Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Données personnelles
Le secteur public à la traîne
Publié dans L'Economiste le 03 - 06 - 2013

Les administrations publiques avaient jusqu'à la mi-novembre 2012 pour se conformer à la loi sur les données à caractère personnel. Sept mois après, certaines ne sont toujours pas en règle avec la législation. L'affirmation de Said Ihrai, président de la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), a été faite à l'occasion de la journée de sensibilisation à l'importance de cette question au profit du secteur public, vendredi dernier à Rabat.
En fait, les contrevenants devaient remplir un formulaire de déclaration normale ou celui d'une demande d'autorisation pour pouvoir traiter les données à caractère personnel. Mais à ce jour, la CNDP n'a reçu que quelque 557 demandes d'autorisation formulées essentiellement par le secteur privé. Pis encore, les administrations publiques continuent à exiger des usagers la présentation de leur carte d'identité. Or, «aucune base juridique ne le stipule», affirme Driss Belmahi, membre de la Commission.
Toutefois, toutes les administrations publiques ne sont pas logées à la même enseigne. Certaines comme Bank Al-Maghrib et l'Agence nationale de régulation des télécommunications sont même devenues des modèles en matière de protection des données à caractères personnel. Chacune d'entre elles a en effet déployé un plan d'action pour contrôler les banques et les opérateurs télécoms.
En tout cas, les administrations qui ont omis d'appliquer la loi ont aussi enfreint la Constitution de 2011. Car, «la protection de la vie privée est un droit fondamental consacré par l'article 24 de la Constitution», rappelle Ihrai.
Le non-respect des informations des usagers peut aussi décourager les investisseurs étrangers. Selon le président de la commission, les offres émanant de l'étranger sont conditionnées par le niveau de protection des informations se rapportant à la vie des citoyens.
Mais en dépit du retard enregistré en matière de mise en conformité, le Maroc semble sur la bonne voie. Selon Ihrai, le Royaume fait partie des premiers pays arabes et asiatiques à avoir adopté une législation dans ce domaine. D'ailleurs, sa commission ambitionne même de se hisser aux normes européennes. Dans la même lancée, le Maroc devra abriter en novembre prochain un séminaire international sur la protection des données à caractère personnel. Les participants se pencheront sur l'élaboration d'un référentiel de procédures permettant la circulation des données au sein de l'espace européen.
Autorité indépendante
En attendant, la commission veut aussi amender la loi régissant ce domaine. Ses membres veulent surtout apporter quelques précisions relatives notamment au statut du CNDP. «Celui-ci n'a pas été clairement défini», souligne Driss Belmahi. Il veut en effet que la commission figure dans la loi comme une autorité indépendante. «Cela ne fera que renforcer sa crédibilité au niveau international», ajoute Said Ihrai. Le président de la commission ambitionne aussi de moderniser les instruments de protection inscrits dans la législation. «L'objectif est d'y intégrer les moyens sur lesquels planche actuellement le Conseil européen», dit-il. Par ailleurs, les amendements devront également porter sur les sanctions prévues à l'encontre des contrevenants. Driss Belmahi estime qu'elles ne sont pas assez dissuasives comparativement à la législation française ou espagnole.
Transfert des données à l'étranger
Depuis sa constitution, la Commission nationale de la protection des données à caractère personnel a reçu 1.200 plaintes et demandes d'autorisation. Celles-ci concernent à la fois le secteur public et privé. Rien que les demandes de transfert à l'étranger se sont établies à 112. Celles qui concernent l'Europe sont toujours en stand-by car la commission attend que le Conseil européen lui délivre le certificat qui atteste que le niveau de protection au Maroc est similaire à celui en Europe. En attendant, la CNDP a déjà arrêté la liste des établissements qui pourront effectuer le transfert vers le Vieux Continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.