Interpellation d'une trentenaire pour trafic de psychotropes à Casablanca    Coronavirus : une cellule de crise créée au sein du consulat général du Maroc à Vérone    Le Roi adresse un message de félicitations au Sultan de Brunei Darussalam    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autriche : Les néo-nazis échouent à la présidentielle
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 12 - 2016

Européen convaincu, qui jugeait ce scrutin décisif pour l'avenir de l'Autriche dans l'UE, Alexander Van der Bellen est crédité d'une nette victoire avec 53,3% des voix, selon les projections, contre 46,7% à Norbert Hofer, 45 ans, vice-président du parlement et cadre du Parti de la liberté (FPÖ).
L'ancien patron des Verts autrichiens, qui, à 72 ans, se présentait sans étiquette, voit dans ce résultat « un signal rouge-blanc-rouge (les couleurs autrichiennes, ndlr) de l'Autriche à toutes les capitales de l'Union européenne », a-t-il dit à Vienne.
L'extrême droite autrichienne espérait en effet capitaliser sur un contexte international propice aux formations eurosceptiques et anti-immigration après la victoire du Brexit au Royaume-Uni et celle de Donald Trump aux Etats-Unis.
Le candidat du FPÖ, qui n'avait pas fait campagne sur le thème d'une sortie de l'UE, entendait aussi incarner la défense de l'emploi, du pouvoir d'achat, le renouveau vis à vis des partis social-démocrate (SPÖ) et conservateur (ÖVP) qui gouvernent l'Autriche depuis des décennies.
Les réactions soulagées, après sa défaite, se sont enchaînées dans l'UE: « Bonne nouvelle pour l'Europe » selon le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni; « Clair message pro-européen » pour le président du Parlement européen Martin Schulz.
« Le peuple autrichien a fait le choix de l'Europe et de l'ouverture », s'est félicité le président français François Hollande. Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a vu dans ce résultat un « bon présage pour l'Europe ».
C'était avant l'annonce de la démission du chef du gouvernement italien Matteo Renzi après sa large défaite au référendum sur la réforme constitutionnelle dimanche soir.
– ‘Un gain' pour l'avenir –
En mai, lors d'un précédent tour de scrutin, il avait fallu attendre le comptage du vote par correspondance, le lundi, pour départager MM. Hofer et Van der Bellen et consacrer la courte victoire de M. Van der Bellen.
Mais ce second tour avait été annulé en raison d'irrégularités procédurales, à la suite d'un recours du FPÖ.
Cette fois, le score de M. Van der Bellen, un ancien professeur d'université, devrait marquer une nette progression par rapport à son résultat de mai (50,3%).
Alexander Van der Bellen a dit s'attendre à 300.000 votes d'écart avec son adversaire, dix fois plus que lors du second tour du printemps.
Cette fois-ci, le parti d'extrême droite a exclu de contester le résultat. Les scores officiels seront connus lundi.
Le vainqueur a attribué son succès à une forte participation et « à l'engagement de dizaines de milliers » de bénévoles qui ont organisé la mobilisation en sa faveur.
Même si les fonctions du président de la République autrichienne sont essentiellement protocolaires, une élection de Norbert Hofer aurait constitué pour la première fois l'arrivée d'un candidat d'extrême droite à la tête d'un Etat de l'UE.
A ce titre, elle était très observée par les partis alliés du FPÖ au niveau européen, le Front national (FN) en France ou le parti pour la Liberté de Geert Wilders aux Pays-Bas, deux pays où se tiendront des élections nationales en 2017.
M. Wilders a salué dimanche le FPÖ « qui s'est courageusement battu ». « Les prochaines législatives seront celles de leur victoire ! », a estimé la présidente du FN, Marine Le Pen.
Autour de Norbert Hofer, « infiniment triste » de sa défaite, les responsables du parti ont pris date pour l'avenir, mettant l'accent sur le potentiel d'une formation qui a séduit pas loin d'un électeur sur deux, « un gain durable pour (…) de possibles législatives », selon le secrétaire général du parti Herbert Kickl.
Dans l'hypothèse de législatives, qui auront lieu au plus tard en 2018, le FPÖ, fondé par d'ex-nazis en 1956 mais qui a lissé son discours, est donné en tête à plus de 30% d'intentions de vote face au SPÖ et à l'ÖVP, dont les ténors soutenaient Van der Bellen.
Ces deux grands partis autrichiens, au pouvoir depuis 2007, évitent d'avoir à cohabiter avec un président d'extrême droite qui aurait pu mettre leur coalition sous une forte pression. Leurs candidats avaient été éliminés dès le premier tour de la présidentielle, le 24 avril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.