Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Ligue des champions: Le WAC s'incline à Pretoria    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Le Groupe BCP lance l'application «Atlantique Mobile» pour son réseau subsaharien    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    Aujjar rend hommage aux victimes du génocide rwandais...Et à Paul Kagamé.    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    «Le Maroc a signé «approximativement» toutes les conventions sur les droits d'auteur»    Donald Trump, le show et le chaos    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'industrie à la banque, un parcours atypique
Publié dans La Gazette du Maroc le 20 - 05 - 2002

Khalid Oudghiri, responsable de la zone Moyen-Orient de BNP Paribas
Jeune (44 ans), doté d'un calme “impressionnant”, Khalid Oudghiri, est un banquier pas comme les autres. Presque totalement différent. Il est venu de l'industrie pour intégrer, en 1992, une banque dont
il est devenu, quelques années plus tard, l'un
des piliers. Aujourd'hui, il est appelé à diriger
toute une région au sein d'un groupe financier devenu ouvert sur le monde.
Rien ne le prédisposait, au départ, à faire carrière dans le domaine très sélect de la finance. Et pourtant, c'est lui, entouré de son équipe et soutenu par sa direction générale, qui a participé à la mise en place d'un plan en trois étapes pour re-dynamiser la BMCI, l'institution financière, dans laquelle il a appris et développé le métier de la “banque commerciale”. Lui, c'est Khalid Oudghiri, un homme réputé pour ses qualités professionnelles et humaines qui lui ont valu l'estime et la reconnaissance de nombre de ses confrères dans la profession. Entré à la BMCI en 1992, après avoir exercé dans l'industrie et un peu dans la banque d'affaires, Khalid Oudghiri dit avoir beaucoup appris dans cette banque, dont la mise à niveau avait nécessité trois étapes : restructuration, puis développement et enfin fusion avec une autre banque, ABN Amro Bank Maroc. De ces trois étapes, Oudghiri affirme qu'elles ont été particulièrement douloureuses mais les résultats qu'elles ont produits ont permis de hisser la BMCI à un niveau presque égal aux banques les plus prestigieuses de la place.“Dans une carrière professionnelle, c'est quand même quelque chose de très enrichissant”, lance, avec fierté, l'homme qui est devenu, depuis le 15 mai dernier, le responsable de la région Moyen-Orient du groupe BNP Paribas. Cette promotion, visiblement alléchante et d'un niveau hiérarchique important dans les structures du groupe français, intervient au moment précis où le Maroc traverse une étape cruciale, caractérisée par l'avènement sous peu d'un certain nombre de réformes que chacun estime décisives. Ce n'est pas son départ de la BMCI qui le rend un peu “triste”, mais plutôt le fait de quitter le pays alors qu'il connaît de grands changements. Son passage à la BMCI, qui a duré environ dix ans, a été très instructif pour la suite de sa carrière. Surtout qu'il était arrivé en pleine réforme bancaire, mise en place en 1993. Cette réforme dont les objectifs, très appréciés, destinés à rénover et restructurer le secteur bancaire, a offert à Khalid Oudghiri l'opportunité de suivre de près l'évolution de la banque au Maroc. Avec sa nomination à la tête d'une zone comprenant plusieurs pays, Khalid s'est senti à la fois surpris et comblé. Surpris, parce qu'il ne s'attendait pas à être désigné à ce poste qu'il estime d'un niveau hiérarchique important. “C'est la première fois, en effet, que le groupe BNP Paribas va chercher quelqu'un dans une filiale pour lui donner la direction de toute une région”, dit-il. En fait, Khalid s'attendait à une proposition, “mais pas de cette importance”.
Homme apolitique
Il est également satisfait parce qu'il considère que cette nomination constitue un signal fort lancé par le groupe BNP Paribas pour montrer sa volonté d'“internationaliser” sa politique de recrutement des plus hauts cadres de la banque. Frappé d'un cachet franco-français que de nombreux observateurs lui ont attribué pour n'avoir embauché que des Français pendant plusieurs années, le groupe BNP Paribas est devenu, depuis quelque temps seulement, un groupe international où se côtoient diverses nationalités. “Au sein du groupe BNP Paribas, c'est une révolution culturelle”, explique cet homme de 44 ans, qui affiche son intention de revenir au Maroc pour accomplir son devoir, qui est de participer au développement économique du pays. A la BMCI,
il l'avait fait avec abnégation en tant que membre-fondateur et actif de l'association “Maroc 2020”, au sein de laquelle il a accompli, en compagnie de son ami Ali Belhaj, un travail riche en études et enquêtes. Mais, la politique ne l'a jamais intéressé alors qu'Ali Belhaj, président de “Maroc 2020”, vient de créer son parti politique, Alliance des libertés, dont les idées et les réflexions ont été récemment révélées lors d'un congrès constitutif tenu dans un grand palace de Casablanca. A-t-il des affinités avec un parti politique ? Non, répond-il. En ce qui le concerne, “le travail associatif est largement suffisant pour concourir au développement de mon pays”. Même en occupant un poste de responsabilité à Paris, il compte continuer d'œuvrer dans un cadre associatif qui lui permettra de conserver un lien étroit avec le Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.