Casablanca en quête d'un air plus frais    Au G20, duel en vue entre Chine et USA, l'Iran en toile de fond    Sénégal : Salif Sané forfait pour le reste du premier tour    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    L'hégémonie    CAN 2019 : Le programme des rencontres de ce mercredi    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Facultés de médecine. Une moyenne de 14,4 exigée pour la présélection    De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Stratégie de développement: Addou fait le point avec les députés    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autriche : Les néo-nazis échouent à la présidentielle
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 12 - 2016

Européen convaincu, qui jugeait ce scrutin décisif pour l'avenir de l'Autriche dans l'UE, Alexander Van der Bellen est crédité d'une nette victoire avec 53,3% des voix, selon les projections, contre 46,7% à Norbert Hofer, 45 ans, vice-président du parlement et cadre du Parti de la liberté (FPÖ).
L'ancien patron des Verts autrichiens, qui, à 72 ans, se présentait sans étiquette, voit dans ce résultat « un signal rouge-blanc-rouge (les couleurs autrichiennes, ndlr) de l'Autriche à toutes les capitales de l'Union européenne », a-t-il dit à Vienne.
L'extrême droite autrichienne espérait en effet capitaliser sur un contexte international propice aux formations eurosceptiques et anti-immigration après la victoire du Brexit au Royaume-Uni et celle de Donald Trump aux Etats-Unis.
Le candidat du FPÖ, qui n'avait pas fait campagne sur le thème d'une sortie de l'UE, entendait aussi incarner la défense de l'emploi, du pouvoir d'achat, le renouveau vis à vis des partis social-démocrate (SPÖ) et conservateur (ÖVP) qui gouvernent l'Autriche depuis des décennies.
Les réactions soulagées, après sa défaite, se sont enchaînées dans l'UE: « Bonne nouvelle pour l'Europe » selon le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni; « Clair message pro-européen » pour le président du Parlement européen Martin Schulz.
« Le peuple autrichien a fait le choix de l'Europe et de l'ouverture », s'est félicité le président français François Hollande. Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a vu dans ce résultat un « bon présage pour l'Europe ».
C'était avant l'annonce de la démission du chef du gouvernement italien Matteo Renzi après sa large défaite au référendum sur la réforme constitutionnelle dimanche soir.
– ‘Un gain' pour l'avenir –
En mai, lors d'un précédent tour de scrutin, il avait fallu attendre le comptage du vote par correspondance, le lundi, pour départager MM. Hofer et Van der Bellen et consacrer la courte victoire de M. Van der Bellen.
Mais ce second tour avait été annulé en raison d'irrégularités procédurales, à la suite d'un recours du FPÖ.
Cette fois, le score de M. Van der Bellen, un ancien professeur d'université, devrait marquer une nette progression par rapport à son résultat de mai (50,3%).
Alexander Van der Bellen a dit s'attendre à 300.000 votes d'écart avec son adversaire, dix fois plus que lors du second tour du printemps.
Cette fois-ci, le parti d'extrême droite a exclu de contester le résultat. Les scores officiels seront connus lundi.
Le vainqueur a attribué son succès à une forte participation et « à l'engagement de dizaines de milliers » de bénévoles qui ont organisé la mobilisation en sa faveur.
Même si les fonctions du président de la République autrichienne sont essentiellement protocolaires, une élection de Norbert Hofer aurait constitué pour la première fois l'arrivée d'un candidat d'extrême droite à la tête d'un Etat de l'UE.
A ce titre, elle était très observée par les partis alliés du FPÖ au niveau européen, le Front national (FN) en France ou le parti pour la Liberté de Geert Wilders aux Pays-Bas, deux pays où se tiendront des élections nationales en 2017.
M. Wilders a salué dimanche le FPÖ « qui s'est courageusement battu ». « Les prochaines législatives seront celles de leur victoire ! », a estimé la présidente du FN, Marine Le Pen.
Autour de Norbert Hofer, « infiniment triste » de sa défaite, les responsables du parti ont pris date pour l'avenir, mettant l'accent sur le potentiel d'une formation qui a séduit pas loin d'un électeur sur deux, « un gain durable pour (…) de possibles législatives », selon le secrétaire général du parti Herbert Kickl.
Dans l'hypothèse de législatives, qui auront lieu au plus tard en 2018, le FPÖ, fondé par d'ex-nazis en 1956 mais qui a lissé son discours, est donné en tête à plus de 30% d'intentions de vote face au SPÖ et à l'ÖVP, dont les ténors soutenaient Van der Bellen.
Ces deux grands partis autrichiens, au pouvoir depuis 2007, évitent d'avoir à cohabiter avec un président d'extrême droite qui aurait pu mettre leur coalition sous une forte pression. Leurs candidats avaient été éliminés dès le premier tour de la présidentielle, le 24 avril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.