Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réformes : Les ruptures de la décennie
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

Extension du champ des libertés, transparence des élections, respect des droits de l'homme, le bilan ne peut souffrir la controverse.
Dès son premier discours à la nation, le Souverain a affirmé sans ambages ses convictions démocratiques. En permettant le retour d'exil d'Abraham Serfaty et la levée de l'assignation à résidence de Abdeslam Yassine, le symbole était là, signifiant l'engagement d'asseoir une démocratie réelle.
L'extension du champ des libertés est une vérité palpable à chaque instant. Même la barrière de ce que l'on appelait les lignes rouges est tombée. Toutes les sensibilités politiques s'expriment librement y compris les extrêmes. Le droit de manifester n'a jamais été aussi utilisé dans l'histoire du Maroc. Ce qui avait fait dire à l'ancien Premier ministre, Youssoufi, que le Maroc vit un mai 68 permanent.
Il faut une grande dose de mauvaise foi pour soutenir que la liberté de la presse est en danger. Le Souverain s'est interdit toute poursuite contre un journal. Les procès mettent souvent les journaux contre des personnes privées autour de délits de presse courants. Le seul procès de nature politique est celui intenté à Nadia Yassine, qui est d'ailleurs en liberté depuis le début de la procédure.
De manière institutionnelle, le Maroc a adopté une loi contre la torture et initié la culture des droits de l'homme dans toutes les administrations. Cette démarche volontariste est aussi la conséquence du travail de mémoire et de justice transitionnelle, effectué par l'IER.
Plus jamais ça !
L'expérience de l'IER est un fait marquant de la décennie. Le Souverain a associé dans sa démarche les partis politiques, les associations, les victimes et les familles de victimes. L'objectif recherché était le rétablissement des victimes de violations de droit de l'Homme dans leurs droits, l'énoncé de la vérité, sans pour autant rechercher la vengeance.
L'exercice a été mené à bien. L'Etat a reconnu l'existence de violations graves des droits de l'Homme, concernant des individus, des groupes, des régions. C'est extrêmement important parce que l'on rompait avec la logique de «la légitime défense».
Ensuite il a fallu recenser tous les cas, ce qui a été fait minutieusement. Les disparitions forcées, à part quelques exceptions, ont été solutionnées et les familles ont pu, parfois, retrouver une dépouille. L'indemnisation et l'assistance médicale ne sont pas les éléments les plus importants du processus.
Les victimes ont été rétablies dans leur statut de victimes et l'Etat a assumé ses responsabilités. Les audiences publiques télévisées ont permis un travail de mémoire collective. L'IER a surtout tiré de ses conclusions des recommandations dont le CCDH assure la mise en œuvre. La finalité de l'exercice, c'est de s'assurer que le respect des droits de l'homme est un acquis pérennisé, définitif. C'est dans ce sens que bien avant de terminer sa mission, l'IER a accompagné la loi contre la torture qui responsabilise les individus et ne permet plus de se cacher derrière les ordres. D'ailleurs, des policiers ont déjà été condamnés en vertu de cette loi.
Enfin la transparence !
L'ère de S.M Mohammed VI est aussi celle de la transparence des élections. Les partis politiques, mais aussi les observateurs nationaux et internationaux reconnaissent la sincérité des résultats de toutes les consultations depuis 2002, alors que toutes les élections ont été truquées depuis l'indépendance.
C'est un acquis d'une extrême importance. D'abord parce que c'est un facteur de confiance des citoyens dans la construction démocratique, ensuite parce qu'il crédibilise les institutions élues, crédibilité dont la recherche, pour le Souverain, est permanente.
Le Roi a souvent mis en exergue la nécessité de partis forts et appelé de ses vœux le regroupement, les alliances permettant de dégager des pôles, pour pouvoir faire jouer une véritable alternance démocratique.
Les mesures législatives allant dans le sens de la mise à niveau des partis politiques sont nombreuses. Le financement public est désormais codifié, transparent et plus conséquent. En s'engageant publiquement à respecter la démarche démocratique et à nommer le Premier ministre en fonction des résultats des élections, parmi la majorité, le Roi est dans la logique de la crédibilisation des institutions.
Favoriser la citoyenneté
Cette décennie se caractérise aussi par l'institutionnalisation de la société civile. Non seulement celle-ci est encouragée, financée y compris sur les deniers privés du Roi, mais elle est promue au statut de partenaire des politiques publiques.
Cette démarche permet d'avoir plusieurs affluents dans la préparation de la décision, le suivi de l'application et l'évaluation. C'est un enrichissement de l'action publique, mais c'est surtout une plus grande implication citoyenne.
Certains se sont trompés, au début, sur le sens de la démarche en y voyant un affaiblissement du rôle des partis. Il est clair aujourd'hui qu'il s'agit d'une vision tendant à créer des synergies entre toutes les potentialités et non à les opposer les unes contre les autres.
Aujourd'hui, les autorités locales ont appris à compter avec le tissu associatif et à l'insérer dans le dispositif ou tout au moins à l'écouter. C'est cette démarche qui a facilité la mise en place de l'INDH par exemple. Les associations de développement sont devenues un acteur incontournable, surtout dans le milieu rural.
Le même encouragement de la citoyenneté est proposé aux MRE. Le Conseil dédié aux Marocains résidant à l'Etranger est venu conforter une démarche Royale initiée dès le début du règne.
Là aussi c'est une rupture avec le passé, les MRE sont sollicités pour être étroitement associés au processus de développement mais aussi de démocratisation. Ils ne sont plus uniquement des pourvoyeurs de devises, mais des citoyens à part entière appelés à s'inscrire dans toutes les affaires du pays.
L'autre rupture de taille de cette décennie (en dehors du rôle de la femme et du Sahara traités par ailleurs) concerne le champ religieux. Après le traumatisme du 16 mai 2003, il est apparu urgent de remettre de l'ordre dans ce champ. La revalorisation de l'Islam réel, tolérant, ouvert, fraternel, a guidé cette action. Les mosquées clandestines ont disparu. Un corps de prédicatrices, les morchidates a été créé. La mosquée est aussi utilisée pour l'alphabétisation. Cette démarche est accompagnée par tous les oulémas qui la soutiennent de toutes leurs forces. Cela a permis de mettre hors-jeu les pratiques et les idées importées. C'est une reconquête essentielle pour l'avenir.
Toutes ces ruptures et bien d'autres son évidentes. Le Maroc d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celui de feu Hassan II. Les défis de l'avenir sont encore plus exaltants, ardus aussi certainement. Mais le cap est fixé, la vitesse de croisière trouvée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.