La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CONGRÈS DE L'ISTIQLAL : Le choix des deux rives
Publié dans La Gazette du Maroc le 26 - 01 - 2008

Deux mots phares : unité et succès. Et trois figures, symboles : Aboubakr Al Kadiri, M'hamed Boucetta et Abbas El Fassi. Pourquoi donc, un parti au gouvernement, apparemment loin des tornades qui frappent de plein fouet le microcosme politique national, fait appel à la symbolique et à un registre davantage sémiotique qu'organisationnel??
En fait, la réunion du Conseil National du Parti de l'Istiqlal, tenue samedi 19 janvier 2008, participe d'une logique purement volontariste. En d'autres termes, le parti de si Allal s'étoffe affectivement contre les mutations politiques dans l'air ! Son outil de guerre et de réflexion reste la démocratie interne, matinée d'un référentiel historique érigé en identité. Il suffit, pour s'en rendre compte, de souligner l'adoption à l'unanimité de la procédure de la candidature à la Commission préparatoire pour le prochain congrès.
Retour en arrière : la presse parlait d'un malaise, suite à la répartition des postes ministériels. Mécontent, car son fils Khalil n'était pas de la fête, l'ancien Secrétaire général, M'hammed Boucetta, a tenu à mettre sa participation sous le signe de l'apaisement. Membre du Conseil de la Présidence, il a souligné que : «le Parti de l'Istiqlal n'a jamais été présenté à l'opinion publique dans des positions que l'on connaît chez d'autres partis». Comprenez donc, le cas échéant, son allié USFP et le Mouvement populaire en perpétuelle guéguerre ! Et d'ajouter : «il nous incombe aujourd'hui de préserver cette unité en sa qualité de grande valeur ajoutée dont seul le Parti de l'Istiqlal jouit». Mot de la fin : «le prochain Congrès du Parti de l'Istiqlal doit mettre en évidence le fait qu'il a constamment été pour les Marocains le parti du référentiel islamique».Même son de cloche chez le dernier des pères fondateurs du parti, Al Kadiri «les istiqlaliens sont les détenteurs d'une mission et l'appartenance au Parti est idéologique et non administrative et procéduriale». L'homme, dont l'autorité morale est incontestable, a sciemment soulevé la question de l'unité «nous veillons, au Conseil de la Présidence, sur l'unité du parti et nous sommes vigilants pour barrer la route à toute tentative pour porter atteinte au parti, en provenance de l'extérieur». Le patriarche pour qui le Conseil National est une démonstration manifeste de l'unité du parti, a, en outre, souligné que «des Istiqlaliennes et Istiqlaliens sont appelés à ne jamais négliger cette unité». De sa part, l'actuel SG, Abass El Fassi s'est longuement épanché sur la préparation du congrès. La commission chargée de la question émane d'un consensus .Y appartenir était ouvert à «quiconque en exprimait le désir parmi les membres du Conseil National, la liste était close par la suite». Les modalités du choix ont changé, cette fois-ci. Et pour cause : le Comité Exécutif avait reçu à ce sujet un message du Conseil de la Présidence du parti et que tous les membres du Comité Exécutif ont apprécié le contenu de ce message, particulièrement en ce qui concerne la volonté de garantir l'efficacité au niveau de la Commission préparatoire sur la base de la représentativité des régions et des provinces».
En fait, l'Istiqlal a déjà réussi un coup de «forcing démocratique», qui a redoré son blason. On s'en souvient encore : les candidates des listes nationales ont été choisies par voie des urnes. Un joli coup de marketing politique pour un parti réputé conservateur pourtant ! Tout laisse croire que le parti ne changera pas une méthode qui lui va bien. Ainsi, la démocratie interne est érigée en bouclier pour garantir la réussite du prochain congrès et l'unité du parti.
Politiquement, les chefs du parti sont conscients que la koutla, qui les lie avec l'USFP et le PPS n'a pas que des beaux jours devant elle ! Déjà, la base socialiste appelle au divorce au profit d'un pôle de gauche.
De l'autre rive, les conservateurs sont déjà en constitution et l'Istiqlal ne figure pas, au moins jusqu'à maintenant, sur la liste des invités. Alors, le congrès aura une importance cruciale pour un parti, qui plus est, au gouvernement !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.