Première sortie pour l'ex-Conseil de la magistrature    Justice: Un droit d'accès à l'information a minima    PJD: El Othmani dénonce «les perturbateurs»    Assurance-vie: L'Autorité surveille le dispositif anti-blanchiment    Marrakech/aéroport: Le ras-le-bol des professionnels du tourisme    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'Europe riposte à la guerre commerciale déclarée par Trump    Forum de Paris sur la paix: Des initiatives pour améliorer la gouvernance    Tibu éduque le rural par le Basket    Dix mois pour préparer les Jeux africains 2019    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Ecole rurale: A quoi joue l'Education nationale?    Pétrole : Le Maroc serait «sous-exploré»    Les pertes d'Uber continuent d'enfler    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Le pape François se rendra en voyage apostolique au Maroc    Nasser Bourita : Le Maroc demeure attaché à une solution consensuelle en Libye    Les PPP ont le vent en poupe en Afrique    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    Pour ou contre les JO-2026 ? Les habitants de Calgary donnent leur avis    Le Real Madrid confirme Solari, nommé jusqu'en 2021    Premier league : Susanna Dinnage, première femme à la tête de la Premier League    Les relations Maroc-USA examinées à Rabat    Mohamed Benabdelkader : Le maintien ou non de l'heure d'été dépend des résultats de son évaluation    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    Britanniques et Européens sont parvenus à un accord de principe sur l'Irlande    "Rêves d'une oasis" de Aziz Khoidir en compétition en Côte d'Ivoire    Bouillon de culture    BAM et l'ANRT lancent "m-wallet", un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    l'ONU décidée à clore le dossier du Sahara    Le Forum africain de la sécurité routière entame ses travaux à Marrakech    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès d'Abdelkrim El Khatib: La mort d'un «patriote»
Publié dans La Gazette du Maroc le 03 - 10 - 2008

Le Dr Abdelkrim El Khatib est mort à l'âge de 87 ans. Il avait voué son destin à ce qu'il considérait comme deux causes non-négociables : la dignité du peuple marocain et la pérennité du Trône.
Nul ne connaît Probablement mieux Abdelkrim El Khatib que Nelson Mandela, Feu Mohamed Boudiaf ou encore Ahmed Ben Bella. Ces trois personnalités ont emprunté en sa compagnie les chemins périlleux de la libération de l'Afrique de l'oppression coloniale et de l'apartheid. Mandela n'a jamais oublié que son ami El Khatib a continué à intercéder auprès de Feu Hassan II pour procurer armes et munitions à l'ANC. Alors qu'il était devenu le premier président noir d'Afrique du Sud, Mandela acceptera en 1997 de préfacer «Chemin d'une vie» (Maçar Hayat), le livre de mémoires de son ami El Khatib. Un ouvrage qui a éclairé sur cette période trouble de l'histoire moderne du Royaume. En témoigne cet épisode où Ben Barka voulait convaincre la résistance armée de… cesser les combats ! «Saïd Bounâaylate interrogea Ben Barka : « Qui t'a ramené de l'exil ?». Celui-ci répondit : «les armes !». Bounâaylate lui administra aussitôt cette injonction cinglante : «Alors va-t-en ! Les armes ramèneront également l'indépendance !» Bien que né à El Jadida, ce «patriote extrême» a contribué grandement à la libération du Maghreb et de l'Afrique. D'ailleurs, les dirigeants historiques du FLN lui doivent les arsenaux achetés par lui à travers le monde et introduits en Algérie par ses brigades stationnées dans la zone Nord. A méditer par les gouvernants actuels d'Alger.
Quant à la lutte armée marocaine, elle l'avait élu à sa tête. Plus tard, face à l'omnipotence musclée de l'Istiqlal, il créa le Mouvement Populaire avec Ahardane. Logique avec lui-même, il intégrera le FDIC en 1963 en compagnie de son frère Me Abderrahmane El Khatib (ex-ministre de l'intérieur). Cela n'altérait nullement son sens de la mesure : Lors d'un meeting grandiose du FDIC tenu à Sidi Bouzid, non loin de sa ville natale, face à plus de dix mille militants, il provoqua l'étonnement de ses compagnons d'estrade en rendant un hommage appuyé au leader de l'Istiqlal. Pour mieux le contrecarrer, il est vrai. Bien plus tard, il sera à l'origine d'une prouesse politique innovante en «domiciliant» le courant islamiste légaliste au sein de son parti, le MPCD. Signalons d'ailleurs que ce parti fut créé par lui en plein état d'exception à la suite d'un coup de gueule resté historique contre ce même état d'exception.
Fondateur du scoutisme
Pour en être resté proche, El Khatib était l'un des rares hommes politiques à pouvoir braver les colères de Hassan II. D'autant que la mère des frères El Khatib était vénérée par les regrettés Souverains Mohamed V et Hassan II. Mort à 87 ans, le Dr El Khatib a construit son existence comme une œuvre à la fois humaniste et politique. Premier chirurgien du Maroc (1953), il soignait gracieusement les gens de peu. Fondateur du scoutisme marocain moderne (Al Kachfia Al Hassania), il ambitionnait l'émergence d'une citoyenneté faite de tradition et de modernité. Ministre d'Etat et ministre en charge de domaines aussi variés que les Affaires africaines, l'Emploi et les Affaires sociales, il est resté fidèle à sa vocation humaniste, malgré les contingences politiciennes. Resté Président fondateur du PJD jusqu'à sa mort, il n'hésita point à recevoir les ténors du parti islamiste, au lendemain des dernières législatives partielles, pour leur prodiguer ses conseils. Malgré ce destin si riche en humanisme, en patriotisme et en combats, le défunt est resté humble. Ses dernières prestations télévisées sur Al Jazira et 2M révélèrent aux jeunes générations un homme pudique et modeste. A l'extrême limite de la timidité. Un homme politique propre est mort. Qui pourrait le remplacer dignement en ces temps d'opportunisme ? ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.