ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Allemagne se rapproche d'un nouveau gouvernement, Merkel promet du « renouveau »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 26 - 02 - 2018

Les conservateurs allemands ont approuvé à une majorité écrasante lundi le projet de gouvernement avec les sociaux-démocrates, un vote qui soulage Angela Merkel après une fronde interne inédite et cinq mois d'imbroglio politique sans précédent dans le pays.
Avant de soumettre le contrat de grande coalition –« GroKo » en allemand — aux quelque mille délégués du parti chrétien-démocrate, la chancelière a déminé le terrain en promettant du changement.
Après des semaines de critiques internes sur sa ligne politique jugée pas assez conservatrice par une partie des militants, elle a appelé à « jeter les bases (…) d'un renouveau programmatique assumé » dans son mouvement, la CDU, toujours traumatisée par un score historiquement très faible lors des législatives de septembre.
Au final les délégués du mouvement ont validé le renouvellement de l'alliance sortante avec le SPD – la seule permettant d'avoir une majorité à la chambre des députés, à une très large majorité de 97%.
– Concessions –
En amont, les critiques n'avaient pas manqué après les importantes concessions faites par la chancelière aux sociaux-démocrates.
Pour convaincre un SPD très hésitant de s'allier avec elle, Angela Merkel a dû accepter de céder notamment le très symbolique ministère des Finances, perçu comme garant de rigueur budgétaire en Allemagne et en Europe par les conservateurs.
« Je ne fais pas confiance aux sociaux-démocrates pour agir de manière responsable avec l'argent », a encore lâché lundi le chef de file de jeunes conservateurs, Paul Ziemiak.
Mme Merkel n'est pas pour autant encore assurée de rester chancelière un quatrième mandat.
Si les conservateurs ont approuvé le contrat de coalition, le vrai test reste le référendum interne des 464.000 militants du parti social-démocrate dont les résultats doivent être annoncés dimanche. Or le SPD est divisé sur le sujet et un rejet de l'alliance ouvrirait une crise gouvernementale sans précédent dans l'Allemagne contemporaine.
L'Europe attend aussi que l'Allemagne se dote enfin d'un gouvernement, cinq mois après les législatives qui ont laissé la première puissance économique du continent dans une situation inédite: sans majorité claire et avec une extrême droite en plein essor.
Les attentes en faveur d'un gouvernement stable « sont très claires dans la majorité écrasante des habitants du pays mais aussi au-delà de nos frontières », a reconnu Mme Merkel lundi.
Quoi qu'il advienne, à la CDU le débat sur la succession de la chancelière est lancé.
Lancinantes depuis l'ouverture controversée en 2015 des frontières de l'Allemagne à plus d'un million de migrants, plus audibles après sa victoire étriquée aux législatives de septembre, les critiques en interne contre la politique centre de Mme Merkel ont redoublé avec l'accord pour une nouvelle GroKo.
Pour désamorcer l'ire de l'aile droite en vue du congrès, la chancelière a ainsi dû se résoudre dimanche soir à promouvoir leur chef de file, Jens Spahn, dans le prochain gouvernement à un poste de ministre, celui de la Santé.
Sa présence doit refléter le fait que « le parti est pluriel », a-t-elle dit.
– Merkel ‘affaiblie' –
A 37 ans, l'opposant le plus visible en interne à la ligne Merkel juge que la CDU est devenue trop « sociale-démocrate ».
Affichant sa proximité idéologique et générationnelle avec le jeune chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui gouverne avec l'extrême droite, Jens Spahn réclame un virage conservateur sur les questions identitaires et d'immigration.
« La chancelière est affaiblie comme jamais dans son parti. Clairement, elle considère qu'elle doit faire des concessions à l'aile conservatrice pour garder sa capacité d'agir », a indiqué le politologue Timo Lochocki à la chaîne n-tv.
Face aux demandes de renouvellement de la CDU, Angela Merkel garde toutefois des cartes en main.
Le congrès du mouvement a élu lundi à la quasi-unanimité comme numéro deux du parti une fidèle de la chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer, qui se voit placée en orbite pour préparer l'après-Merkel.
Cette femme de 55 ans, surnommée par ses initiales « AKK », peut aussi constituer un pont avec les contestataire de l'aile dure. Cette Catholique affiche des positions sociétales plus conservatrices que la chancelière et a été applaudie à tout rompre dans son discours lundi en promettant d'écouter tous les courants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.