« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2019

La polémique s'amplifie. L'affaire du public-privé en médecine continue de faire couler beaucoup d'encre.
En grève depuis plus de deux mois déjà, les étudiants en médecine du public s'opposent, entre autres, à l'accès des étudiants du privé au concours d'internat et de résidanat au sein des CHU du Royaume. Un appel au boycott des examens a été lancé entretemps. C'est dire à quel point les choses ont fini par prendre une tournure assez inquiétante.
Catégoriques, les étudiants en médecine du privé, quant à eux, ne sont pas prêts à céder. « C'est une question de principe, car on ne peut pas disqualifier ou discriminer un étudiant marocain de son droit à un concours national de recrutement dans la fonction publique », nous dit un membre du Bureau de l'Association des Parents des Etudiants en Médecine-Université Mohammed VI des Sciences de la Santé. Et de souligner avec force qu'il est aujourd'hui important de mettre les points sur les ‘‘i'' et faire la part des choses.
Notre interlocuteur préfère commencer par planter le décor. Pour lui, il est donc important de souligner dans un premier lieu que, pour ce qui est de la structure, l'université Mohammed VI des Sciences de la Santé a le statut d'une fondation à but non lucratif. Et comme toute fondation pareille, elle n'a pas le droit de dégager de bénéfices. L'UM6SS est une initiative de la Fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaid créée par Dahir n°1-07-103 du 24 juillet 2007 portant promulgation de la loi n°12-07 et publié au BO n°5548 du 2 août 2007. Conformément à ce Dahir, l'UM6SS jouit du statut d'université partenaire de l'Etat, délivre des diplômes nationaux reconnus par l'Etat et bénéficie notamment du système d'encadrement et de formation de l'écosystème hospitalier national. Son président est nommé par Dahir. Excepté sa gestion autonome, le reste appartient à l'Etat.
‘‘L'UM6SS a eu, en outre, la confiance de plusieurs étudiants de pays africains frères. De même, elle accorde des bourses aux étudiants méritants ou qui sont dans le besoin. Les boursiers représentent environ 20% du total de la population des étudiants qu'elle accueille'', nous dit-on. Pour ce qui est de l'accès à l'internat et au résidanat, notre interlocuteur tient à préciser que cet accès se fait sur la base d'un concours national qui se distingue d'un examen : ‘‘Dans le cas échéant, il s'agit bel et bien d'un concours que l'on ne peut pas interdire du jour au lendemain à des étudiants inscrits aux études de médecine et ayant validé l'ensemble des modules, stages et travaux pratiques correspondant aux années suivantes : les cinq premières années d'études médicales pour l'internat de médecine, les quatre premières années de médecine dentaire pour l'internat de médecine dentaire…''.
Pour notre interlocuteur, les choses ne prêtent donc à aucune confusion ou autre amalgame. D'ailleurs, on ne compte pas arrêter la mobilisation contre toute tentative de discrimination, dit-on auprès de l'APEM-UM6SS, apparemment déterminée à ‘‘faire face à toutes les fausses allégations et autres informations erronées véhiculées par un mouvement d'étudiants qui a muté en un combat politicien et laissé de côté les véritables réclamations pédagogiques des étudiants''.
En attendant, l'Etat, lui, campe sur sa position et préfère temporiser sans pour autant revenir sur quoique ce soit. Le bras de fer risque de durer, semble-t-il, et qui finira par céder en faveur ou au détriment de qui ? Telle est la grande interrogation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.