Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Le nouvel album de Rihanna vaudra l'attente    Kim Kardashian et Kanye West au bord du divorce    Taylor Swift fait de nouveau un tabac    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    L'ANAPEC ouvre son agence universitaire à Casablanca : Elle est opérationnelle à partir du mois d'octobre    USA : Trump promulgue par décret un nouveau plan d'aide économique    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Responsabilité et démission    Le Bayern et le Barça en quart !    Botola: Le Raja de Casablanca leader    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    La Bourse de Casablanca en hausse    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    Au bord du naufrage!    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Les femmes plus que les hommes?    Paraguay : Ronaldinho et son frère bientôt libérés    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Beyrouth : l'initiative royale vue par un journaliste libanais    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Un matelas anti covid-19 pour Messi    La Botola a désormais un nouveau leader    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Safi: Le gypse, un gros potentiel encore sous exploité
Publié dans L'Economiste le 05 - 07 - 2011

Le gypse est l'une des principales richesses de la région de Safi. Les réserves nationales de ce minerai sont évaluées à 10 millions de tonnes, dont la plus grande partie est localisée dans la région de Safi. Cette richesse naturelle devrait donc être une source de développement économique pour la région. Mais selon un constat de la Chambre de commerce, d'industrie et des services (CCIS) de Safi, «si la demande internationale sur le plâtre est forte, les qualités du plâtre de la région ne sont pas encore suffisamment connues». En effet, à ce jour, on trouve seulement quatre usines de plâtre à Safi et leur capacité de production est plus élevée que la demande.
Quels sont donc les freins au développement du secteur? Au niveau du gypse (la matière première brute) qui est exporté, le secteur souffre d'un manque de compétitivité et d'une forte concurrence étrangère. «Le Maroc en commercialise à peine 200.000 tonnes par an à l'étranger, principalement en Europe, peu en Asie et en Afrique de l'Ouest. A titre de comparaison, l'Espagne exporte 3,45 millions de tonnes de gypse par an», souligne Mohammed El Bajta, directeur de la Compagnie marocaine de plâtre et d'enduit (CMPE). Le gypse marocain est pourtant de bonne qualité, mais souffre d'un manque de compétitivité. «Le gypse marocain est plus cher que celui d'Espagne ou encore de Turquie, notamment à cause du coût de l'énergie très élevé au Maroc, mais aussi à cause des frais de transport maritime», poursuit El Bajta.
La compétitivité du secteur est, en effet, fortement liée aux infrastructures portuaires. Le gypse doit être chargé le plus rapidement possible dans les navires pour réduire le temps d'accostage. «Il faut donc des moyens de chargement qui permettent une cadence élevée», poursuit la même source. De leur côté, les Espagnols utilisent des bennes transporteuses, appelées sauterelles, dont le coût d'achat est peu élevé. «Il est donc possible d'investir dans de nombreuses bennes et de multiplier la cadence de chargement», poursuit le directeur de la CMPE. Leur cadence est de l'ordre de 200.000 tonnes ou 300.000 tonnes par jour. A Safi, ce moyen de chargement était utilisé auparavant, mais a été arrêté à cause des plaintes des habitants. En effet, les bennes dégagent beaucoup de poussière et le port est situé en pleine ville. Désormais, le chargement se fait donc via des grues, mais qui nécessitent un investissement beaucoup plus important et qui permettent de charger à peine 6.000 tonnes par jour.
Pour cette raison notamment, le projet du nouveau port de Safi est attendu par toute la profession. En effet, la délocalisation du port en dehors de la ville devrait augmenter la cadence de chargement. «De plus, le nouveau port pourra recevoir des navires d'une capacité plus importante que le port actuel, ce qui permettra d'exporter vers des destinations plus éloignées», souligne El Bajta. Autre avantage, les entreprises ne devront plus transporter la matière première jusqu'en ville.
Outre le gypse, les entreprises de Safi fabriquent également du plâtre (le produit fini). Mais ici aussi la demande reste limitée. Au niveau du marché intérieur, les Marocains ne sont pas encore très friands de plâtre. En ce qui concerne l'export, à peine 15.000 tonnes sont commercialisées annuellement et principalement vers l'Afrique de l'Ouest. La difficulté ici est d'acheminer la marchandise jusqu'au port à conteneurs de Casablanca. En effet, le port actuel de Safi n'a pas de quai à conteneur. «Si on arrive à avoir un port de conteneurs dans la région, ce serait un plus incontestable. Les coûts de transport et de logistique vont diminuer. On pourrait facilement doubler la quantité exportée chaque année», conclut le directeur de la CPME.
Qualités peu connues
Au Maroc, la demande intérieure en plâtre reste faible. Selon les professionnels, le Marocain méconnaît encore les qualités du plâtre et fait en général plus confiance au ciment. Pourtant, ils précisent que le plâtre présente plusieurs avantages, dont son faible coût en main-d'œuvre, sa rapidité de séchage, ses vertus isolantes et peu inflammables. Cependant, ils ajoutent que les choses commencent à changer: «Le mortier est par exemple de plus en plus utilisé. Pour booster la demande, il faut proposer d'autres produits mieux adaptés aux besoins des Marocains».
De notre correspondante,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.