Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 9 Aout 2022    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Coupure temporaire de la circulation ce mercredi sur cette route    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Coup d'état au Mali, le président et le Premier ministre maliens aux arrêts
Publié dans Hespress le 18 - 08 - 2020

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK), son premier ministre, Boubou Cissé ainsi que de hauts responsables du gouvernement ont été arrêtés mardi par des soldats mutins dans la capitale Bamako, plongeant le Mali déjà confronté à une insurrection djihadiste et à des manifestations de masse dans une crise plus profonde et sans précédent.
La détention de Keita à sa résidence dans le sud-ouest de Bamako fait suite à des heures d'incertitude après que des soldats se sont mutinés dans la matinée à la base militaire de Kati à l'extérieur de Bamako et ont rassemblé un certain nombre de hauts responsables civils et d'officiers militaires.
La coalition au Mali derrière des manifestations de masse appelant à la démission du président Ibrahim Boubacar Keita a déclaré que la détention d'IBK mardi par des soldats en mutinerie n'était « pas un coup d'Etat militaire mais une insurrection populaire ». Nouhoum Togo, porte-parole de la coalition M5-RFP, a déclaré à Reuters « IBK ne voulait pas écouter son peuple. Nous avons même proposé une alternative mais il a répondu par des meurtres ». Au moins 14 personnes ont été tuées en juillet lors des manifestations réclamées par une coalition d'opposants politiques, de chefs religieux et de militants de la société civile de Keita.
Le Premier ministre Boubou Cissé avait auparavant appelé au dialogue et exhorté les mutins à se retirer, avant d'être mis en détention avec le président ce que plus tard l'Union africaine a confirmé. La chaîne publique malienne s'est déconnectée après la vague de détentions, avant de revenir à l'antenne en début de soirée avec une programmation préenregistrée. On ne sait pas actuellement qui dirige les mutins et qui gouverne en l'absence de Keita et quelles sont les motivations des mutins. Un porte-parole militaire a déclaré qu'il n'avait aucune information.
Des rumeurs plus tôt dans la journée selon lesquelles les mutins avaient arrêté Keita ont poussé des centaines de manifestants anti-gouvernementaux à se rendre sur la place centrale de Bamako pour célébrer et scander qu'il était temps pour lui de démissionner. Les manifestants ont accusé Keita de corruption et d'aggravation de la sécurité dans le nord et le centre du pays ouest-africain où des militants islamistes sont actifs.
Une mutinerie en 2012 dans cette même base de Kati a conduit à un coup d'Etat militaire qui avait renversé le président de l'époque, Amadou Toumani Touré, et précipité la chute du nord du Mali aux mains des militants djihadistes.
Les forces françaises sont intervenues l'année suivante pour les repousser. Mais les militants se sont depuis regroupés et ont étendu leur influence au Burkina Faso et au Niger voisins, attaquant des soldats, des civils locaux et des touristes occidentaux. La France et d'autres puissances internationales ainsi que l'Union africaine, craignent que la chute de Keita ne déstabilise davantage le Mali et toute la région du Sahel en Afrique de l'Ouest ont dénoncé la mutinerie.
« Je condamne énergiquement l'arrestation du président Ibrahim Boubacar Keita, du Premier ministre et d'autres membres du gouvernement malien et j'appelle à leur libération immédiate », a déclaré le président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat sur Twitter.
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que la France « condamne dans les termes les plus forts ce grave événement ». L'envoyé américain au Sahel, J. Peter Pham, a déclaré sur Twitter que « les Etats-Unis sont opposés à tous les changements de gouvernement extraconstitutionnels ».
La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a appelé les soldats maliens à « regagner leurs casernes » et le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a exhorté les Maliens « à protéger les institutions démocratiques ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.