Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'industrie à la banque, un parcours atypique
Publié dans La Gazette du Maroc le 20 - 05 - 2002

Khalid Oudghiri, responsable de la zone Moyen-Orient de BNP Paribas
Jeune (44 ans), doté d'un calme “impressionnant”, Khalid Oudghiri, est un banquier pas comme les autres. Presque totalement différent. Il est venu de l'industrie pour intégrer, en 1992, une banque dont
il est devenu, quelques années plus tard, l'un
des piliers. Aujourd'hui, il est appelé à diriger
toute une région au sein d'un groupe financier devenu ouvert sur le monde.
Rien ne le prédisposait, au départ, à faire carrière dans le domaine très sélect de la finance. Et pourtant, c'est lui, entouré de son équipe et soutenu par sa direction générale, qui a participé à la mise en place d'un plan en trois étapes pour re-dynamiser la BMCI, l'institution financière, dans laquelle il a appris et développé le métier de la “banque commerciale”. Lui, c'est Khalid Oudghiri, un homme réputé pour ses qualités professionnelles et humaines qui lui ont valu l'estime et la reconnaissance de nombre de ses confrères dans la profession. Entré à la BMCI en 1992, après avoir exercé dans l'industrie et un peu dans la banque d'affaires, Khalid Oudghiri dit avoir beaucoup appris dans cette banque, dont la mise à niveau avait nécessité trois étapes : restructuration, puis développement et enfin fusion avec une autre banque, ABN Amro Bank Maroc. De ces trois étapes, Oudghiri affirme qu'elles ont été particulièrement douloureuses mais les résultats qu'elles ont produits ont permis de hisser la BMCI à un niveau presque égal aux banques les plus prestigieuses de la place.“Dans une carrière professionnelle, c'est quand même quelque chose de très enrichissant”, lance, avec fierté, l'homme qui est devenu, depuis le 15 mai dernier, le responsable de la région Moyen-Orient du groupe BNP Paribas. Cette promotion, visiblement alléchante et d'un niveau hiérarchique important dans les structures du groupe français, intervient au moment précis où le Maroc traverse une étape cruciale, caractérisée par l'avènement sous peu d'un certain nombre de réformes que chacun estime décisives. Ce n'est pas son départ de la BMCI qui le rend un peu “triste”, mais plutôt le fait de quitter le pays alors qu'il connaît de grands changements. Son passage à la BMCI, qui a duré environ dix ans, a été très instructif pour la suite de sa carrière. Surtout qu'il était arrivé en pleine réforme bancaire, mise en place en 1993. Cette réforme dont les objectifs, très appréciés, destinés à rénover et restructurer le secteur bancaire, a offert à Khalid Oudghiri l'opportunité de suivre de près l'évolution de la banque au Maroc. Avec sa nomination à la tête d'une zone comprenant plusieurs pays, Khalid s'est senti à la fois surpris et comblé. Surpris, parce qu'il ne s'attendait pas à être désigné à ce poste qu'il estime d'un niveau hiérarchique important. “C'est la première fois, en effet, que le groupe BNP Paribas va chercher quelqu'un dans une filiale pour lui donner la direction de toute une région”, dit-il. En fait, Khalid s'attendait à une proposition, “mais pas de cette importance”.
Homme apolitique
Il est également satisfait parce qu'il considère que cette nomination constitue un signal fort lancé par le groupe BNP Paribas pour montrer sa volonté d'“internationaliser” sa politique de recrutement des plus hauts cadres de la banque. Frappé d'un cachet franco-français que de nombreux observateurs lui ont attribué pour n'avoir embauché que des Français pendant plusieurs années, le groupe BNP Paribas est devenu, depuis quelque temps seulement, un groupe international où se côtoient diverses nationalités. “Au sein du groupe BNP Paribas, c'est une révolution culturelle”, explique cet homme de 44 ans, qui affiche son intention de revenir au Maroc pour accomplir son devoir, qui est de participer au développement économique du pays. A la BMCI,
il l'avait fait avec abnégation en tant que membre-fondateur et actif de l'association “Maroc 2020”, au sein de laquelle il a accompli, en compagnie de son ami Ali Belhaj, un travail riche en études et enquêtes. Mais, la politique ne l'a jamais intéressé alors qu'Ali Belhaj, président de “Maroc 2020”, vient de créer son parti politique, Alliance des libertés, dont les idées et les réflexions ont été récemment révélées lors d'un congrès constitutif tenu dans un grand palace de Casablanca. A-t-il des affinités avec un parti politique ? Non, répond-il. En ce qui le concerne, “le travail associatif est largement suffisant pour concourir au développement de mon pays”. Même en occupant un poste de responsabilité à Paris, il compte continuer d'œuvrer dans un cadre associatif qui lui permettra de conserver un lien étroit avec le Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.