Le Roi adresse un message de félicitations au Sultan de Brunei Darussalam    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Le Roi félicite l'Empereur du Japon à l'occasion de son anniversaire    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    Les fonctionnaires appelés à la grève générale mercredi 26 février    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2019

La polémique s'amplifie. L'affaire du public-privé en médecine continue de faire couler beaucoup d'encre.
En grève depuis plus de deux mois déjà, les étudiants en médecine du public s'opposent, entre autres, à l'accès des étudiants du privé au concours d'internat et de résidanat au sein des CHU du Royaume. Un appel au boycott des examens a été lancé entretemps. C'est dire à quel point les choses ont fini par prendre une tournure assez inquiétante.
Catégoriques, les étudiants en médecine du privé, quant à eux, ne sont pas prêts à céder. « C'est une question de principe, car on ne peut pas disqualifier ou discriminer un étudiant marocain de son droit à un concours national de recrutement dans la fonction publique », nous dit un membre du Bureau de l'Association des Parents des Etudiants en Médecine-Université Mohammed VI des Sciences de la Santé. Et de souligner avec force qu'il est aujourd'hui important de mettre les points sur les ‘‘i'' et faire la part des choses.
Notre interlocuteur préfère commencer par planter le décor. Pour lui, il est donc important de souligner dans un premier lieu que, pour ce qui est de la structure, l'université Mohammed VI des Sciences de la Santé a le statut d'une fondation à but non lucratif. Et comme toute fondation pareille, elle n'a pas le droit de dégager de bénéfices. L'UM6SS est une initiative de la Fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaid créée par Dahir n°1-07-103 du 24 juillet 2007 portant promulgation de la loi n°12-07 et publié au BO n°5548 du 2 août 2007. Conformément à ce Dahir, l'UM6SS jouit du statut d'université partenaire de l'Etat, délivre des diplômes nationaux reconnus par l'Etat et bénéficie notamment du système d'encadrement et de formation de l'écosystème hospitalier national. Son président est nommé par Dahir. Excepté sa gestion autonome, le reste appartient à l'Etat.
‘‘L'UM6SS a eu, en outre, la confiance de plusieurs étudiants de pays africains frères. De même, elle accorde des bourses aux étudiants méritants ou qui sont dans le besoin. Les boursiers représentent environ 20% du total de la population des étudiants qu'elle accueille'', nous dit-on. Pour ce qui est de l'accès à l'internat et au résidanat, notre interlocuteur tient à préciser que cet accès se fait sur la base d'un concours national qui se distingue d'un examen : ‘‘Dans le cas échéant, il s'agit bel et bien d'un concours que l'on ne peut pas interdire du jour au lendemain à des étudiants inscrits aux études de médecine et ayant validé l'ensemble des modules, stages et travaux pratiques correspondant aux années suivantes : les cinq premières années d'études médicales pour l'internat de médecine, les quatre premières années de médecine dentaire pour l'internat de médecine dentaire…''.
Pour notre interlocuteur, les choses ne prêtent donc à aucune confusion ou autre amalgame. D'ailleurs, on ne compte pas arrêter la mobilisation contre toute tentative de discrimination, dit-on auprès de l'APEM-UM6SS, apparemment déterminée à ‘‘faire face à toutes les fausses allégations et autres informations erronées véhiculées par un mouvement d'étudiants qui a muté en un combat politicien et laissé de côté les véritables réclamations pédagogiques des étudiants''.
En attendant, l'Etat, lui, campe sur sa position et préfère temporiser sans pour autant revenir sur quoique ce soit. Le bras de fer risque de durer, semble-t-il, et qui finira par céder en faveur ou au détriment de qui ? Telle est la grande interrogation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.