OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les hommes-grenouilles de Sebta
Publié dans La Gazette du Maroc le 26 - 07 - 2004

Découverte de nouvelles techniques de trafic d'hommes
C'est le nouveau coup de génie des passeurs d'hommes vers l'enclave de Sebta avant de regagner l'Espagne. Des moteurs humains, des scaphandriers en tenue qui sillonnent les eaux entre Fnideq et Sebta en contournant la vigilance. Une traque s'est organisée sur place et plus de 100 personnes sont déjà répertoriées comme passeurs. Une technique nouvelle qui demande des investissements solides, qui a pris de court la Guardia civil.
La journée s'annonce très chaude malgré la mi-septembre. On s'approche du souk central où s'entassent les marchandises de contrebande. Fnideq est la jumelle abâtardie de Sebta qui la nargue du haut de sa montagne dédaigneuse.
Les hommes que nous rencontrons à l'abord des attirails de cartons nous di-sent d'emblée qu'ils ne connaissaient pas ce passeur, cet homme-grenouille qui vient d'écoper de six ans de prison dans la cité espagnole. “Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi tant de remous depuis quelques jours ? Non... Je ne savais pas que des hommes-grenouilles hyper équipés faisaient dans le passage des clandestins...” dit un jeune homme occupé à ramasser ses cartons et à compter ses deniers. Pourtant, la justice espagnole vient d'écrouer ce natif de Fnideq qui passe pour une ombre dans le quotidien des habitants de la région. Ce jour-là, comme par hasard, on allait apprendre une autre nouvelle tout aussi fracassante, en relation avec les nouvelles méthodes de travail des groupes mafieux. Un Marocain avait été arrêté en haute mer, à bord d'un jet ski, transportant soixante kilos d'huile de haschich en direction du sud de l'Espagne. La région du Détroit s'était mise à l'heure des technologies et des méthodes insoupçonnées qui dealaient avec le resserrement de l'étau.
Les moteurs humains
Le jeune homme du souk, plus tard, nous avait rejoint dans la rue et nous avait dit: “Ecoutez, ce n'est pas un sujet dont il faut parler en public. Surtout qu'il paraît que Sebta est sens dessus dessous depuis quelques mois. Comme les flics sont partout maintenant, les émigrés ont trouvé d'autres moyens pour entrer à Sebta ou en Espagne”. Une source policière du coin confirmera les allusions de notre précédent interlocuteur. Il nous parle du procès et affirme que ce n'est pas le premier: “La police de Sebta arrête de plus en plus d'hommes-grenouilles qui se sont recyclés dans le transport des clandestins. Je crois que personne ne parle encore de cela au Maroc - il fait un geste de sa main vers l'intérieur du pays qui paraît si lointain.” Le soir, nous entrons dans un café de marins où l'odeur du kif flotte éternellement dans l'atmosphère.
De fil en aiguille nous tombons sur des personnes qui acceptent de nous en dire plus sur cette histoire. L'une d'elles est catégorique : “Je les ai vus comme je vous vois. Oui, des hommes habillés comme pour la plongée, avec d'énormes palmes pour nager. Ils ont plein de cordes enroulées à leur corps”.
A quoi peuvent-ils servir, ces scaphandriers qui sortent de nulle part, matériel accroché au cou et qui se jettent à l'eau avec des pneumatiques prêts à traîner dans la fournaise du détroit des candidats à l'Europe ? “je sais comment ils font. Ils fixent l'affaire bien avant et quand arrive le moment ils sont là à attendre l'occasion pour mettre les moteurs en marche. C'est des moteurs de scientifiques, c'est l'un d'eux qui me l'a dit quand je lui avais demandé si c'était du sûr cette affaire. Après, c'est simple : lui, il nage sous l'eau et toi, tu es sur ton pneu et tu files à 100 à l'heure”.
Variation sur le thème du passage
Pour la Guardia civil, la vitesse est à revoir à la baisse : “Non, pas 100 mais bien 40 à 50 kilomètres/heure. Vous savez, nous avons des prototypes de ces machines, c'est des moteurs pour
des recherches en océanographie. Apparemment, d'autres passeurs, ont apporté des modifications pour les rendre plus puissants et je veux bien le croire, car ils filent à grande vitesse et si on en a attrapé un, il y a d'autres qui ont réussi leurs coups.”
Il ne faut pas croire que les scaphandriers opèrent à vue entre Sebta et le Maroc. Ils ont leurs techniques spéciales comme nous l'a expliqué un agent de la Guardia civil. Le rôle du passeur est de faire aboutir la marchandise. Il a un chargement humain et il se doit d'arriver à destination. En pleine plage du côté de la frontière de Tarajal, il faut être fou pour faire de la spéléologie sous-marine devant les chauffeurs de taxi et les contrebandiers. Les scaphandriers sillonnent des passages secrets empruntés aussi par les trafiquants de drogue.
Ce qui fait dire à la police que des liens existent entre les deux trafics. Ils passent entre les rochers, pénètrent dans des crevasses et cheminent selon une feuille de route bien définie jusqu'à pénétrer dans les eaux de Sebta. De là, le débarquement se fait devant tout le monde sans attirer l'attention de personne. Il faut aussi préciser que pour ce type de passage, le chargement ne doit jamais dépasser deux personnes adultes et un enfant. Les chambres à air utilisés ne peuvent pas supporter plus sans compter que cela ralentit la vitesse et risque de provoquer des chavirements. Pour les trafiquants du coin : “C'est une vieille technique qu'on utilisait bien avant mais pour la drogue vers l'Espagne. Là, c'est juste quelques centaines de mètres pour passer à Sebta, c'est un jeu d'enfants pour les scaphandriers”.
En effet, les moteurs et les hommes grenouilles font en tout : passage de clandestins, acheminement de haschich... et d'autres affaires que la police laisse en suspens. Ce qu'il faut retenir, c'est que en tout état de cause, l'affaire prend des tournures sérieuses puisqu'elle est déjà rattachée au terrorisme, alors que de nouvelles mesures voient le jour dans l'enclave suite à des décisions gouvernementales dans le dossier du 11 mars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.