Les dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali rapatriées au Maroc    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Evolution du coronavirus au Maroc. 2432 nouveaux cas, 913.423 au total, jeudi 16 septembre 2021 à 16 heures    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Régulation des plateformes numériques : Mme Akharbach appelle à une coopération internationale impliquant l'Afrique    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Sécurité : AUKUS, un pacte qui souffle à la France un marché de 50 milliards d'Euros    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19 au Maroc : où en est la situation nationale ?    La reconnaissance du pass vaccinal marocain par l'UE n'impacte pas les conditions d'accès aux pays européens    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le ventre de la bête
Publié dans La Gazette du Maroc le 26 - 07 - 2004

La résistible ascension d'Arturo Ui” de Bertold Brecht a pour ultime réplique: “Le ventre de la bête est toujours fécond”. C'était tout juste après la fin de la deuxième guerre mondiale marquant la défaite nazie. Le message de Bertold Brecht était que l'antisémitisme pourrait réapparaître à n'importe quel moment. Il faut prendre l'antisémitisme au sens large puisque les trois religions du livre sont nées en terre sémite, bien que les sionistes forcenés veulent à tout prix faire un distingo entre Arabes et Juifs. Un démenti vient d'être infligé à cette thèse à l'origine de bien des malheurs en Palestine. C'est la profanation des cimetières juifs, musulmans et chrétiens en France. Ces crimes étaient auparavant commis contre des cimetières juifs un peu partout en France -mais pas seulement- et permettaient aux Associations juives de tenir une étonnante comptabilité : tant d'insultes, tant d'agressions physiques, tant de profanations, comme pour les accidents de la circulation. Et évidemment, le tout attribué à des Maghrébins, oubliant que des mosquées ont été taguées plus d'une fois avec les mêmes inscriptions. Cependant, les dernières profanations ont lieu en Alsace et visaient les trois religions, ce qui révèle une sinistre réalité, le nazisme n'est pas mort. Que ce soit l'Alsace qui le rappelle au reste de la France n'est pas le fruit du hasard. C'est d'abord une réplique aux différentes manifestations organisées tout azimut à l'occasion du 60ème anniversaire de la libération de la France. Cela veut dire que si les armées nazies ont été vaincues, la braise nazie était encore rougeoyante sous la cendre. Que cela se passe en Alsace n'est pas étonnant puisque cette province a toujours été disputée entre la France et l'Allemagne, même à l'époque du Reich. Ceci dit si l'Alsace est française, les populations sont de culture germanique et parlent allemand en privé. Ici il faut rappeler un événement dramatique qui illustre bien cette situation. Durant le repli d'une unité nazie à la fin de la guerre, les nazis s'étaient arrêtés dans un paisible village, Oradour-sur-Glane, et avaient exécuté froidement tous les hommes. Les femmes et les enfants avaient été enfermés dans l'église du village. Le tout avait été incendié. Parmi les exécutants de cet horrible massacre, il y avait 17 Alsaciens en uniforme nazie. Par conséquent l'hostilité des régions environnantes de l'Alsace est encore vivace aujourd'hui. Après la guerre, malgré la constitution du pool charbon acier, l'Allemagne avait pourtant suivi une tactique astucieuse. De nombreuses unités industrielles avaient été installées le long de la frontière avec l'Alsace. Tous les jours donc les Alsaciens se rendaient à leur travail en Allemagne et parlaient allemand, alors que le soir en rentrant chez eux faisaient de même. Il y a des choses dont il faut se souvenir, bien que les dirigeants européens affichent une satisfaction démesurée sous prétexte qu'il y a l'euro et que la Commission de Bruxelles régule les questions économiques. On peut signaler en passant que la Grande-Bretagne n'est pas plus européenne que Formose n'est indienne. L'important se passe au cœur de l'Europe. Après la réunification de l'Allemagne, l'ancien Président français Mitterrand avait dû insister lourdement auprès du chancelier Helmut Köhl pour que celui-ci reconnaisse la frontière Oder Neisse. Mais ostensiblement le chancelier nommait Dandzig le port polonais appelé Gdansk, ce qui se fait encore. En outre, il existe à Berlin un musée qui recueille des documents sur les horreurs nazies censées dégoûter les jeunes générations. “Plus jamais ça”, dit un slogan. Or, d'après des voyageurs qui visitent l'Allemagne, de nombreux jeunes ont la réaction inverse, avec cette réflexion : “C'est un nouveau Hitler qu'il nous faut”. Le chancelier Schröder perdra certainement les prochaines élections à cause de la situation économique de l'Europe que la majorité rejette -nostalgie de la grandeur prussienne- et de l'esprit de revanche qui demeure vivace, après l'humiliation du traité de Versailles en 1920 imposé au Kaiser, ce qui avait engendré Hitler, qui avait été défait en 1944, lui aussi.
Du reste, quand on constate l'énorme pourcentage d'abstentions aux dernières élections européennes, on s'aperçoit que l'Europe n'intéresse pas grand monde. Mais les dirigeants continuent l'élargissement de l'Europe à marche forcée -en passant par-dessus la Turquie- comme s'ils voulaient exorciser quelque chose. En tout cas, cela n'élimine pas les revendications territoriales. L'Allemagne a mis pour l'instant une sourdine à ses revendications sur la Silésie et la Pologne rêve d'un morceau de Russie. Celle-ci, bien que ne faisant pas partie de l'Europe revendique en Géorgie l'Abkhazie et l'Ossétie dont les populations russophones veulent leur rattachement à la Russie qui aspire toujours à reconquérir la grandeur de l'empire russe. Il faut rappeler que la Géorgie est un futur candidat à l'Europe. En même temps, plus l'Europe s'élargit plus il y a d'adhérents à l'OTAN, ce qui satisfait les Etats-Unis qui auront davantage de chair à canons à leur disposition. Mais pas plus que les Européens ils ne se préoccupent de l'ex-RDA où il y a 50.000 emplois pour 1 million de chômeurs. Pourtant, dès que le régime de l'Allemagne de l'Est s'était effondré, la droite y avait gagné massivement des voix. Dans les bras de qui tomberont ces nouveaux laissés pour compte ? Alors que non loin le chaudron de l'ex-Yougoslavie est toujours en effervescence. En revanche, l'Occident refuse toujours d'admettre que le terrorisme international a pour origine des siècles d'humiliations et d'exploitation infligées aux peuples arabo-musulmans. Et qu'il le veuille ou non, la Palestine spoliée et le sort des Palestiniens dépouillés chaque jour davantage seront une des causes, tant que la situation restera en l'état, à laquelle il faut ajouter désormais l'Afghanistan et l'Irak. Mais l'Occident attaché à ses anciennes méthodes de colonisateur ne connaît que la répression et la corruption. Ce n'est pas parce qu'il y a un nouvel homme fort à Ghazza dont les milices sont payées par les services spéciaux égyptiens -dixit Alexandre Adler, avec satisfaction- que le problème sera résolu.
Il ne faut pas se voiler la face. Tant que les sionistes de Palestine et de la Maison Blanche feront la loi, le monde arabo-musulman restera en ébullition, et le nazisme se montrera de plus en plus. Sans qu'il y ait aucune possibilité d'amalgame, tant il est évident qu'ils sont antinomiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.