Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'école publique entre le dogme et la civilité
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 01 - 2019

Un partenariat entre la Rabita Mohammadia des Ulémas et le Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique vient de voir le jour vendredi dernier. Sous le label « Appui à la promotion de la tolérance, du civisme et de la citoyenneté en milieu scolaire et à la prévention des comportements à risques », la convention envisage de lancer un programme visant à diffuser les valeurs de la tolérance et de la citoyenneté parmi les étudiants des divers cycles de l'enseignement primaire et secondaire au Maroc. Selon ce projet, un enseignant ou un assistant éducatif fera figure de coordinateur affecté à chaque établissement scolaire dans le but d'éduquer et de sensibiliser les élèves à l'importance des valeurs de tolérance et de lutte contre l'incivilité. Le partenariat compte aussi un autre volet, selon le ministre de tutelle, visant à intégrer ces valeurs dans les programmes et manuels scolaires. D'après les sources de l'information, les instructions ont été données pour commencer la formation des coordinateurs qui superviseront l'opération.
L'initiative du Ministère de l'Education découle, certes, d'un profond souci de contrecarrer les manifestations croissantes de violence et de comportements immoraux chez les jeunes dans les établissements scolaires et autres espaces publics. Elle révèle également une volonté de combler les lacunes qui gangrènent le système éducatif et s'inscrit dans le contexte de la recherche de moyens permettant d'isoler les causes de l'éclosion de la violence, de l'effondrement des valeurs et du recul du respect de l'autre chez les jeunes. Le communiqué ne précise pas les responsabilités endossées par la Rabita Mohammadia des Ulémas dans ce partenariat, mais le rôle de celle-ci dans la conception des programmes et manuels scolaires prête à méditation. Il en est de même pour l'aura significative ou symbolique que revêtiront lesdits coordinateurs dans leur soi-disant mission de sauvetage.
La Rabita Mohammadia des Ulémas est une institution à intérêt public créée par Dahir chérifien le 14 février 2006; elle se propose de veiller à la réalisation des trois objectifs suivants, tels que mentionnés sur la page d'accueil du portail officiel de la Rabita.
– Faire connaître les dispositions de la loi islamique, œuvrer pour la diffusion des nobles objectifs et valeurs de l'Islam et promouvoir la modération et la tolérance.
– Renforcer la recherche scientifique et culturelle dans le domaine des études islamiques via la coopération et le partenariat avec les institutions scientifiques et organismes d'intérêt commun.
– Dynamiser la coopération et la communication entre ulémas, penseurs, associations, organismes scientifiques et institutions culturelles nationaux et étrangers.
Les trois objectifs débouchent donc sur la promotion de la charia et des valeurs de tolérance et sur la recherche de moyens susceptibles de soigner l'image de l'Islam par le biais du parrainage de la recherche scientifique et la normalisation de la coopération entre les organismes concernés.
En méditant les horizons ouverts par ces objectifs, force est de constater une tentative bienvenue de définir les vertus de l'islam tolérant. Je ne puis m'empêcher, toutefois, de m'interroger sur l'apport de la Rabita Mohammadia des Ulémas à ce partenariat et sur la responsabilité qui l'incombe dans la mise en œuvre du projet mentionné. La Rabita peut-elle être considérée le partenaire approprié pour l'implémentation des desseins de cette alliance? Est-il censé d'associer aujourd'hui les valeurs et l'éthique à la religion et à la charia en tant que solution viable pour palier aux lacunes fatales qui gangrènent notre système éducatif?
À la veille de l'implémentation de la réforme du système éducatif et de sa vision stratégique 2015-2030 élaborée par le Conseil suprême de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique, nous prouvons encore une fois que nous ne pouvons voir plus loin que le bout de notre nez. Une autre greffe postiche vient s'ajouter au dernier opus, déjà boiteux, des réformes scolaires. Pourquoi continuons-nous d'élaborer des plans et des visions stratégiques si nous devons tout le temps parer aux urgences par l'improvisation à chaque fois qu'un événement attire l'attention sur les failles de ces stratégies?
Pour un fonctionnement dit optimal du partenariat, le projet éducatif compte déléguer un agent spécial pour cette tâche sensibilisatrice au sein de chaque institution. Si j'ai bien compris, ce coordinateur se draperait donc de l'étiquette sémantique de l'assistant pédagogique à référentiel religieux, puisque certainement formé pour la mission par la Rabita et puisque le ministère a ses propres centres de formation qu'il estime maintenant obsolètes pour cette tâche ardue. Aussi, ce soi-disant gendarme de la Rabita sera-t-il à lui tout seul le phare des valeurs morales pour l'école entière; à croire que les professeurs ne sont là que pour enseigner des cours indépendamment de l'élan éthique. La simple présence, à mon avis, de cet agent dans l'établissement scolaire sous le parapluie de l'orientation morale/islamique porte atteinte au rôle de l'enseignant. Le processus de l'apprentissage scolaire peut-il être conçu indépendamment de la moralité? Inutile de rappeler que le cours est l'espace d'abord où le professeur donne l'exemple aux élèves qu'il éduque aux formules de la décence et de la bienséance. L'enseignant n'inculque-t-il pas les valeurs du respect du temps et des devoirs scolaires? N'inculque-t-il pas le devoir de se conformer aux mécanismes de la discussion et valeurs du respect de l'opinion de l'autre? N'enseigne-t-il pas les principes de justice et d'équité en s'acquittant des tâches qui l'incombent, en donnant le temps qu'il faut à chaque élève et en évaluant objectivement les examens, les devoirs et voire même les comportements de ses élèves?
Il ne fait aucun doute que l'islam est notre religion, il nous est par conséquent nécessaire de suivre le chemin des ancêtres (salaf) et de nous laisser guider par les conseils et l'assistance des Ulémas et savants pour nous éclairer dans notre souci de bien accomplir les enseignements de la religion. Dans notre environnement arabo-islamique, nous ne pouvons concevoir la religion de manière isolée des valeurs de la morale puisque la foi est la base de la moralité et de la vertu. Être vertueux et respectueux du credo de la morale c'est obéir à Dieu Tout-Puissant. Nous nous devons donc d'assimiler les nobles valeurs de l'Islam pour donner à celui-ci l'image rayonnante dont il est digne.
Cependant, les valeurs morales ne sont pas nécessairement liées aux doctrines religieuses, et il est, par conséquent, inapproprié, à mon sens, d'éduquer les enfants à associer les devoirs moraux à la religion. Intimidant dans son déploiement, le discours religieux récompense en grande pompe les vertus par le paradis et pénalise l'immoralité par le feu de l'enfer. Or, les valeurs morales ne devraient pas être pratiquées et respectées par peur de finir en enfer. Il n'existe point d'éthique islamique, chrétienne ou juive, et les valeurs morales ne sont édictées que par l'unique loi d'être homme, parce l'homme est avant tout un être humain censé être guidé par l'amour et le respect d'autrui, indépendamment de son endoctrinement idéologique. Un système moral sain est celui qui inculque l'amour de la moralité et de la bonne conduite comme devoir de civisme absolu. Il puise sa force dans la liberté et la pensée indépendante pour construire le bon citoyen qui réalise les limites entre l'errance humaine et le droit chemin, parce qu'il est convaincu que la moralité et la noblesse des comportements sont avant tout un devoir de civilité.
Il est clair que les valeurs morales accusent aujourd'hui un déclin flagrant, et la hausse remarquable du taux de religiosité au sein de notre société n'est malheureusement pas un gage de chasteté et d'intégrité morales. Et pour cause, certains théoriciens et prédicateurs en matière de religion dans notre pays bien-aimé sont les plus impliqués dans les scandales d'ordre moral et sexuel, donnant ainsi l'image d'une schizophrénie déroutante entre un discours religieux intransigeant et une conduite outrageusement immorale.
Il s'agit, à mon avis, de faire la part des choses. La Rabita Mohammadia des Ulémas devrait s'occuper des services et sciences liés au Coran et à la Sunna, et veiller à réaliser les objectifs qu'elle s'est assignés; le secteur de l'enseignement, soucieux d'éduquer les jeunes à la liberté et à l'indépendance de la personnalité, devrait se pencher sur les questions de morale et de citoyenneté en tant que devoir et responsabilité humains.
Certaines écoles ont accès à des services d'assistance sociale ou psychologique pour superviser les possibles cas d'élèves défavorisés sur le plan social et psychologique. Comparées aux responsabilités de ces assistants, les tâches du nouveau coordinateur semblent difficiles et arbitraires. Là où l'on estime que l'enseignant a échoué à inculquer les nobles valeurs morales à un nombre réduit d'élèves quotidiennement contactés, l'assistant, surhomme, prétend assurer à lui tout seul face au grand nombre d'élèves d'un établissement. Rappelons-nous du cours de l'éducation islamique et de celui de «Akhlak». La leçon de l'éducation islamique enseignait l'ablution, la prière, la zakat, … Le cours de «Akhlak» nous enseignait les devoirs, l'amour et le respect de l'autre et de l'environnement. On passait après au cours de dictée puis au calcul; tout était harmonieusement agencé autour du même instructeur. Il n'y avait alors pas de barbe, pas de voile, mais beaucoup de «Akhlak».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.