Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les petits épargnants victimes de la répression financière
Par Omar Fassal
Publié dans L'Economiste le 09 - 10 - 2014

Les petits épargnants européens ont souffert et continuent de souffrir, de taux d'intérêt très bas. La rémunération du capital est très faible sur les produits classiques appréciés des bons pères de famille. Le taux sur le livret d'épargne en France est fixé à 1% depuis le mois d'août 2014. Si l'on considère une inflation annuelle ne serait-ce que de 0,3% (identique à celle du mois de septembre), cela signifie que le livret A génère une performance annuelle de 0,7%. Pas de quoi s'extasier! L'avantage du livret épargne est évidemment la possibilité de retirer ses économies si le besoin se faisait sentir. Un épargnant prêt à sacrifier cette liquidité peut se tourner vers les dépôts à terme. De l'argent bloqué sur 1 an rapporte 1,23% au sein de la zone euro, de l'argent bloqué sur 2 ans se bonifie de 1,66% par an. Il faut dans ces conditions beaucoup de patiente pour faire croître son patrimoine: avec une rémunération de 1,5% par an, votre capital ne doublera qu'au bout de 47 ans!
Ces taux sont trop bas pour rémunérer les familles sur les dépenses futures qui les attendent: acheter un logement, éduquer ses enfants... Elles se sentent piégées, pas de croissance économique, un chômage record, et de l'épargne rémunéré à des taux dérisoires. Des produits tels que l'assurance vie apparaissent dès lors comme un des meilleurs moyens pour faire fructifier son patrimoine. Les taux garantis sur 2014 atteignent 2,2% chez les meilleurs assureurs, soit le double des dépôts à terme sur 2 ans. Des épargnants plus avides de rendement peuvent se tourner vers les fonds communs de placement en Bourse. Les fonds monétaires – qui sont les fonds les plus stables en termes de volatilité – affichent pour bon nombre d'entre eux des rendements négatifs. En cause, la performance dérisoire en raison des taux d'intérêt très bas, auquel il faut soustraire les commissions fixes de gestion. Il reste alors les fonds obligataires – qui peuvent pâtir de la hausse des taux d'ici un ou deux ans – et les fonds actions.
Les gagnants sont les Etats; ils profitent actuellement de la répression financière. Il s'agit là d'une ancienne pratique qui permet à un Etat, grâce à des taux d'intérêt très bas, de rembourser plus facilement sa dette. Petit exemple. Supposons que le PIB d'un pays soit de 100 milliards de dollars, et que sa dette soit de 120 milliards: cela représente un ratio dette/PIB de 120%. Si l'année prochaine la croissance du PIB est de +2%, cela signifie que le prochain PIB sera de 102 milliards. Si vous ne remboursez rien de votre dette et que vous renouvelez le prêt sur un an avec un taux d'intérêt à +1%, cela veut dire que l'année prochaine vous devrez rembourser une dette de 121 milliards. Votre ratio dette/PIB a baissé: la dette ne représente plus que 118% de la production. L'astuce est de fixer les taux d'intérêt à un niveau inférieur à la croissance du PIB. Si vous faites cela, et que vous ne remboursez aucune partie de votre dette – à chaque fois vous la renouvelez pour un an de plus – vous vous rendrez compte que le ratio d'endettement baisse. C'est cela la répression financière: c'est fixer des taux d'intérêt plus bas que la croissance, pour faire en sorte que le ratio d'endettement baisse d'année en année.
Historiquement, trois moyens ont été utilisés pour rembourser des dettes publiques devenues gigantesques. Il y a le mélange d'austérité et de mesures pour relancer la croissance, il y a la guerre pour s'emparer rapidement de richesses nécessaires au remboursement, et enfin, il y a la monétisation de la dette qui consiste à faire imprimer des billets par la banque centrale et les donner aux créanciers, créant ainsi de l'inflation. La méthode de répression financière présentée précédemment pour faire baisser le poids d'une dette tentaculaire sur l'économie, est un moyen moderne de procéder. C'est cette solution qui fut utilisée par les Américains pour faire baisser leur ratio d'endettement après la Seconde Guerre mondiale. En 1946, au lendemain du conflit, le ratio dette/PIB culmine à 120%. Les Américains conservent des taux d'intérêts très bas jusqu'au années 70; les taux d'intérêt sont inférieurs à la croissance du PIB de plus de 4% en moyenne. Cela permet à la dette de chuter en proportion du PIB à 33% en 1973.
A qui profite le crime?
Qui profite pleinement de la situation de taux bas actuelle? Les Etats profitent de cette période de taux bas pour pratiquer de la répression financière et rembourser leurs dettes. Les fonds d'investissements et les particuliers – suffisamment aisés pour investir en Bourse – ont profité de la hausse du prix des actifs. Les petits particuliers qui ont une tolérance au risque très faible et qui tiennent à la sécurité de leur principal, préfèrent des produits garantis plutôt que des investissements boursiers en direct. Les taux sur ces produits garantis étant très faible, ce sont eux qui souffrent de la situation actuelle. Ils portent le poids du fardeau de la dette accumulée et de la crise financière. Entre-temps, ces mesures de taux bas restent indispensables pour relancer la croissance économique, qui est toujours anémique dans certaines régions. Coincés entre un taux de chômage élevé, et des taux bas, les épargnants européens continuent de payer le prix de la crise. Finiront-ils par remettre en cause la construction européenne sous sa forme actuelle? Telle est la question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.