Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : le régime serre la vis pour étouffer la vigueur le «Hirak»
Publié dans Barlamane le 19 - 06 - 2020

Le régime algérien a multiplié ces derniers jours les interpellations et condamnations de militants du «Hirak», ciblant aussi des blogueurs sur Facebook, afin d'enrayer la reprise de la contestation au moment où s'amorce le déconfinement.
Avec environ 200 arrestations depuis le début du confinement décrété mi-mars pour lutter contre le nouveau coronavirus, «le pouvoir a vite profité de la trêve pour arrêter le maximum d'activistes», affirme Saïd Salhi, vice-président de Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).
Ils sont poursuivis pour «des délits d'opinion et d'expression en lien avec des publications sur les réseaux sociaux, notamment Facebook», souligne-t-il. Leurs domiciles sont perquisitionnés, leurs téléphones portables confisqués.
La plupart des poursuites s'appuient sur le nouveau code pénal, adopté début mai en pleine crise sanitaire et dénoncé par les militants des droits de la personne.
Pour M. Salhi, il s'agit d'«une attaque irresponsable, à la limite de la provocation, contre les droits fondamentaux de la personne.»
La vague de répression s'est accélérée en l'espace de quelques jours.
Pour la seule journée de jeudi, plus de 20 opposants étaient cités à comparaître lors de sept audiences distinctes. La plupart de ces procès avaient été reportés pour cause de pandémie.
Parmi les accusés: des figures plus ou moins connues du «Hirak», des militants politiques et des journalistes, mais aussi des quidams accusés d'avoir moqué le pouvoir sur Facebook.
Dans un communiqué, l'ONG Reporters sans Frontières (RSF) a appelé «les autorités à cesser d'instrumentaliser la justice pour museler les médias».
«La multiplication des poursuites contre les journalistes algériens est extrêmement inquiétante et fait état d'une dégradation flagrante de la liberté de la presse en Algérie», a accusé Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF.
Quatre journalistes algériens ont fait l'objet cette semaine de poursuites ou condamnations à des peines de prison.
Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de soutien, soixante prisonniers d'opinion sont actuellement derrière les barreaux.
«Le pouvoir ne croit pas au changement, il refuse d'écouter le peuple. À mon avis, il procède aux arrestations pour casser le +Hirak+», estimait récemment l'avocat Mustapha Bouchachi, dans le quotidien francophone Liberté.
Mais loin de briser ce mouvement de protestation inédit, pluriel et sans tête de file proclamée, la traque aux «hirakistes» pourrait avoir l'effet contraire.
«C'est un sentiment général de Hogra», un terme populaire algérien qui signifie «abus de pouvoir», qui prévaut dans la population, observe M. Salhi.
«En réaction, certains prévoient déjà de ressortir dans la rue», malgré les risques de propagation de la maladie Covid-19, assure-t-il.
Selon le dernier bilan officiel, 11 385 cas de contamination ont été officiellement recensés en Algérie, dont 1 811 décès.
Depuis le 7 juin, le pays connaît un déconfinement progressif. Mais tout rassemblement — dont les marches hebdomadaires du «Hirak» — reste strictement interdit.
Sur les réseaux sociaux, des voix se sont élevées pour manifester à nouveau vendredi. Mais des militants, des avocats, des associations étudiantes ou encore des partis politiques ont rappelé les risques liés au nouveau coronavirus.
En province, des mobilisations sporadiques de soutien aux détenus ont eu lieu ces dernières semaines, surtout en Kabylie (nord-est). À Alger ou Oran, la rue est restée calme.
Prenant la défense du régime, plusieurs universitaires ont récemment fustigé dans des médias officiels un «néo-Hirak» qu'ils accusent d'être «au service d'un plan étranger».
Dans le camp d'en face, une coalition antirégime regroupée au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD) a exhorté «les Algériennes et les Algériens à demeurer mobilisés, mais vigilants pour s'engager avec force dans la reprise effective des manifestations pacifiques.»
Né en février 2019 d'un immense ras-le-bol des Algériens, le «Hirak» réclame un changement du «système» en place depuis l'indépendance en 1962. En vain jusqu'à présent, même si elle a obtenu en avril 2019 le départ du président Abdelaziz Bouteflika après vingt ans au pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.