«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les petits épargnants victimes de la répression financière
Par Omar Fassal
Publié dans L'Economiste le 09 - 10 - 2014

Les petits épargnants européens ont souffert et continuent de souffrir, de taux d'intérêt très bas. La rémunération du capital est très faible sur les produits classiques appréciés des bons pères de famille. Le taux sur le livret d'épargne en France est fixé à 1% depuis le mois d'août 2014. Si l'on considère une inflation annuelle ne serait-ce que de 0,3% (identique à celle du mois de septembre), cela signifie que le livret A génère une performance annuelle de 0,7%. Pas de quoi s'extasier! L'avantage du livret épargne est évidemment la possibilité de retirer ses économies si le besoin se faisait sentir. Un épargnant prêt à sacrifier cette liquidité peut se tourner vers les dépôts à terme. De l'argent bloqué sur 1 an rapporte 1,23% au sein de la zone euro, de l'argent bloqué sur 2 ans se bonifie de 1,66% par an. Il faut dans ces conditions beaucoup de patiente pour faire croître son patrimoine: avec une rémunération de 1,5% par an, votre capital ne doublera qu'au bout de 47 ans!
Ces taux sont trop bas pour rémunérer les familles sur les dépenses futures qui les attendent: acheter un logement, éduquer ses enfants... Elles se sentent piégées, pas de croissance économique, un chômage record, et de l'épargne rémunéré à des taux dérisoires. Des produits tels que l'assurance vie apparaissent dès lors comme un des meilleurs moyens pour faire fructifier son patrimoine. Les taux garantis sur 2014 atteignent 2,2% chez les meilleurs assureurs, soit le double des dépôts à terme sur 2 ans. Des épargnants plus avides de rendement peuvent se tourner vers les fonds communs de placement en Bourse. Les fonds monétaires – qui sont les fonds les plus stables en termes de volatilité – affichent pour bon nombre d'entre eux des rendements négatifs. En cause, la performance dérisoire en raison des taux d'intérêt très bas, auquel il faut soustraire les commissions fixes de gestion. Il reste alors les fonds obligataires – qui peuvent pâtir de la hausse des taux d'ici un ou deux ans – et les fonds actions.
Les gagnants sont les Etats; ils profitent actuellement de la répression financière. Il s'agit là d'une ancienne pratique qui permet à un Etat, grâce à des taux d'intérêt très bas, de rembourser plus facilement sa dette. Petit exemple. Supposons que le PIB d'un pays soit de 100 milliards de dollars, et que sa dette soit de 120 milliards: cela représente un ratio dette/PIB de 120%. Si l'année prochaine la croissance du PIB est de +2%, cela signifie que le prochain PIB sera de 102 milliards. Si vous ne remboursez rien de votre dette et que vous renouvelez le prêt sur un an avec un taux d'intérêt à +1%, cela veut dire que l'année prochaine vous devrez rembourser une dette de 121 milliards. Votre ratio dette/PIB a baissé: la dette ne représente plus que 118% de la production. L'astuce est de fixer les taux d'intérêt à un niveau inférieur à la croissance du PIB. Si vous faites cela, et que vous ne remboursez aucune partie de votre dette – à chaque fois vous la renouvelez pour un an de plus – vous vous rendrez compte que le ratio d'endettement baisse. C'est cela la répression financière: c'est fixer des taux d'intérêt plus bas que la croissance, pour faire en sorte que le ratio d'endettement baisse d'année en année.
Historiquement, trois moyens ont été utilisés pour rembourser des dettes publiques devenues gigantesques. Il y a le mélange d'austérité et de mesures pour relancer la croissance, il y a la guerre pour s'emparer rapidement de richesses nécessaires au remboursement, et enfin, il y a la monétisation de la dette qui consiste à faire imprimer des billets par la banque centrale et les donner aux créanciers, créant ainsi de l'inflation. La méthode de répression financière présentée précédemment pour faire baisser le poids d'une dette tentaculaire sur l'économie, est un moyen moderne de procéder. C'est cette solution qui fut utilisée par les Américains pour faire baisser leur ratio d'endettement après la Seconde Guerre mondiale. En 1946, au lendemain du conflit, le ratio dette/PIB culmine à 120%. Les Américains conservent des taux d'intérêts très bas jusqu'au années 70; les taux d'intérêt sont inférieurs à la croissance du PIB de plus de 4% en moyenne. Cela permet à la dette de chuter en proportion du PIB à 33% en 1973.
A qui profite le crime?
Qui profite pleinement de la situation de taux bas actuelle? Les Etats profitent de cette période de taux bas pour pratiquer de la répression financière et rembourser leurs dettes. Les fonds d'investissements et les particuliers – suffisamment aisés pour investir en Bourse – ont profité de la hausse du prix des actifs. Les petits particuliers qui ont une tolérance au risque très faible et qui tiennent à la sécurité de leur principal, préfèrent des produits garantis plutôt que des investissements boursiers en direct. Les taux sur ces produits garantis étant très faible, ce sont eux qui souffrent de la situation actuelle. Ils portent le poids du fardeau de la dette accumulée et de la crise financière. Entre-temps, ces mesures de taux bas restent indispensables pour relancer la croissance économique, qui est toujours anémique dans certaines régions. Coincés entre un taux de chômage élevé, et des taux bas, les épargnants européens continuent de payer le prix de la crise. Finiront-ils par remettre en cause la construction européenne sous sa forme actuelle? Telle est la question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.