Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès d'Abdelkrim El Khatib: La mort d'un «patriote»
Publié dans La Gazette du Maroc le 03 - 10 - 2008

Le Dr Abdelkrim El Khatib est mort à l'âge de 87 ans. Il avait voué son destin à ce qu'il considérait comme deux causes non-négociables : la dignité du peuple marocain et la pérennité du Trône.
Nul ne connaît Probablement mieux Abdelkrim El Khatib que Nelson Mandela, Feu Mohamed Boudiaf ou encore Ahmed Ben Bella. Ces trois personnalités ont emprunté en sa compagnie les chemins périlleux de la libération de l'Afrique de l'oppression coloniale et de l'apartheid. Mandela n'a jamais oublié que son ami El Khatib a continué à intercéder auprès de Feu Hassan II pour procurer armes et munitions à l'ANC. Alors qu'il était devenu le premier président noir d'Afrique du Sud, Mandela acceptera en 1997 de préfacer «Chemin d'une vie» (Maçar Hayat), le livre de mémoires de son ami El Khatib. Un ouvrage qui a éclairé sur cette période trouble de l'histoire moderne du Royaume. En témoigne cet épisode où Ben Barka voulait convaincre la résistance armée de… cesser les combats ! «Saïd Bounâaylate interrogea Ben Barka : « Qui t'a ramené de l'exil ?». Celui-ci répondit : «les armes !». Bounâaylate lui administra aussitôt cette injonction cinglante : «Alors va-t-en ! Les armes ramèneront également l'indépendance !» Bien que né à El Jadida, ce «patriote extrême» a contribué grandement à la libération du Maghreb et de l'Afrique. D'ailleurs, les dirigeants historiques du FLN lui doivent les arsenaux achetés par lui à travers le monde et introduits en Algérie par ses brigades stationnées dans la zone Nord. A méditer par les gouvernants actuels d'Alger.
Quant à la lutte armée marocaine, elle l'avait élu à sa tête. Plus tard, face à l'omnipotence musclée de l'Istiqlal, il créa le Mouvement Populaire avec Ahardane. Logique avec lui-même, il intégrera le FDIC en 1963 en compagnie de son frère Me Abderrahmane El Khatib (ex-ministre de l'intérieur). Cela n'altérait nullement son sens de la mesure : Lors d'un meeting grandiose du FDIC tenu à Sidi Bouzid, non loin de sa ville natale, face à plus de dix mille militants, il provoqua l'étonnement de ses compagnons d'estrade en rendant un hommage appuyé au leader de l'Istiqlal. Pour mieux le contrecarrer, il est vrai. Bien plus tard, il sera à l'origine d'une prouesse politique innovante en «domiciliant» le courant islamiste légaliste au sein de son parti, le MPCD. Signalons d'ailleurs que ce parti fut créé par lui en plein état d'exception à la suite d'un coup de gueule resté historique contre ce même état d'exception.
Fondateur du scoutisme
Pour en être resté proche, El Khatib était l'un des rares hommes politiques à pouvoir braver les colères de Hassan II. D'autant que la mère des frères El Khatib était vénérée par les regrettés Souverains Mohamed V et Hassan II. Mort à 87 ans, le Dr El Khatib a construit son existence comme une œuvre à la fois humaniste et politique. Premier chirurgien du Maroc (1953), il soignait gracieusement les gens de peu. Fondateur du scoutisme marocain moderne (Al Kachfia Al Hassania), il ambitionnait l'émergence d'une citoyenneté faite de tradition et de modernité. Ministre d'Etat et ministre en charge de domaines aussi variés que les Affaires africaines, l'Emploi et les Affaires sociales, il est resté fidèle à sa vocation humaniste, malgré les contingences politiciennes. Resté Président fondateur du PJD jusqu'à sa mort, il n'hésita point à recevoir les ténors du parti islamiste, au lendemain des dernières législatives partielles, pour leur prodiguer ses conseils. Malgré ce destin si riche en humanisme, en patriotisme et en combats, le défunt est resté humble. Ses dernières prestations télévisées sur Al Jazira et 2M révélèrent aux jeunes générations un homme pudique et modeste. A l'extrême limite de la timidité. Un homme politique propre est mort. Qui pourrait le remplacer dignement en ces temps d'opportunisme ? ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.