Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie: Moscou préfère jouer la carte de la diplomatie
Publié dans L'Economiste le 09 - 02 - 2012

Après son veto du 4 février qui freinait les intentions de la communauté internationale, la Russie s'est finalement entretenue avec le gouvernement syrien, livrant par la même occasion et de manière officielle ses intentions.
Le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, est ressorti satisfait de sa rencontre mardi dernier avec Bachar Al-Assad. En effet, le dirigeant syrien s'est engagé, afin de mettre fin à cette crise, à réduire les violences qui se sont multipliées ces dernières semaines, faisant pas moins de 121 morts depuis lundi.
De son côté, la Russie a annoncé la mise en place d'une transition politique "en douceur", en évitant d'agir par le biais de sanctions. Moscou vise ainsi avant tout à amoindrir les violences dans le pays, mais également à conserver son unité politique et à défendre les droits des minorités ethniques ou religieuses telles que la communauté chrétienne ou alaouite face à un bloc sunnite majoritaire.
Moscou s'est ainsi opposé à la sanction de l'Occident consistant à retirer des villes insurgées les troupes d'Al-Assad en 21 jours, la jugeant «irréaliste» et pouvant aggraver une guerre civile qui prend déjà des allures d'hécatombe.
Pourtant, le clan Al-Assad a échoué sur bon nombre de plans, n'étant pas parvenu à réaliser l'expansion politique promise depuis une décennie ou encore à instruire une jeunesse démographiquement de plus en plus présente. Alors pourquoi la Russie s'acharne-t-elle à défendre un allié aussi peu prometteur?
En réalité, la Syrie représente un partenaire privilégié pour le Kremlin à plusieurs niveaux. Tout d'abord, au niveau économique, les deux pays sont liés par des contrats d'armements pesant plusieurs centaines de millions d'euros. Par ailleurs, la Russie, qui comprend la minorité musulmane la plus importante d'Europe, souhaite préserver ses relations avec les pays musulmans, notamment pour lutter contre le terrorisme. En effet, si Al-Assad était sévèrement condamné, cela pourrait entraîner le réveil de plusieurs communautés musulmanes situées au sud du Kremlin. Autre facteur non négligeable, la Russie souhaite profiter de la situation géo-politique qu'offre la Syrie, avec notamment un accès stratégique à la mer Méditerranée qui représente une ouverture sur l'océan Indien. D'autant plus que le Kremlin possède une base militaire en Méditerranée, la base de Tartous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.