La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    Fès. Les marchands ambulants sèment l'anarchie    Touria Jebrane, poète de scène…    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    Constats chocs du PDG de la RAM    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Edito : 16 ans et toujours rien !    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    La CGEM promeut la médiation bancaire    Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    Crise de transparence    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Itinéraire : L'acteur marocain fait l'affiche du dernier opus d'Abdelhaï Laraki, "Rih Labhar" : Mohamed Marouazi, profession acteur
Publié dans La Gazette du Maroc le 12 - 02 - 2007

Il est l'une des figures les plus en vue de l'acting au Maroc. Mohamed Marouazi a appris son métier au contact de réalisateurs marocains et étrangers. Et surtout, il porte en lui une réelle passion pour le jeu. Une gueule comme on dit dans le jargon, des tripes et beaucoup de maîtrise de soi. Avec ce zest de nervosité indispensable pour devenir un bon acteur. Retour sur la montée d'un comédien qui en veut.
Quand on parcourt le paysage de l'acting au Maroc, peu de noms nous marquent. Rares sont les figures capables de jouer avec les tripes et de laisser des empreintes. Mohamed Marouazi fait partie de ceux qui, bien encadrés et surtout dirigés par des professionnels, donnent un sens à leur métier d'acteur.C'est dans «Leïla, la pure» du Danois Gabriel Axel, que nous avons découvert cette force brute, un bloc d'émotions qui n'attendaient que la déflagration. Mais dans ce mouvement de rayonnement, autant l'implosion que l'explosion sont cruciales. Au fil du temps, le jeune acteur a su mettre la main sur ce qui fait sa particularité : un jeu sans artifice. Le prix de la sobriété est d'ailleurs à double tranchant, ceci il l'a bien digéré. Un acteur qui en fait moins que les autres peut, pour certains, paraître sans reliefs, mais quand le jeu est corsé par le poids des tripes, là la sobriété devient l'arme absolue pour incarner n'importe quel type de rôle. Marouazi s'achemine vers cet état d'esprit. Mohamed Marouazi a fait quelques mauvais choix. Il ne s'en cache pas. Et ce n'est pas ce dont il avait besoin après une grande école comme celle du réalisateur de l'inoubliable «Festin de Babet».
Le parcours définit l'acteur
Des erreurs de parcours comme celles-ci sont parfois nécessaires à condition de s'en tirer convaincu de ne pas les refaire. Selon toute apparence, Marouazi a tourné cette page où il voulait être partout. D'ailleurs dans le même lot, on peut citer son rôle dans «Taïf Nizar» de Kamal Kamal. Par contre, quand il tourne avec Ahmed Boulane, «Ali, Rabia et les autres», il laisse éclater son talent. C'est dû en grande partie au sujet du film, mais aussi au caractère du réalisateur Boulane qui, quand il met le doigt sur une force en bouillonnement, il lui laisse le champ nécessaire pour jaillir. Et cet opus restera, de loin, l'un des épisodes-clés de la vie d'acteur du jeune Marouazi. Déjouant de fait tous les pièges de la célébrité dans lesquels tombent les uns après les autres les acteurs commençant précocement leur carrière, Mohamed Marouazi semble avoir mis un frein à sa boulimie filmique. Tourner coûte que coûte n'est plus un impératif, malgré le fait de penser que plus on engrange d'expériences, plus on s'en sort avec des convictions. Lui a su que pour durer dans le cinéma, surtout un cinéma balbutiant, comme c'est le cas au Maroc, il faut marquer par des rôles qui restent. «Rih Labhar» d'Abdelhaï Laraki, aujourd'hui sur les écrans, lui offre un rôle taillé sur mesure. Marouazi y incarne un mafieux, mélange de mauvais garçon glacial et de stratège survolté. L'approche est là aussi inédite. Un rôle intériorisé, des phases de jeu sobres et une générosité dans la retenue. C'est cela, le nouveau visage d'un acteur qui a en lui toutes les composantes d'un grand. À lui de ne pas louper le virage.
Marouazi en quelques lignes
Mohamed Marouazi est né en 1973. Il a joué dans quinze longs-métrages de fiction dont Ali, Rabia et les autres d'Ahmed Boulane, Ailes brisées de Majid Rchich (Maroc), Amour sans visa de Najib Sefrioui (Maroc) et Mémoire en détention de Jilali Ferhati (Maroc), Rih Labhar d'Abdelhaï Laraki (Maroc), et occidentaux parmi lesquels Layla, the pure du Danois Gabriel Axel, Di cielo in cielo de l'Italien Roberto Giannarelli et L'adieu du Français François Lucciani. Il a également obtenu des rôles dans six téléfilms diffusés sur les chaînes de télévision marocaines, dans deux feuilletons, et dans neuf pièces de théâtre dont, notamment, Maudits à Vérone, jouée durant l'édition 2001 des Journées théâtrales de Carthage (JTC). Mohamed Marouazi a été, entre autres, membre de jury dans différents festivals, assistant à la réalisation sur des courts et longs métrages, et un téléfilm, et encadreur de stages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.