Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    «Consommer marocain» pour soutenir l'économie nationale    Fonds Innov Invest : Un plan d'urgence pour les start-up lancé    Le conseil de gouvernement acte la transformation de la CCG en société anonyme    Solutions de facilité !    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Météo Maroc: la chaleur persiste    Casablanca: elle se fait passer pour la femme d'un policier afin d'avoir son visa    L'Afrique du Sud met en garde contre une «tempête» de coronavirus alors que l'épidémie s'accélère à travers le continent    Hamza monbb : le procès de Dounia Batma reporté au 21 juillet    France: ce qui est prévu après la fin de l'état d'urgence sanitaire    Baccalauréat: La deuxième session maintenue    Elections: Laftit rencontre les patrons des partis    Le nouvel ordre mondial post-Covid-19: Quel positionnement pour le Maroc?    Au moins 180 civils tués dans une seule ville au Burkina Faso, selon HRW    City se balade, Wolverhampton s'égare    Formation pour l'obtention de la licence A CAF d'entraîneur    Le Maroc rouvre partiellement ses frontières    Débat en commission parlementaire sur le projet de loi relatif au ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    Préparation des prochaines échéances électorales    Débat sur la réforme du Code électoral    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Saad Dine El Otmani : Relance économique et vigilance sanitaire, maîtres-mots de la prochaine étape    Lamia Chakiri, directrice régionale de la santé à Marrakech-Safi : La pandémie nous a permis d'augmenter notre capacité litière et de renforcer nos équipements    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Mohamed Benchaâboun appelle lespartenaires sociaux et le secteur privé à un dialogue responsable sur les défis de sortie de crise    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    Ecriture jubilatoire    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Liga: Le Barça enfonce l'Espagnol    Le Real Madrid met Jovic en vente    Arsenal écarte Matteo Guendouzi !    L'écriture pour quoi faire!    FNM: une programmation résolument marocaine pour la reprise    Vols spéciaux à partir du 15 juillet: la RAM lance un nouveau programme    Ligue des champions : Le Cameroun toujours favori pour abriter les demi-finales et la finale    De nouveaux jalons pour l'écriture poétique proposés par Salah Boussrif    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen dépose un projet de résolution    Situation en Libye: le Maroc s'inquiète    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Boire, fumer et conduire vite»
Le public casablancais conquis
Publié dans L'Economiste le 21 - 01 - 2011

Greg, Marc, Simon et Madeleine ont eu leur dose... Une bonne dose de rire qui maintient en état de dépendance continue. Mercredi soir au Mégarama Casablanca, dans une salle archi-comble, ils ont été généreusement servis. Greg, Marc, David et Madeleine sont les quatre protagonistes de la pièce «Boire, fumer et conduire vite», signée Philippe Lellouche qui interprète le rôle de Simon aux côtés de Christian Vadim (Greg), David Brécourt (Marc) et Marie Fugain (la fille du chanteur populaire Michel Fugain) qui vient de rejoindre les trois compères. Elle remplace, en effet, Vanessa Demouy, en stand-by pour grossesse.
Dans cette comédie, jouée pour la première fois dans un pays arabe, personne ne s'ennuie. Ni le public, ni les comédiens. Pourtant, la situation est banale: le soir du réveillon du Nouvel An, trois quadragénaires «de bonne condition sociale» se retrouvent pour des raisons diverses en salle de garde à vue, dans le commissariat du 12e arrondissement à Paris. L'un a bu un verre de trop, l'autre a fumé dans un lieu public et le troisième a fait un excès de vitesse. De «petits délits» qui peuvent coûter cher aujourd'hui. Une avocate - commise d'office - séduisante et pleine de ressources est chargée de les défendre. Au fil des dialogues, désopilants, les comédiens écorchent une société de plus en plus restrictive et qui au nom du principe de précaution multiplient les interdits. Tout le monde en prend pour son grade, même la gentille Dora l'exploratrice. Pendant une heure et demie, ces quadras, nés de parents soixante-huitards, qui ont connu les «pulls acryliques» et rêvé en lisant «le Club des cinq et Fantomette» jettent un regard critique sur le monde d'aujourd'hui. Et durant une heure et demie, le public fait corps avec les acteurs durant cette comédie, pleine de surprises. L'alchimie est parfaite. Les applaudissements fusent à chaque réplique, le rire est contagieux. «Le rire des gens est une drogue dure», avouent les comédiens unanimes.
«On en a marre de cette dictature de la protection qui est en train d'envahir le monde sous prétexte de notre bien-être», déclare Philippe Lellouche. «Au Maroc, vous en êtes pas encore là; vous avez de la chance», lance-t-il à L'Economiste. Une remarque qu'il n'a pas manqué d'adresser au public qui faisait une standing ovation aux comédiens à la fin du spectacle. «Ce que je trouve fascinant ici, c'est qu'avant d'être arabe, juif ou musulman... on est d'abord Marocain», a-t-il ajouté. A bon entendeur...
Un cocktail qui marche
Dans «Boire, fumer et conduire vite», Lellouche reprend les ingrédients qui ont fait le succès de ses deux autres pièces «Le jeu de la vérité 1 et 2», avec des dialogues à brides abattues qui «tapent là où ça fait mal mais avec humour» et surtout avec les mêmes comédiens. Le cocktail marche très bien. Cette bande de copains qui ont à leur actif plus de 1.000 représentations prend plaisir à jouer ensemble. «On a joué Boire, fumer et conduire vite plus de 400 fois», déclare David Brécourt. «On ne joue pas, on s'amuse ensemble. Quand, je pars en tournage pour un film, je me rends compte à quel point mes copains me manquent et, hop, on remonte sur scène», affirme Christian Vadim très touchant dans son rôle d'ivrogne fragile et sentimental. N'est-il pas le digne héritier de Catherine Deneuve et de Roger Vadim, ses parents. Les autres ne sont pas mal non plus. «Ils sont même très bons», de l'avis d'une spectatrice. Une chose est sûre, le public casablancais a été conquis.
Avec sa première représentation de l'année, Top Event fait une rentrée culturelle fracassante. En effet, les deux représentations programmées à Casablanca et Rabat (vendredi 21 janvier) sont jouées à guichets fermés. Un pari réussi pour la société dirigée par Mehdi Laraki. En effet, dans sa volonté de démocratiser l'accès à la culture, Top Event a fait des efforts sur les prix, notamment pour les étudiants. Les sponsors ont également mis la main à la poche. Ce qui laisse présager, pour le public marocain, un avenir culturel très riche. Déjà de grosses pointures du rire et des comédies musicales de grande qualité sont annoncées pour les prochains mois. A noter donc sur vos agendas, Mustapha El Atrassi (25 février), Pinocchio (12 et 13 mars), Les 39 marches (21 avril) et Framboises frivoles (5 mai).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.