CAN 2019 : Les Lions de l'Atlas domptent le Cameroun, victoire historique    Journée mondiale du diabète : Le bilan de ce côté-ci est alarmant    Les tarifs du TGV Al Boraq sont très abordables selon Rabie Khlie    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Julian Assange inculpé aux Etats-Unis, selon WikiLeaks    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Les défis de la mondialisation    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    Météo : Une semaine pluvieuse en perspective    Le PLF 2019 adopté à la majorité par les représentants    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Lo Celso restera sûrement à Betis    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    La Chambre des représentants approuve la première partie du projet de loi de finances 2019    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'industrie à la banque, un parcours atypique
Publié dans La Gazette du Maroc le 20 - 05 - 2002

Khalid Oudghiri, responsable de la zone Moyen-Orient de BNP Paribas
Jeune (44 ans), doté d'un calme “impressionnant”, Khalid Oudghiri, est un banquier pas comme les autres. Presque totalement différent. Il est venu de l'industrie pour intégrer, en 1992, une banque dont
il est devenu, quelques années plus tard, l'un
des piliers. Aujourd'hui, il est appelé à diriger
toute une région au sein d'un groupe financier devenu ouvert sur le monde.
Rien ne le prédisposait, au départ, à faire carrière dans le domaine très sélect de la finance. Et pourtant, c'est lui, entouré de son équipe et soutenu par sa direction générale, qui a participé à la mise en place d'un plan en trois étapes pour re-dynamiser la BMCI, l'institution financière, dans laquelle il a appris et développé le métier de la “banque commerciale”. Lui, c'est Khalid Oudghiri, un homme réputé pour ses qualités professionnelles et humaines qui lui ont valu l'estime et la reconnaissance de nombre de ses confrères dans la profession. Entré à la BMCI en 1992, après avoir exercé dans l'industrie et un peu dans la banque d'affaires, Khalid Oudghiri dit avoir beaucoup appris dans cette banque, dont la mise à niveau avait nécessité trois étapes : restructuration, puis développement et enfin fusion avec une autre banque, ABN Amro Bank Maroc. De ces trois étapes, Oudghiri affirme qu'elles ont été particulièrement douloureuses mais les résultats qu'elles ont produits ont permis de hisser la BMCI à un niveau presque égal aux banques les plus prestigieuses de la place.“Dans une carrière professionnelle, c'est quand même quelque chose de très enrichissant”, lance, avec fierté, l'homme qui est devenu, depuis le 15 mai dernier, le responsable de la région Moyen-Orient du groupe BNP Paribas. Cette promotion, visiblement alléchante et d'un niveau hiérarchique important dans les structures du groupe français, intervient au moment précis où le Maroc traverse une étape cruciale, caractérisée par l'avènement sous peu d'un certain nombre de réformes que chacun estime décisives. Ce n'est pas son départ de la BMCI qui le rend un peu “triste”, mais plutôt le fait de quitter le pays alors qu'il connaît de grands changements. Son passage à la BMCI, qui a duré environ dix ans, a été très instructif pour la suite de sa carrière. Surtout qu'il était arrivé en pleine réforme bancaire, mise en place en 1993. Cette réforme dont les objectifs, très appréciés, destinés à rénover et restructurer le secteur bancaire, a offert à Khalid Oudghiri l'opportunité de suivre de près l'évolution de la banque au Maroc. Avec sa nomination à la tête d'une zone comprenant plusieurs pays, Khalid s'est senti à la fois surpris et comblé. Surpris, parce qu'il ne s'attendait pas à être désigné à ce poste qu'il estime d'un niveau hiérarchique important. “C'est la première fois, en effet, que le groupe BNP Paribas va chercher quelqu'un dans une filiale pour lui donner la direction de toute une région”, dit-il. En fait, Khalid s'attendait à une proposition, “mais pas de cette importance”.
Homme apolitique
Il est également satisfait parce qu'il considère que cette nomination constitue un signal fort lancé par le groupe BNP Paribas pour montrer sa volonté d'“internationaliser” sa politique de recrutement des plus hauts cadres de la banque. Frappé d'un cachet franco-français que de nombreux observateurs lui ont attribué pour n'avoir embauché que des Français pendant plusieurs années, le groupe BNP Paribas est devenu, depuis quelque temps seulement, un groupe international où se côtoient diverses nationalités. “Au sein du groupe BNP Paribas, c'est une révolution culturelle”, explique cet homme de 44 ans, qui affiche son intention de revenir au Maroc pour accomplir son devoir, qui est de participer au développement économique du pays. A la BMCI,
il l'avait fait avec abnégation en tant que membre-fondateur et actif de l'association “Maroc 2020”, au sein de laquelle il a accompli, en compagnie de son ami Ali Belhaj, un travail riche en études et enquêtes. Mais, la politique ne l'a jamais intéressé alors qu'Ali Belhaj, président de “Maroc 2020”, vient de créer son parti politique, Alliance des libertés, dont les idées et les réflexions ont été récemment révélées lors d'un congrès constitutif tenu dans un grand palace de Casablanca. A-t-il des affinités avec un parti politique ? Non, répond-il. En ce qui le concerne, “le travail associatif est largement suffisant pour concourir au développement de mon pays”. Même en occupant un poste de responsabilité à Paris, il compte continuer d'œuvrer dans un cadre associatif qui lui permettra de conserver un lien étroit avec le Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.