El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Covid-19: tous les gouvernorats tunisiens classés en zone rouge    Morsures de serpent: une Marocaine parmi les « championnes » de la sensibilisation dans le monde    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Covid-19 : Comme le Maroc, l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    Ukraine: trois étudiants marocains tués dans un terrible accident    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Décès de Mohamed Talal    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les musulmans sont-ils capables de re-concevoir le texte religieux?
Publié dans La Gazette du Maroc le 25 - 07 - 2005


Colloque
Le colloque qui s'est tenu à Asilah du 12 au 14 août sous le thème de “l'islam vu par nous et par les autres” a été l'occasion de mettre quelques points sur quelques "i". Possibilité d'une relecture de l'islam, l'existence de plusieurs islams, la déconstruction du texte énonciateur, la fin du nombrilisme islamique et le procès de soi pour éviter les complaisances. Autant de sujets et d'interventions pour réfléchir la question de l'islam sous le prisme d'une volonté sincère de toucher du doigt ce qui ne va pas.
L'islam pose problème. Les musulmans se posent des questions. Le monde entier se trouve confronté à une pléthore d'analyses et de lectures aussi disparates les unes que les autres sur la question de l'islam et de la violence. Parce que le fond de la problématique a été posé à cause ou grâce à l'émergence de ce que l'on appelle terrorisme. Comme l'a souligné l'un des intervenants, Ali Asghar Engineer, venu d'Inde, "tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des musulmans". La question est donc légitimée, ne serait-ce que pour démêler le bon grain de l'ivraie. Les interventions lors de ce colloque, non dénuées de débats passionnés et de volonté certaine d'apporter de nouvelles visions sur cet islam qui pose problème, ont mis l'accent sur l'importance de la modération, d'une vision "du centre" dans l'islam. C'était le sujet du discours de Taieb Tizini, professeur de philosophie en Syrie, qui a présenté une approche juste pour contrer les extrémismes. L'approche modérée mérite que l'on s'y arrête le temps d'en saisir le contenu. Face au refus de l'autre, il faut bien qu'il y ait une volonté d'acceptation. Une approche plus mesurée de la différence qui ne verserait ni dans l'incrimination ni dans la discrimination. En somme, le propos de Tizini touchait au vif du sujet. L'islam tel qu'il est décrit, pressenti, présenté par nous et par l'autre est teinté de ce refus de la différence qui n'émanant pas du texte lui-même (le Coran), trouve racine dans la pratique.
Autant d'islams que de musulmans
Les débats sur l'islam le présentent comme une même et unique pratique commune à tous les pays dont il est la confession. C'est faux. Il y a autant d'islams que de pays musulmans, mieux encore, il y'en a autant que de pratiquants dans le monde. Chacun puise dans le texte ce qui lui convient. Un intervenant lors de ce colloque avait avancé l'image d'un supermarché de concepts où chacun fait ses provisions. Est-ce cela l'islam en cours que nous voulons pour religion? Certes, il y a des nuances d'une culture à l'autre. Et là nous rejoignons les propos de Ghassan Salamé qui a balayé d'un revers de la main l'idée du clash des civilisations insistant sur l'existence d'une seule civilisation qui n'est pas forcément l'apanage d'un Etat seul, mais le fruit d'une époque. Et là, il est préférable de parler de confrontation de culture et même au sein des Etats islamiques qui présentent de nombreuses différences entre eux. Nous ne vivons pas l'islam au Maroc comme en Malaisie pas plus que le Yéménite ne vit la religion comme le Tunisien… Quand on aura compris qu'il y a autant d'approches possibles, issues de la pratique et de la culture de tel ou tel autre pays, on pourrait alors commencer une lecture plus au moins juste de la religion en tant que mode de vie, de pensée et de vivier pour l'idéologie. Car, il faut le dire, l'islam est aussi une idéologie politique, sociale et économique qu'il faut prendre en tant que telle.
La déconstruction du texte coranique
Sommes-nous assez mûrs pour un tel exercice à la fois sémantique et anthropologique. Un exercice qui exige une analyse du contexte, de l'évolution, de l'actualité et des changements opérés au sein même des sociétés musulmanes? La question est posée, sa réponse reste à définir. Il est évident que les volontés réformistes sont rares et les forces réactionnaires sont légion. D'où une incapacité de faire passer le message de l'urgence d'une nouvelle lecture du texte coranique. Le simple énoncé d'une telle possibilité horripile certaines et fait se dresser les cheveux sur d'autres têtes. Cette frilosité émane principalement d'un confort de pensée que peu sont prêts à abandonner pour de nouvelles techniques d'analyses. Ici, Rachid Benzine propose une méthode "déconstructionniste" pour mieux toucher les variations sur le thème des islams. Il ne s'agit pas là d'un procédé hasardeux de lecture pour soumettre le texte coranique à des technicités toutes faites. Non, il est plutôt question d'une coupure avec ce qui a prévalu depuis l'avènement du Coran et toutes les exégèses possibles. Si nous sommes aujourd'hui ballottés entre plusieurs bords de pensées, c'est que la nécessité d'une autre lecture semble évidente et inévitable. Sans omettre que le texte coranique lui-même a toujours été un texte ouvert, qui appelle à l'ouverture dans le sens de son exégèse. D'où vient alors cette ambiguïté entre partisans de la sacralité absolue du texte et ceux qui n'osent avancer que, dans cette sacralité, il y a lieu d'approfondir les connaissances sur la religion dans le cadre de "l'Ijtihad". Il s'agit donc d'une nouvelle école de pensée sur l'islam et ses variations, une école scientifique qui n'est ni du mysticisme, ni du soufisme, ni du fiqh, mais une approche qui prend à la fois le texte comme un tout unifié et un ensemble de fragments à construire en les déconstruisant.
Le miroir de soi
Dans cette logique, il est primordial de se regarder dans un miroir qui ne soit ni grossissant ni réducteur, mais un réfracteur d'images à la mesure de la réalité des islams et des musulmans. Sommes-nous les victimes d'une grande conspiration mondiale? Ahmed Maher, ex-ministre égyptien des affaires étrangères répond par un oui et un non. Rien de dialectique dans cette double réponse, mais l'image d'une réalité complexe. Nous sommes doublement victimes et doublement responsables de ce que nous sommes. Il y a certes une contingence mondiale qui fait que l'islam et les musulmans sont stigmatisés, mais ceux-ci sont aussi les créateurs de leurs propres réalités. L'image donnée par le docteur Erubee de cet accidenté ensanglanté qui refuse de se voir dans un miroir colle au musulman. On pointe du doigt, l'autre, l'Occident… etc et on ne se dit jamais que nous sommes à la source de nos malheurs. Et si nous nous attaquions à régler nos problèmes sans attendre que les autres nous dictent nos comportements? Peut-être est-ce là le début de cette voix modérée et "centriste", de cette relecture du texte et des lois régissant les sociétés des musulmans, peut-être est-ce là aussi l'amorce d'un dialogue des cultures en réponse à une hypothétique guerre des civilisations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.