Maroc/Etats-Unis : David Fischer rend hommage au Maroc et à son Roi (vidéo)    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d' un Centre de technologie digitale intelligente    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Maxim Behar: La reconnaissance US de la marocanité du Sahara, un tournant pour la région    L'Inter dompte la Juventus    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Narsa : les délais de rendez-vous largement réduits    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Mondial de Handball : Maroc-Islande pour préparer la Coupe du Président    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Edito : Loupé    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali n' Productions annonce le tournage de « L'Os De Fer »
Publié dans Jeunes du Maroc le 28 - 07 - 2006

L'équipe de Ali n' Productions, dans le cadre du projet Film Industry, annonce le tournage de « L'Os De Fer », durant le mois de Août et de Septembre à Agadir.
Derrière l'histoire de trois oualed derb qui cherchent 100 DH pour payer la carte de bus de leur ami étudiant à la fac, Hicham Lasri scénariste et réalisateur, porte un regard critique sur le Maroc contemporain et nous laisse entrevoir le malaise d'une génération mais également les promesses d'avenir qu'elle s'est fixé. Tel est le sujet du long-métrage L'Os De Fer...
LE SUJET DU FILM
En réalisant « l'Os de Fer », Hicham Lasri cherche à capter l'air du temps. Pour éviter de stéréotyper les sujets sociaux tels que le désoeuvrement, la perte de repère, l'éducation, la violence..., le scénariste nous emmène du particulier au général, faisant ainsi appel à un fait divers pour nous renvoyer à nos propres questionnement sur la société d'aujourd'hui.
Ash est un jeune « haïtiste » qui s'est constitué un monde pour éviter de rentrer en collision avec le réel. Il écoute de la musique à longeur de journée comme pour s'empêcher de réfléchir. Sa mère devient son bouclier, son seul repère dans un monde sans valeurs.
Mikhi est un chômeur enragé qui recycle ses rancœurs en colère. Il n'a rien à perdre. Il se jette tête baissée dans n'importe quelle bataille parce que l'adrénaline le tient en vie et que la défense d'une cause lui permet d'exister.
Moulay est un muet d'une famille populaire qui, par la force de sa volonté, a poursuivi ses études. S'exprimant par abréviation SMS, Mouloud communique et son silence prend sens.
Lorsque le trio du film arpente les rues à la recherche d'un misérable butin, il rencontre une série de personnages qui ajoute une densité et une riche complexité à ce portrait urbain dépeint par Hicham Lasri : Nike chrajem, steeltoe, Koman , Haj Houj ...
Le basculement qui a conduit ces jeunes à prendre en otage un bus est conjoncturel, si ce n'est insignifiant. Par ce geste ultime, 3 anti-héros ont lancé leur SOS.
« L'os de Fer » ne se raconte pas qu'au présent, le scénario explore le temps pour nous faire vivre les évènements qui ont précédés cette prise d'otage mais également les discours médiatiques qui l'ont suivi. En effet, le réalisateur nous propose un regard extérieur sur les faits, et par la même occasion ouvre une réflexion sur la relativité de l'information, sur la frontière entre l'anecdote et l'évènement d'intérêt général, sur la distinction entre le sensationnel et l'actualité....
Pour compléter ce récit, il y a Daoud, vieux flic aigri par le temps et par son impuissance à stopper le drame social que la jeunesse joue sous ses yeux fatigués.
L'Os de Fer prend dans la fiction l'essence du réel et nous transmet, sans discours moralisateur, un reflet de notre propre image.
EXTRAIT DU SCENARIO
Mekhi Tu sais Steeltoe... Nous sommes une génération qui n'a ni colonisateur à qui résister... Ni guerre à mener ni route L'Wahda à bâtire... ni marche à “ verdoyer ” ... on n'est même pas Amazigh pour monter au front... la Palestine est loin, L'Iraq aussi... on n'a pas fait d'études pour faire des sit-in devant le parlement et puis la fonction publique c'est de la merde !
(De tristes notes de violon remplissent la boutique) ... Alors on traverse la vie...
(Après hésitation) ... Comme d'autres la Méditerranée sur des portes en bois : Clandestinement !
Daoud "Faire chier" est un vieux patrimoine... À un moment de l'histoire, avant que les Japonais n'inventent la calculatrice à 15 Dh... La plus complexe des opérations mathématiques que les gens de ma génération réussissaient à faire étaient de viser la cuvette des W.-C.
LE CASTING D'ACTEURS
Ash : Mohammed Aouragh
Moulay : Tarik Boukhari
Mikhi : Mustapha Houari
Rita / Coca Lola : Najia Fettah
Daoud : Hassan Badida
Nike chrajem : Med Qatib
khnata steeltoe : Siham Afoiz
Koman : Koman
Chef Opérateur : José Gerel
Langue de tournage : Darija
LA MUSIQUE DU FILM
Le patchwork musical sélectionné par Hicham Lasri est composé d'artistes qui partagent leur discours contestataire, leur attachement au Maroc, leur appropriation du Darija mais également leur talent musical et leur aptitude à concilier les rythmes traditionnels à l'air du temps. De Nass El Ghiwane, Jil Jilala à Hoba Hoba Spirit, Bigg, Amargh Fusion et Abs, les artistes se mêlent et se complètent dans l'imaginaire collectif pour constituer une fresque contrastée à l'image du Maroc.
« L'Os de Fer » est un ambitieux projet musical qui veut également révéler au public le terreau de jeunes talents présents sur la scène Hip Hop marocaine. Les rappeurs sont nombreux à soutenir le projet : Koman, FnaÏre, Bigg, H-Kayne, Rass Derb, Casa Crew, Fes city clan, Hel-LMkane, Stylsouss, Awah, Negus4ever, Outcry,...
Le film sera ponctué par des « guests musicaux » de certains de ces artistes. Dans ce cadre, des clips seront réalisés en septembre 2006 par Hicham Lasri.
LE TITRE : « L'Os de Fer »
« I'm just a boy, playin' suicide king » Marilyn Manson
Hicham LASRI explique :
« L'expression "L'Os de fer" pointe cette petite source d'énergie toujours épuisable qui est les piles et le geste typique des gens fauchées qui la mordille comme un os pour la faire fonctionner encore, encore et encore. L'entropie et la perte de l'énergie sont au coeur du récit à travers l'instrumentalisation de la Low-Tech beaucoup plus pour simuler l'épuisement de l'énergie de ces sources humaines qui sont les rêves et les ambitions de chacun. Et quand les rêves crèvent l'homme s'arrête sur place comme un automate sans ressources...
Les personnages de L'Os de Fer font partie de ces armadas de personnes qui se sont retrouvées dans une gare entre deux trains vers le futur. Contrairement à la majorité écrasante et écrasée de l'humanité, ils décident de prendre leurs destinées à deux bras pour affronter les perspectives effrayantes des pistes hors des sentiers battus. Leur acte est davantage un signal de détresse, désespéré et vide de sens. Acte contestataire ou suicide psychologique, il est question d'un surplus d'énergie à dilapider pour pouvoir jouir de la quiétude des âmes fatiguées, usées qui ronflent en se couvrant avec les haillons de leurs rêves enfantins de gloire et d'épanouissement. »
DECORS DU FILMS
« L 'Os de fer » reconstitue un univers soigneusement détaillé par Hicham Lasri. On y retrouve au détour des rues des affiches d'un concours Hip Hop, des affiches de Hulk, Silver-Surfer, Spawn, Rom, Alpha Flight et autres personnages de Comics qui semblent nous rappeler la cruelle absence de super héros moderne. Et puis, il y a le souk Delenda Carthage, le lieu de tous les possibles où les rêves de conquête trouvent leur place au côté des mirages de la société de consommation. Un autre décor est celui de la plage zéro, lieu de fantasme en dehors du temps où nos 3 Haïtistes s'accordent le luxe de se dessiner des projets d'avenir.
Et pour finir, il y a le bus, moyen de locomotion ou d'immobilisme social dans lequel H, Mekhi et Moulay tirent la sonnette d'alarme.
Le bus est un open-space narratif que Hicham Lasri a déjà exploité dans son court métrage « Ali J'nah Freestyle » 2004 déjà produit par Ali n' Productions.
Auteur Réalisateur : HICHAM LASRI
Auteur - Réalisateur
de courts métrages comme « Jardin des Rides » (dont l'avant-première a eu lieu au Rialto ce 17 juillet 2006), « Ali J'nah Freestyle », « Lunati(K)a », « Géométrie du remords », ...
Directeur d'écriture à Ali n' Productions.
Directeur artistique de La Film Industry
Consultant artistique pour MOUFIDA
Membre de : l'Union des Ecrivain du Maroc - L'association des critiques de cinéma au Maroc - De l'association Aflam - De la cellule création de La Fondation Des Arts Vivants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.