Exposition "L'Art à travers trois générations", du 2 au 18 octobre à Rabat    Laâyoune : Mouloud Alouat réélu à la tête du Conseil provincial    Bourita: Le scrutin du 8 septembre confirme l'attachement de la population du Sahara marocain à l'unité territoriale du Royaume    Quel avenir politique pour le parti de la rose ?    L'Istiqlal dispose de la communauté partisane la plus dynamique sur internet    Câbles sous-marins : on en sait un peu plus sur le gigantesque projet maroco-britannique    Auto Hall : le futur est électrique !    Fret aérien : des turbulences à prévoir sur le marché    Voitures électriques. Ford va créer quatre nouvelles usines    URGENT : Report du Conseil de BAM au 13 octobre    Coronavirus : La pandémie des liens sociaux brisés    Ouverture: La Bourse de Casablanca frôle l'équilibre    En partenariat avec Enabel : Le CRI de Souss-Massa dotera la région d'un Réseau d'ambassadeurs économiques    Le Maroc réalise des progrès notables, selon l'ONU Femmes    Affaire des sous-marins : dépité, Emmanuel Macron dit que «les Européens doivent sortir de la naïveté» vis-à-vis des Etats-Unis    Décès de S.A.R. la Princesse Lalla Malika, tante de S.M. le Roi Mohammed VI    Nigéria : Au moins une vingtaine de pêcheurs morts dans un raid aérien    Botola Pro D1 / 4ème journée : Ce mardi, des coachs pourraient être largués !    Botola Pro / 3ème journée : Les FAR, l'OCS et le HUSA protestent contre l'arbitrage    La FRMF dévoile la liste des entraîneurs des différentes sélections nationales    L'OCK gagne mais attention au trou d'air    Covid-19 : Pourquoi il faut alléger les mesures restrictives    NMD : L'autonomisation de la femme marocaine vue par le PCNS    Accidents du travail durant la pandémie : Face au vide juridique, les enjeux sont de taille    UM5 : Ouverture de trois filières pour les futurs managers    Coronavirus. Baisse record de l'espérance de vie dans le monde en 2020 [Etude]    La princesse Lalla Malika est décédée, paix à son âme    Le ministre des Affaires étrangères de la Mauritanie en visite au Maroc    Amina Bencheikh: "L'amazigh victime d'exclusion et de manque de courage politique"    Rabat : L'Exposition « Delacroix, souvenirs d'un voyage au Maroc », se tient du 4 au 10 octobre    La 33ème édition en pleine préparation    Omar Essalki du RNI élu président du Conseil d'arrondissement de Guelliz    En France, la mauvaise santé des frégates de la marine algérienne    Maroc, Algérie et Tunisie : la France sera plus rigide dans l'octroi des visas    Prévisions météorologiques pour ce mardi    Lancement de la 19ème édition du Grand prix national de la presse    Le nouveau film « Jbal Moussa » ou le registre spirituel de Driss MRINI    La France durcit l'octroi des visas à l'égard du Maroc, de l'Algérie et la Tunisie    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le vivre-ensemble, thème central du nouveau single de Jihane Bougrine "Madabiya"
Publié dans 2M le 12 - 06 - 2020

Madabiya, littéralement « si seulement », est une véritable ode à l'amour et l'espoir. Sur une mélodie à la fois douce et entrainante, l'artiste marocaine Jihane Bougrine a voulu à travers ce travail montrer « un monde respectueux et libre, où ses gens s'aimeraient sans différence, sans hypocrisie », explique-t-elle via ses réseaux sociaux.
Un poil engagé, ce titre est le troisième extrait de son album « Dima Labass ». Un titre dont le clip a été tourné en plein confinement et met en scène une brochette de personnalités marocaines et étrangères. Réalisé et monté par Julien Foure, ce clip met également en scène Atika Zoubir qui tout au long interprète la chanson en langage des signes.





Voir cette publication sur Instagram









Madabya est de sortie ❤ ونكونو جميع عايشين فالأمان وتشوف فيّ الحبّ والسلام/ Une chanson tout droit sorti d'une utopie , celle de voir un monde respectueux et libre , où ses gens s'aimeraient sans différence, sans hypocrisie. Le clip est un hymne à l'amour et à la joie grâce au talent de Julien Foure, de ses Free Monkeyz avec à leur tête Soukaïna Eljid et Pauline Amato. Avec la participation et le coeur de belles âmes, qui ont dit oui sans retenu ❤ Merci à Samia Akariou, Hicham Arazi, Tarik Azgui, Said Bay, Brice Bexter, Assaad Bouab, Mohamed Bousfiha (Momo), Ouidad Elma, Nisrin Erradi, Zainab Fasiki, Nadia Kounda, Fatima Zohra Lahouitar, Abdellah Mountassir Skalli, Sarah Perles, Mouna R'miki, Karim Saidi, Moncef Sakhi et Tania Saleh ainsi que les musiciens, le batteur et percussionniste Amine Bliha, le bassiste Walid Halimi, le oudiste Zakaria Masrour, le pianiste Amine Peterson, avec la participation exceptionnelle du guitariste auteur et compositeur Mehdi El Omari. Merci à Atika Zoubir pour son coaching en langage des signes et d'avoir accepté de faire partie de l'aventure ونكونو جميع عايشين فالأمان وتشوف فيّ الحبّ والسلام/ Merci à Universal Music MENA et Aux anges gardiens ION CLUB Ocean Vagabond Essaouira, Marie Deflandre et Sebastien Jean Deflandre☀️❤ #newsingle #newvideo #newsong #madabya #dimalabass #morocco #france #libanon #universal #universalmena
Une publication partagée par Jihane Bougrine جيهان بوغرين (@jihanebougrine) le 11 Juin 2020 à 7 :13 PDT

Arrivé à point nommé, cet opus a tout de même mis du temps à être dévoilé au grand jour, « optimiste et presque utopiste, Madabya [est] une chanson que j'ai écrite il y a 7 ans. Elle a mis du temps à trouver le chemin du public, mais là voilà aujourd'hui, dans un contexte qui lui donne encore plus de résonnance, et plus de raison », explique la Marocaine pour qui il est essentiel à travers son art de conter les hauts et les bas du monde d'aujourd'hui.


Arrangé par le musicien et Oudiste Zakaria Masrour, le morceau puise dans des sonorités à la fois rock et groovy, on retrouve également une pointe de jazz, le tout enjolivé par la pure tradition marocaine grâce au Oud et aux paroles en Darija. Cette « bossa nova rock » qui appelle à l'acceptation de l'autre, n'aurait pas été légitime si elle n'avait pas voyagé. Et pour cause, le clip a été tourné par les artistes mis en avant chez eux de Rabat à Beyrouth en passant par Paris !
Première Marocaine à signer avec Universal Music Mena, Jihane Bougrine a voulu grâce à ce single, qu'elle a co-écrit avec Ayoub Belmokkadem, surtout montrer qu'on peut « vivre tous en paix, et que l'autre [peut] être capable de toujours être bienveillant, de nous regarder avec amour avant de penser à la religion ou à la couleur de peau. Ce qui se passe aux Etats-Unis est l'exemple même que l'amour du prochain n'est pas encore chose acquise ».


Pour rappel, Jihane Bougrine est née à Rabat et exilée en banlieue parisienne dès l'âge de 2 ans. Elle est passionnée de musique depuis toujours. De retour au pays, dans les années collège, Jihane se réfugie dans l'écriture et la musique pour oublier cet exil. Elle crée alors un groupe de chanteuses à l'âge de 13 ans avec ses amies. Elles reprenaient les tubes à capella de Boys II Men et des Beatles. Jihane décide en 2006 de repartir en France, à Paris, là elle se fait coacher par des grands comme Merwan Rim, Richard Cross ou encore Marco Beacco. En 2009, de retour dans son Maroc natal, la chanteuse voit sa carrière débuter.
Après la diffusion de « Madabiya », l'album « Dima Labass » sera de sortie dès le 18 juin sur toutes les plateformes Youtube, Spotify, Anghami, Deezer et Apple. Finalement, cette période trouble n'aura décidément pas réussi à confiner la créativité !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.