Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habitat anarchique, pourquoi Agadir est un cas d'école
A Tama Ou Anza, même les rues sont à vendre La rocambolesque histoire d'un couple franco-marocain Démolitions en série de leur demeure, agression physique, menaces…
Publié dans L'Economiste le 18 - 01 - 2012

Au nom de la paix sociale, la loi n'est plus appliquée
En achetant en 2001 un terrain constructible dans la localité de Tama Ou Anza, à 15 km environ d'Agadir, Arlette et Mohamed Harrouch étaient loin de s'imaginer tous les tracas qu'ils allaient rencontrer. Dans ce site normalement promis à un bel avenir touristique, c'est bled siba. La loi est édictée par les membres d'une famille de la région, raconte Arlette Harrouch. En effet, même les rues sont à vendre! Dès 2004, pendant l'aménagement de leur lot, le couple comprend qu'il est loin de la quiétude qu'il est venu chercher en ces lieux. Leur balcon est détruit sans PV et sans motif valable. «Une habitante de la localité nous propose alors d'acheter la paix par l'achat de la rue qui jouxte notre maison si on veut ouvrir nos fenêtres et sortir notre balcon. Nous refusons bien sûr'', relate Arlette Harrouch. Les époux décident ainsi début 2006 d'ouvrir les fenêtres et sortir les balcons. Nouvel ordre encore de démolition sans motif et un élu les menace même de murer leur maison par une autre construction. Fin 2007, l'histoire se poursuit. Sur conseil de leur avocat, ils finissent par ouvrir leurs fenêtres. “Une demi-heure après, le caid est là mais nous avons sur le chantier un huissier qui peut entendre ses propos. Je demande un PV et il est obligé de le faire. Nous sommes alors dans les délais de 2 mois pour nous pourvoir en justice auprès du tribunal administratif.”, précise Arlette Harrouch. Après bien des péripéties marquées par une agression physique et des menaces, le couple Harrouch gagne son procès en justice et finit sa façade. Mais leurs tracas n'en sont pas pour autant terminés. Ils ont continué à être ennuyés jusqu'à tout dernièrement. Ils ont donc porté plainte à la police pour acharnement et intimidation avec témoins à l'appui. Pourquoi tant de pression contre eux? Il semble que dans la localité, le foncier fait perdre à certains riverains la tête et la notion de la légalité.
Aussi, les époux Harrouch, après avoir agi, individuellement, sur plusieurs fronts pour dénoncer le désordre à Tama Ou Anza, ont constitué une association dénommée “Vivre à Tama Ou Anza” avec des habitants de la localité. Et ils disent être vraiment inquiets de ce qui s'y passe. Dans la zone de Tama Ou Anza, c'est véritablement l'anarchie. Ici, raconte une habitante des lieux, “les constructions illégales sont le fait de gens riches qui spéculent sur des terrains qui appartiennent normalement à la Smit (ex-Sonaba). Ils se moquent de la qualité du bâti qui est catastrophique. Des rues étroites, des tracés du réseau assainissement non respectés… les règles élémentaires en matière d'aménagement urbanistique sont bafouées. C'est l'anarchie tout simplement”, raconte-t-elle. En effet, des constructions sont aménagées en plein sur le lieu d'écoulement des eaux de pluie de Tama Ou Anza. Les maisons existantes risquent donc de se retrouver inondées lors des orages, poursuit-elle. Le plus grave c'est que tout cela se fait au vu et au su de tout le monde. Les contrevenants finissent donc par croire qu'ils sont dans leur droit. C'est en fait ce laisser-faire pour des raisons de paix sociale qui a encouragé la prolifération du phénomène d'habitat anarchique. Ces derniers huit mois, rien n'arrêtait les contrevenants, indiquent les riverains. Depuis l'intervention des autorités locales à Aourir jeudi dernier, on sent cependant un changement dans les comportements. Mais les dégâts sont déjà faits et le ras le bol de la population est fort face à des constructions anarchiques multiples et des biens communs en péril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.