandé. L’USFP l’a aussi demandé. Il faut que le Premier ministre vienne faire une déclaration gouvernementale devant le Parlement suivi d’un débat et d’un vote. Malheureusement, le gouvernement actuel est incapable, non seulement d’apporter une Loi de Finances tenable, mais aussi de venir devant le Parlement pour ouvrir un débat sur la chose.
F.N.H. : Le ministre des Finances dit que la préparation de la Loi de Finances rectificative va prendre au moins trois mois, alors qu’on est là en pleins préparatifs pour la LF 2009… Et que, par dessus tout, l’envolée des recettes a pu compenser le surplus de dépenses qui n’étaient pas prévues…
L. D. : Ce n’est pas parce que j’ai des recettes en plus, que je vais les dilapider. C’est de la mauvaise gestion. L’argent aurait pu être utilisé à des fins plus utiles, comme l’investissement par exemple. Le gouvernement est dépassé par les évènements. Et on nous dit qu’on a eu un taux de croissance de 5%, par an. Normalement, quand on a 5% de croissance ; on doit voir son effet sur le terrain…
Sincèrement, je doute fort de la fiabilité de ce chiffre.
F.N.H. : Les prévisions de croissance pour l’année 2008 diffèrent d’un organisme à l’autre. Le ministère prévoit du 6,8% alors que le HCP avance du 6,2%. Qui faut-il croire ?
L. D. : Si on continue sur la lancée du premier semestre, on peut avoir les 6,8%. Mais si on intègre la variante internationale et si le pétrole atteint les 170 dollars, on sera à moins de 5%. L’effet de la crise mondiale va commencer. Il a déjà atteint l’Europe et ne tardera pas à se faire ressentir chez nous. En plus, c’est normal que le taux de croissance pour cette année soit relativement élevé. Parce que quand vous partez sur une base faible (2007), vous sautez automatiquement plus haut.
F.N.H. : Le ministère prévoit également un taux de croissance de 6,5% d’ici 2010… Est-ce tenable, selon vous ?
L. D. : Un gouvernement doit semer de l’optimisme. C’est normal.
F.N.H. : Mais un gouvernement s’engage, quand il avance des chiffres…
L. D. : Mais beaucoup de gouvernements se sont engagés avant lui… Comment peut-il faire des prévisions tenables jusqu’en 2012 alors qu’il n’a même pas pu prévoir ce qui se passera en 2008. Sachant bien que toutes les variables qui impactent le Maroc sont exogènes et donc hors de sa portée.
F.N.H. : La Loi de Finances 2009 se base sur un prix du baril à 125 dollars, alors qu’on en est aujourd’hui aux environs de 140 dollars le baril. Qu’en pensez-vous ?
L. D. : Le gouvernement n’est pas capable de présenter un Budget avec l’hypothèse d’un baril à 170 dollars. 170 dollars étant le prix avancé par l’OPEP lors de sa dernière réunion et qui devrait être atteint en plein été. Cette hypothèse pèsera sur l’équilibre budgétaire. Et le gouvernement part de la contrainte d’un déficit budgétaire à 3% et ajuste les hypothèses en fonction de cela. Le gouvernement ne peut donc pas présenter une Loi de Finances avec une hypothèse pareille. Les équilibres vont être chamboulés.
F.N.H. : Et comment va-t-il réussir à maintenir le déficit à 3% alors que le baril se dirige vers les 200 dollars?
L. D. : Il va trouver une solution a posteriori. Le gouvernement ne veut pas subir la foudre de l’a priori et du posteriori. Au moins, vous lui évitez les critiques avant la promulgation du texte. Et il verra comment gérer cela le moment venu !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.