Elections communales 2021. Nourredine Kammouch du Parti de l'Istiqlal élu président du Conseil communal de Safi    Conseils des régions. Le RNI, le PAM et l'Istiqlal se partagent la présidence    Le Maroc interpelle le HCR sur la responsabilité du régime Algérien    Futur gouvernement: l'USFP contre la participation du PAM?    Le Maroc, premier fournisseur de l'Union Européenne    Deux Marocains remportent le prix « IEC 1906 Award» 2021    Umnia Bank: point sur l'activité au premier semestre 2021    Hapag-Lloyd : Après son implantation au Maroc, l'armateur mondial ambitionne de devenir un pionnier en Afrique    Selon la CNUCED, l'impact de la crise du Covid-19 est plus ressenti en Afrique que dans le reste du monde    Attaque armée : Rapatriement des dépouilles des camionneurs marocains tués au Mali    Plus de 18 millions de marocains complètement vaccinés    Consécration: Najia El Abbadi élue présidente de la fédération mondiale des sociétés neurochirurgicales    Falsification des documents sanitaires : 300 fraudeurs arrêtés    Décès liés au travail : Le nombre s'élève à près de 2 millions chaque année    Classement THE : 6 universités marocaines dans le top mondial    Exposition : l'art à travers trois générations    Le Maroc compte développer une industrie de drones kamikazes pour Israël    Algérie : une vague d'arrestations arbitraires contre le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    Fatima Zahra Mansouri élue maire de Marrakech    Un détachement des FAR prend part au traditionnel défilé militaire en commémoration de l'indépendance du Mexique    Stations-service : Yoom obtient la certification ISO 9001    Emprunts extérieurs: gare au revers de l'alourdissement de la dette    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 17 septembre 2021    Maroc: Suppression de l'Education islamique: ce qu'il est en vraiment    Lancement du programme ClimOliveMed avec la contribution du Maroc    Quatre responsables de la sûreté nationale suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Elections 2021 : Les efforts engagés n'arrivent toujours pas à féminiser la vie politique du Royaume    Imane Feriani dévoile sa nouvelle série à la galerie Bab El-Kebir    Washington valide un contrat de maintenance d'armement avec l'Arabie saoudite    La chef de la diplomatie néerlandaise annonce sa démission après l'évacuation chaotique d'Afghanistan    Gouvernement: le groupe parlementaire du PAM charge Ouahbi de poursuivre les consultations    Prix de l'année 2021 / La championne Dina Asher-Smith et sa chronique gagnante sur le racisme : « C'est ma première médaille pour l'écriture »    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Mise en échec d'une tentative d'immigration à Mellilia : l'Espagne loue les efforts du Maroc    Attente...    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les marches du Hirak doivent être «déclarées»... «L'Algérie Nouvelle s'installe dans la dictature», selon la LADDH
Publié dans 2M le 10 - 05 - 2021

Les marches hebdomadaires du Hirak, le mouvement de contestation antirégime en Algérie, doivent faire l'objet d'une «déclaration» préalable auprès des autorités, mentionnant notamment l'itinéraire de la manifestation, a ordonné dimanche le ministère de l'Intérieur.
«Le pouvoir est démasqué, sa volonté d'en finir avec le Hirak et d'interdire les marches pacifiques est révélée au grand jour», a réagi la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH), en qualifiant la décision du régime d'«insensée et illégale».
« Le pouvoir exige du peuple une demande d'autorisation pour marcher les vendredis ? ».« C'est insensé et illégal »...«L'Algérie Nouvelle s'installe dans la dictature», a estimé le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi, en réagissant au communiqué du ministère algérien de l'Intérieur.
Selon lui, le pouvoir, qui est pris au piège de ses propres contradictions, n'a pas cessé de faire le marketing de la nouvelle Constitution en affirmant qu'elle consacre le régime déclaratif pour l'exercice des libertés.
LADDH Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l'Homme
Selon le vice-président de cette organisation algérienne de défense des droits humains, le pouvoir se contredit en revenant au régime d'autorisation préalable.
Selon des défenseurs des droits de l'Homme, le département algérien de l'Intérieur, qui a passé sous silence la répression des manifestants durant les deux derniers vendredis à Alger et dans plusieurs villes du pays, adresse ainsi un message clair au hirak et, par ricochet, à toutes les organisations qui envisageraient d'organiser, à l'avenir, des manifestations de rue.
L'Algérie a enregistré, à quelques semaines des élections législatives, une montée sans pareille de la répression et des interpellations des manifestations.
Pas plus tard que mardi dernier, la police avait empêché, pour la deuxième fois consécutive, les étudiants de manifester à Alger, comme ils le font chaque semaine.
Vendredi dernier, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux devenue virale quelques minutes après et qui montre des images d'une violence inouïe contre un sexagénaire maltraité lors d'une interpellation musclée lors de la marche hebdomadaire du hirak, a provoqué l'ire des Algériens qui ont dénoncé "un énième dépassement" des forces de l'ordre.
L'interdiction de ces manifestations intervient dans un contexte d'intensification de la répression contre des militants hirakistes, des opposants politiques et des journalistes, à l'approche des législatives anticipées.
Quelque 66 détenus d'opinion sont actuellement incarcérés en Algérie pour des faits ayant un lien avec le hirak ou les libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), un groupe local de surveillance.
D'autres organisations de défense des droits humains ont fait état de l'interpellation de pas moins de 750 personnes, des militants et activistes du Hirak, par les services de sécurité tout au long du mois d'avril passé à travers toute l'Algérie.
Dans un communiqué, Amnesty International a relevé que le CNLD a recensé début février dernier au moins 2.500 arrestations de manifestants, journalistes et militants à qui il était reproché de s'être impliqués pacifiquement dans le mouvement du Hirak.
L'organisation de défense des droits humains, qui a appelé à la libération immédiate de ces détenus d'opinions, a relevé que les autorités algériennes s'appuient sur des lois répressives pour persécuter des dizaines de manifestants pacifiques en invoquant notamment l'"atteinte à l'unité nationale", l'"atteinte à l'intérêt national", l'"incitation à un rassemblement non armé", l'"outrage à des représentants de l'état" ou encore l'"outrage au président de la République", comme elles l'avaient fait dès la naissance du Hirak, en février 2019.
Le Hirak, ce mouvement de protestation de grande ampleur qui a chassé le président algérien Abdelaziz Bouteflika du pouvoir après 20 ans de règne sans partage, avait repris le 22 février dernier après près d'une année de suspension pour cause de la pandémie de Covid-19 qui sévit en Algérie et dans le monde entier.

* Lire aussi: AlgériePart: Tebboune s'en prend violemment à deux sociétés étatiques algériennes "à cause d'un progiciel marocain"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.