Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Itinéraire : L'acteur marocain fait l'affiche du dernier opus d'Abdelhaï Laraki, "Rih Labhar" : Mohamed Marouazi, profession acteur
Publié dans La Gazette du Maroc le 12 - 02 - 2007

Il est l'une des figures les plus en vue de l'acting au Maroc. Mohamed Marouazi a appris son métier au contact de réalisateurs marocains et étrangers. Et surtout, il porte en lui une réelle passion pour le jeu. Une gueule comme on dit dans le jargon, des tripes et beaucoup de maîtrise de soi. Avec ce zest de nervosité indispensable pour devenir un bon acteur. Retour sur la montée d'un comédien qui en veut.
Quand on parcourt le paysage de l'acting au Maroc, peu de noms nous marquent. Rares sont les figures capables de jouer avec les tripes et de laisser des empreintes. Mohamed Marouazi fait partie de ceux qui, bien encadrés et surtout dirigés par des professionnels, donnent un sens à leur métier d'acteur.C'est dans «Leïla, la pure» du Danois Gabriel Axel, que nous avons découvert cette force brute, un bloc d'émotions qui n'attendaient que la déflagration. Mais dans ce mouvement de rayonnement, autant l'implosion que l'explosion sont cruciales. Au fil du temps, le jeune acteur a su mettre la main sur ce qui fait sa particularité : un jeu sans artifice. Le prix de la sobriété est d'ailleurs à double tranchant, ceci il l'a bien digéré. Un acteur qui en fait moins que les autres peut, pour certains, paraître sans reliefs, mais quand le jeu est corsé par le poids des tripes, là la sobriété devient l'arme absolue pour incarner n'importe quel type de rôle. Marouazi s'achemine vers cet état d'esprit. Mohamed Marouazi a fait quelques mauvais choix. Il ne s'en cache pas. Et ce n'est pas ce dont il avait besoin après une grande école comme celle du réalisateur de l'inoubliable «Festin de Babet».
Le parcours définit l'acteur
Des erreurs de parcours comme celles-ci sont parfois nécessaires à condition de s'en tirer convaincu de ne pas les refaire. Selon toute apparence, Marouazi a tourné cette page où il voulait être partout. D'ailleurs dans le même lot, on peut citer son rôle dans «Taïf Nizar» de Kamal Kamal. Par contre, quand il tourne avec Ahmed Boulane, «Ali, Rabia et les autres», il laisse éclater son talent. C'est dû en grande partie au sujet du film, mais aussi au caractère du réalisateur Boulane qui, quand il met le doigt sur une force en bouillonnement, il lui laisse le champ nécessaire pour jaillir. Et cet opus restera, de loin, l'un des épisodes-clés de la vie d'acteur du jeune Marouazi. Déjouant de fait tous les pièges de la célébrité dans lesquels tombent les uns après les autres les acteurs commençant précocement leur carrière, Mohamed Marouazi semble avoir mis un frein à sa boulimie filmique. Tourner coûte que coûte n'est plus un impératif, malgré le fait de penser que plus on engrange d'expériences, plus on s'en sort avec des convictions. Lui a su que pour durer dans le cinéma, surtout un cinéma balbutiant, comme c'est le cas au Maroc, il faut marquer par des rôles qui restent. «Rih Labhar» d'Abdelhaï Laraki, aujourd'hui sur les écrans, lui offre un rôle taillé sur mesure. Marouazi y incarne un mafieux, mélange de mauvais garçon glacial et de stratège survolté. L'approche est là aussi inédite. Un rôle intériorisé, des phases de jeu sobres et une générosité dans la retenue. C'est cela, le nouveau visage d'un acteur qui a en lui toutes les composantes d'un grand. À lui de ne pas louper le virage.
Marouazi en quelques lignes
Mohamed Marouazi est né en 1973. Il a joué dans quinze longs-métrages de fiction dont Ali, Rabia et les autres d'Ahmed Boulane, Ailes brisées de Majid Rchich (Maroc), Amour sans visa de Najib Sefrioui (Maroc) et Mémoire en détention de Jilali Ferhati (Maroc), Rih Labhar d'Abdelhaï Laraki (Maroc), et occidentaux parmi lesquels Layla, the pure du Danois Gabriel Axel, Di cielo in cielo de l'Italien Roberto Giannarelli et L'adieu du Français François Lucciani. Il a également obtenu des rôles dans six téléfilms diffusés sur les chaînes de télévision marocaines, dans deux feuilletons, et dans neuf pièces de théâtre dont, notamment, Maudits à Vérone, jouée durant l'édition 2001 des Journées théâtrales de Carthage (JTC). Mohamed Marouazi a été, entre autres, membre de jury dans différents festivals, assistant à la réalisation sur des courts et longs métrages, et un téléfilm, et encadreur de stages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.