Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un politique pour les femmes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 01 - 2003

À l'âge de 78 ans, M'hamed Boucetta signe son retour au-devant de la scène publique sur un dossier très sensible. Réussira-t-il dans sa nouvelle et délicate mission ? Parcours d'un homme qui n'a fait toute sa vie que de la politique.
Ce n'était pas une retraite. Juste un retrait. M'hamed Boucetta est de retour au-devant de la scène politique comme président de la commission consultative royale chargée de la révision de la Moudawana. Une nomination inattendue mais qui, en y regardant de plus près, va au successeur de Driss Dahak comme un gant. Signe significatif, l'ex-leader de l'istiqlal était parmi les rares personnalités politiques invitées par S.M le Roi Mohammed VI à assister à la cérémonie d'inauguration de la Place Mohammed V qui a eu lieu récemment à Paris. L'éclipse de Me Boucetta de la vie publique aura duré près de cinq ans. C'était en février 1998, lors du congrès de l'Istiqlal qui a vu le secrétaire général du parti passe le flambeau à Abbas El Fassi.
Ce fut une cérémonie émouvante qui a renvoyé à ce moment-là l'image d'une formation qui a le souci du rajeunissement. Mais les hommes d'expérience ne jettent jamais complètement l'éponge, Me Boucetta devient en effet membre du conseil de la présidence aux côtés des historiques, en l'occurrence, Hachemi Filali, Boubker Kadiri, M'Hamed Douiri et Abdelkrim Ghallab. Un comité de sages en quelque sorte chargé de veiller à l'élaboration des “grandes orientations du parti“.
La mine un peu spartiate, le verbe haut, ce natif de Marrakech le 23 décembre 1925 tombera très tôt, encore élève à l'école primaire, dans le chaudron de la politique. La rencontre avec Allal El Fassi, en 1936, change la trajectoire de sa vie. En 1940, il adhère aux cellules de l'Istiqlal après avoir rejoint le lycée Moulay Driss à Fès. En 1946, il part en France pour poursuivre ses études en philosophie à la Sorbonne.
Parcours très dense que celui de M'Hamed Boucetta. Titulaire également d'une licence en droit, cet avocat de carrière a été des deux grands procès politiques de 1959 et de 1973. Dans le premier, il fut le défenseur de Ali Yata, Mahjoub Benseddik et Fkih Basri… Dans le second, celui, des gauchistes, il plaida la cause de Anis Balafrej et ses amis accusés d'atteinte à la sûreté de l'État.
Figure parmi les figures, Me Boucetta occupe nombre de responsabilités ministérielles depuis l'indépendance du pays. Nommé en 1958 secrétaire d'État adjoint aux Affaires étrangères, il sera hissé en 1960 au rang de ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative puis à celui de ministre de la Justice. En mars 1977, il est ministre d'État et en octobre de la même année il est appelé à être ministre d'État chargé des Affaires étrangères et de la Coopération dans le gouvernement de Ahmed Osman.
Il occupera le même poste en novembre 1981 dans le cabinet de Maâti Bouabid. Me Boucetta figure encore, cette fois-ci en tant que ministre d'État, dans le gouvernement de transition du 30 novembre 1983 chargé de préparer le référendum et les élections législatives.
Celui qui succédera dès 1974 à Allal El Fassi à la tête de l'istiqlal et bénéficié du renouvellement de son mandat par trois fois ( lors du 10ème, 11ème et 12ème congrès du parti) a été élu député de Marrakech (circonscription Bahia centre) à l'occasion des législatives de 1984 et celles de 1993 après avoir été président du conseil municipal de Marrakech dès 1960.
Peu de gens le savent, M'Hamed Boucetta a failli être nommé Premier ministre en 1994, dans le cadre d'un gouvernement d'alternance. Mais des événements de dernière minute ont dû faire capoter cette décision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.