Il fait l'actu : Rachid Aouzal, nouveau DG de National Aviation Services Maroc    Paris : Les MRE victimes d'escroquerie immobilière manifestent au « SMAP IMMO »    Le Maroc et la France renforcent leur coopération en matière d'aviation civile    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    Le 8ème congrès national de la JS reporté à la mi-septembre    Benabdallah: Elire une nouvelle direction capable de dépasser les dysfonctionnements    Maroc Telecom: les détails de l'OPV    Objectif Downing Street : Qui face à Boris Johnson ?    Un panneau publicitaire blesse grièvement un homme à Casablanca…    Le marché de l'art sur la voie de la digitalisation    Nouveau clip : Abdelbasset Mriqi lance «Bogossa»    Remise des prix aux lauréats Marocains du concours national de la langue russe    Couverture sanitaire universelle : Un droit fondamental    Accréditation : London Academy Casablanca homologuée    Le Meeting International Mohammed VI d'athlétisme tient ses promesses    L'équipe du Maroc s'incline pour la seconde fois    Zahira Tigtate: Sa conception exemplaire d'art et de créativité    Une cellule liée à EI démantelée à Tétouan    Brésil: Bolsonaro face à la grogne populaire…    Voiture électrique. La ministre El Ouafi donne l'exemple    Production. L'industrie en convalescence    Finances publiques. Les recettes grimpent et dépenses stagnent    Hilale: Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc    Les schémas de guerre    Port de Casablanca : L'ANP renforce le contrôle des marchandises    Le Maroc prend part aux Journées MENA-OCDE à Tunis    Pour l'amour du ballon rond ?    Boxe. La sélection nationale s'échauffe à Cuba    Forte participation marocaine au Salon international de l'aéronautique du Bourget    Le musée de la publicité inauguré à Rabat    Sublime Marcel Khalifé !    Edito : Inquiétant !    News    Rapport final de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie    Driss Lachguar s'entretient avec Vo Van Thuong, membre dirigeant du Parti communiste vietnamien    Le Maroc et le Portugal souhaitent consolider davantage la coopération énergétique bilatérale    Les lipides laitiers contribueraient à réduire le risque cardiovasculaire    Au menu, 5 grammes de plastique par semaine    Formation à Laâyoune sur l'intégration de la dimension handicap dans les programmes régionaux de développement    Mouvement des étudiants grévistes en médecine et en pharmacie    Insolite : Taper sur Trump ?    Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne    "Sarriverderci" Chelsea, Sarri à la Juventus    Patrice Bommel : Préserver d'abord le groupe    Prisme tactique : Le milieu de terrain, symbole de tous les maux    Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"    Ces tournages qui ont tourné au drame    La richesse du patrimoine culturel sahraoui au cœur du carnaval de Tan Tan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habitat anarchique, pourquoi Agadir est un cas d'école
A Tama Ou Anza, même les rues sont à vendre La rocambolesque histoire d'un couple franco-marocain Démolitions en série de leur demeure, agression physique, menaces…
Publié dans L'Economiste le 18 - 01 - 2012

Au nom de la paix sociale, la loi n'est plus appliquée
En achetant en 2001 un terrain constructible dans la localité de Tama Ou Anza, à 15 km environ d'Agadir, Arlette et Mohamed Harrouch étaient loin de s'imaginer tous les tracas qu'ils allaient rencontrer. Dans ce site normalement promis à un bel avenir touristique, c'est bled siba. La loi est édictée par les membres d'une famille de la région, raconte Arlette Harrouch. En effet, même les rues sont à vendre! Dès 2004, pendant l'aménagement de leur lot, le couple comprend qu'il est loin de la quiétude qu'il est venu chercher en ces lieux. Leur balcon est détruit sans PV et sans motif valable. «Une habitante de la localité nous propose alors d'acheter la paix par l'achat de la rue qui jouxte notre maison si on veut ouvrir nos fenêtres et sortir notre balcon. Nous refusons bien sûr'', relate Arlette Harrouch. Les époux décident ainsi début 2006 d'ouvrir les fenêtres et sortir les balcons. Nouvel ordre encore de démolition sans motif et un élu les menace même de murer leur maison par une autre construction. Fin 2007, l'histoire se poursuit. Sur conseil de leur avocat, ils finissent par ouvrir leurs fenêtres. “Une demi-heure après, le caid est là mais nous avons sur le chantier un huissier qui peut entendre ses propos. Je demande un PV et il est obligé de le faire. Nous sommes alors dans les délais de 2 mois pour nous pourvoir en justice auprès du tribunal administratif.”, précise Arlette Harrouch. Après bien des péripéties marquées par une agression physique et des menaces, le couple Harrouch gagne son procès en justice et finit sa façade. Mais leurs tracas n'en sont pas pour autant terminés. Ils ont continué à être ennuyés jusqu'à tout dernièrement. Ils ont donc porté plainte à la police pour acharnement et intimidation avec témoins à l'appui. Pourquoi tant de pression contre eux? Il semble que dans la localité, le foncier fait perdre à certains riverains la tête et la notion de la légalité.
Aussi, les époux Harrouch, après avoir agi, individuellement, sur plusieurs fronts pour dénoncer le désordre à Tama Ou Anza, ont constitué une association dénommée “Vivre à Tama Ou Anza” avec des habitants de la localité. Et ils disent être vraiment inquiets de ce qui s'y passe. Dans la zone de Tama Ou Anza, c'est véritablement l'anarchie. Ici, raconte une habitante des lieux, “les constructions illégales sont le fait de gens riches qui spéculent sur des terrains qui appartiennent normalement à la Smit (ex-Sonaba). Ils se moquent de la qualité du bâti qui est catastrophique. Des rues étroites, des tracés du réseau assainissement non respectés… les règles élémentaires en matière d'aménagement urbanistique sont bafouées. C'est l'anarchie tout simplement”, raconte-t-elle. En effet, des constructions sont aménagées en plein sur le lieu d'écoulement des eaux de pluie de Tama Ou Anza. Les maisons existantes risquent donc de se retrouver inondées lors des orages, poursuit-elle. Le plus grave c'est que tout cela se fait au vu et au su de tout le monde. Les contrevenants finissent donc par croire qu'ils sont dans leur droit. C'est en fait ce laisser-faire pour des raisons de paix sociale qui a encouragé la prolifération du phénomène d'habitat anarchique. Ces derniers huit mois, rien n'arrêtait les contrevenants, indiquent les riverains. Depuis l'intervention des autorités locales à Aourir jeudi dernier, on sent cependant un changement dans les comportements. Mais les dégâts sont déjà faits et le ras le bol de la population est fort face à des constructions anarchiques multiples et des biens communs en péril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.