Football : la Coupe de la Ligue disparaîtra dès la saison prochaine    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Brexit : l'UE appelle Londres à négocier sérieusement pour empêcher un « no deal »    Les Clintons à Marrakech pour l'anniversaire du milliardaire marocain Marc Lasry    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Le CESE appelle à accélérer l'éradication de la pratique du mariage d'enfants    Royal Air Maroc, transporteur officiel de la Biennale de Luanda    Nador: Arrestation d'un récidiviste pour tentative d'homicide volontaire à l'arme à feu    Affaire Hajar Raissouni: La demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Festival national du théâtre de Tétouan : Lancement de l'appel à candidatures    «Eco-Tire» remporte le prix de l'écocitoyenneté offert par Vivo Energy Maroc    L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Un concours pour créer l'identité visuelle de l'Agence nationale de la sécurité routière    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Croissance et Gouvernance!    Aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako : Yasmine Hajji s'exprime sur les «Words of world» en installation vidéo    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Heetch Maroc propose à ses partenaires le statut d'auto-entrepreneur    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Le Maroc remporte le prix Cheikh Aissa Al Khalifa d'actions bénévoles    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Divers    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Réélection de Said Naciri à la tête de la Ligue nationale du football professionnel    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sociétés cotées
La rentabilité plombée par la conjoncture
Publié dans L'Economiste le 02 - 10 - 2012

Comme on pouvait s'y attendre, le premier semestre a été décevant pour les sociétés cotées. Leurs résultats financiers, supposés donner un signe aux investisseurs et redessiner l'évolution des indicateurs boursiers, sont globalement mauvais. Déjà que le déferlement de profits warning sur le marché, durant les 2 derniers mois, a accentué le manque de confiance et la déception des investisseurs. En dépit de la hausse des revenus de 49 sociétés cotées, la masse bénéficiaire a reculé. Sur les 6 premiers mois de l'année, le CA consolidé des sociétés cotées s'est ainsi hissé de 7,8% à 119,8 milliards de DH. Une performance attribuable à l'élargissement de 20% des revenus consolidés de Samir à 27,5 millions de DH, participant ainsi à hauteur de 4,67% dans la croissance du CA de la cote. Attijariwafa bank et BCP ont vu également leur PNB s'améliorer de 9,4% à 8,6 milliards de DH et de 12,3% à 5,5 milliards respectivement.
«L'analyse des revenus par secteur laisse apparaître la prédominance de trois secteurs: pétrole & gaz, établissements de crédit et télécoms, qui participent conjointement à hauteur de 57% dans les revenus de la cote».
Cette performance commerciale des sociétés cotées n'a pas été transformée en rentabilité. «Elles ont enregistré au terme du 1er semestre un recul de la masse bénéficiaire de l'ordre de 11%, se chiffrant ainsi à un niveau de 13,5 milliards de DH soit une perte nette de 1,7 milliard de DH par rapport au premier semestre de 2011», affirme CDG Capital Reaserch. «La marge nette a pour sa part attesté d'une baisse pour se situer à 9%, son niveau le plus bas depuis 2006», souligne CDG Capital.
L'effritement de la masse bénéficiaire a pour principale origine la contraction de 23,1% du RNPG de Maroc Telecom à 3 milliards de DH. En valeur, cette baisse de 931 millions de DH représente 52,4% de la perte globale de la masse bénéficiaire. «En dehors du secteur télécommunications, ces résultats n'auraient baissé que de 7,5%», note CDG Capital. A cela s'ajoute une perte de 20% de la capacité bénéficiaire de Ciments du Maroc à 480 millions de DH. «Ce recul général des marges est dû principalement à la contraction des bénéfices à l'international ainsi que l'acharnement de la concurrence, entraînant une baisse des prix (Maroc Telecom, Lafarge Ciments..)», souligne Upline Group. Et ce n'est pas tout. Les résultats des sociétés cotées ont été négativement impactés par les conflits sociaux qui se sont traduits mécaniquement par le recours coûteux à la sous-traitance, le renchérissement des prix des matières premières ainsi que l'augmentation des importations. En termes de rentabilité, le secteur BTP, les établissements de crédit et les télécoms polarisent près de 71% de la capacité bénéficiaire globale de la cote casablancaise.
Contrairement aux années précédentes, le secteur bancaire n'a pas beaucoup influé sur l'évolution de la masse bénéficiaire, selon CDG Capital, il n'a contribué qu'à hauteur de 0,5% contre une moyenne de 70,4% entre 2009 et 2011, c'est une première!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.