Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Le discours de la vérité!    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès d'Abdelkrim El Khatib: La mort d'un «patriote»
Publié dans La Gazette du Maroc le 03 - 10 - 2008

Le Dr Abdelkrim El Khatib est mort à l'âge de 87 ans. Il avait voué son destin à ce qu'il considérait comme deux causes non-négociables : la dignité du peuple marocain et la pérennité du Trône.
Nul ne connaît Probablement mieux Abdelkrim El Khatib que Nelson Mandela, Feu Mohamed Boudiaf ou encore Ahmed Ben Bella. Ces trois personnalités ont emprunté en sa compagnie les chemins périlleux de la libération de l'Afrique de l'oppression coloniale et de l'apartheid. Mandela n'a jamais oublié que son ami El Khatib a continué à intercéder auprès de Feu Hassan II pour procurer armes et munitions à l'ANC. Alors qu'il était devenu le premier président noir d'Afrique du Sud, Mandela acceptera en 1997 de préfacer «Chemin d'une vie» (Maçar Hayat), le livre de mémoires de son ami El Khatib. Un ouvrage qui a éclairé sur cette période trouble de l'histoire moderne du Royaume. En témoigne cet épisode où Ben Barka voulait convaincre la résistance armée de… cesser les combats ! «Saïd Bounâaylate interrogea Ben Barka : « Qui t'a ramené de l'exil ?». Celui-ci répondit : «les armes !». Bounâaylate lui administra aussitôt cette injonction cinglante : «Alors va-t-en ! Les armes ramèneront également l'indépendance !» Bien que né à El Jadida, ce «patriote extrême» a contribué grandement à la libération du Maghreb et de l'Afrique. D'ailleurs, les dirigeants historiques du FLN lui doivent les arsenaux achetés par lui à travers le monde et introduits en Algérie par ses brigades stationnées dans la zone Nord. A méditer par les gouvernants actuels d'Alger.
Quant à la lutte armée marocaine, elle l'avait élu à sa tête. Plus tard, face à l'omnipotence musclée de l'Istiqlal, il créa le Mouvement Populaire avec Ahardane. Logique avec lui-même, il intégrera le FDIC en 1963 en compagnie de son frère Me Abderrahmane El Khatib (ex-ministre de l'intérieur). Cela n'altérait nullement son sens de la mesure : Lors d'un meeting grandiose du FDIC tenu à Sidi Bouzid, non loin de sa ville natale, face à plus de dix mille militants, il provoqua l'étonnement de ses compagnons d'estrade en rendant un hommage appuyé au leader de l'Istiqlal. Pour mieux le contrecarrer, il est vrai. Bien plus tard, il sera à l'origine d'une prouesse politique innovante en «domiciliant» le courant islamiste légaliste au sein de son parti, le MPCD. Signalons d'ailleurs que ce parti fut créé par lui en plein état d'exception à la suite d'un coup de gueule resté historique contre ce même état d'exception.
Fondateur du scoutisme
Pour en être resté proche, El Khatib était l'un des rares hommes politiques à pouvoir braver les colères de Hassan II. D'autant que la mère des frères El Khatib était vénérée par les regrettés Souverains Mohamed V et Hassan II. Mort à 87 ans, le Dr El Khatib a construit son existence comme une œuvre à la fois humaniste et politique. Premier chirurgien du Maroc (1953), il soignait gracieusement les gens de peu. Fondateur du scoutisme marocain moderne (Al Kachfia Al Hassania), il ambitionnait l'émergence d'une citoyenneté faite de tradition et de modernité. Ministre d'Etat et ministre en charge de domaines aussi variés que les Affaires africaines, l'Emploi et les Affaires sociales, il est resté fidèle à sa vocation humaniste, malgré les contingences politiciennes. Resté Président fondateur du PJD jusqu'à sa mort, il n'hésita point à recevoir les ténors du parti islamiste, au lendemain des dernières législatives partielles, pour leur prodiguer ses conseils. Malgré ce destin si riche en humanisme, en patriotisme et en combats, le défunt est resté humble. Ses dernières prestations télévisées sur Al Jazira et 2M révélèrent aux jeunes générations un homme pudique et modeste. A l'extrême limite de la timidité. Un homme politique propre est mort. Qui pourrait le remplacer dignement en ces temps d'opportunisme ? ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.