Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ressources hydriques dans le Souss
L'année agricole va démarrer dans le vert
Publié dans L'Economiste le 23 - 09 - 2015

L'année agricole s'annonce sous de bons auspices dans le Souss,
grâce aux excellentes conditions climatiques et au taux de remplissage des barrages. Un constat confirmé par Hro Abro, Directeur de l'Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA), de la région. «Tous les barrages permettront l'irrigation de nos périmètres durant deux ans et ce, grâce aux précipitations et aux crues que la région a connues l'année dernière», a-t-il ajouté. Ainsi, le Souss se prépare sereinement pour la nouvelle campagne agricole. Contrairement à la même période de l'année dernière où le stress hydrique a failli causer de nombreux dégâts. Les ressources en eau ne sont pas déficitaires dans la zone d'intervention de l'Agence du bassin hydraulique du Souss Massa et Draâ (ABHSMD). Elle est même optimiste. Le taux de remplissage des barrages de la région au 7 septembre est de 72,8%. Ce qui représente un volume d'eau stockée de 1.062,133 millions de mètres cube (Mm3), pour une capacité globale de 1458,545. Il dépasse ainsi de loin celui de la même période de l'année dernière, et qui était de 417,518 Mm3 correspondant à un taux de remplissage de 36%. Il faut dire que, lors du week-end du 21 novembre 2014, la région a connu des pluies torrentielles sans précédent durant les 30 dernières années. A tel point que l'équivalent d'une année de pluie est tombé en seulement 36 heures! (cf. édition du 1/12/2014)
En plus de l'importante réserve d'eau stockée dans les barrages, les pluies bienfaitrices ont permis à la nappe du Souss aval de connaître une remontée moyenne du niveau piézométrique de 2,90 m. Dans la nappe du Souss amont, elle a atteint 3 m. Néanmoins, malgré les fortes précipitations, la nappe de Chtouka a connu une baisse moyenne de 0,30 m. Cette baisse est due essentiellement aux pompages excessifs dans les domaines privés. Le fait étant que la majorité des cultures sont sous serre, elles ne bénéficient donc pas de l'irrigation directe par les eaux pluviales.
Une situation qui pourra être redressée grâce à la nouvelle station de dessalement prévue dans cette zone. Le souci aujourd'hui pour l'ensemble des intervenants étant de préserver les ressources en eau de la région.
D'autant plus que la région est à vocation agricole. L'économie de l'eau et sa valorisation en agriculture irriguée est ainsi un axe incontournable dans cette politique. C'est un vrai cheval de bataille dans le Souss Massa. «Conscients de l'importance d'économiser l'eau, les agriculteurs font preuve d'une adhésion très forte», assure Hro Abro.
Dans le cadre du Plan Maroc vert (PMV), l'objectif dans la région est d'équiper 100.000 hectares en système de goutte à goutte à l'horizon 2020. Ce qui devrait permettre à terme, d'économiser 300 millions de m3 par an. Même les coopératives des associations ayant déjà bénéficié de subventions il y a 8 ans, peuvent être soutenues encore une fois afin de renouveler leur patrimoine d'irrigation pour qu'il soit efficient. Actuellement, l'évolution de la superficie équipée en systèmes d'irrigation localisée est d'ores et déjà conséquente.
Les dernières pluies diluviennes que la région a connues ont alimenté la nappe phréatique. La nappe du Souss aval a ainsi connu une remontée moyenne du niveau piézométrique de 2,90 m. Dans la nappe du Souss amont, elle a atteint 3m. Toutefois, malgré les fortes précipitations, la nappe de Chtouka a connu une baisse moyenne de 0,30 m. Une baisse due essentiellement aux pompages excessifs dans les domaines privés. Attendu que la majorité des cultures sont sous serre, elles ne bénéficient pas de l'irrigation directe par les eaux pluviales. Une situation qui pourra être redressée grâce à la nouvelle station de dessalement prévue dans cette zone
De 47.500 ha en 2008, elle est passée à 87.000 ha. Soit un taux d'avancement de 83%. Dans le détail, 39.500 ha ont été ainsi équipés en 8 ans. Sur ce chiffre, 39.000 ha l'ont été dans le cadre du Programme national d'économie d'eau en irrigation (PNEEI), qui s'inscrit dans les mesures transverses du Plan Maroc vert (PMV), qui prévoit la modernisation de l'agriculture irriguée dans les bassins du Souss Amont sur 6.130 hectares. Et le développement de l'irrigation localisée sur 50.000 ha. L'enveloppe budgétaire allouée à ce programme est de 450 millions DH. Sachant qu'aujourd'hui, le réseau d'irrigation a été modernisé sur 3.300 ha et le développement du système de goutte à goutte est réalisé sur 39.000 ha. Soit un état d'avancement des travaux de 70% pour une économie annuelle de 150 millions de m3 à terme.
Il faut noter que, à mi-chemin de la date d'échéance, beaucoup d'objectifs du Plan Maroc vert sont déjà atteints. A tel point que l'ORMVA est en train de travailler sur d'autres projets à valider avec les agriculteurs pour les programmer pour les années à venir.
Situation pluviométrique
Dans le cadre du PMV, l'objectif est d'équiper 100.000 hectares en système de goutte à goutte à l'horizon 2020. Ce qui devrait permettre à terme, d'économiser 300 millions de m3 annuellement. L'évolution des superficies équipées en système d'irrigation localisée va bon train avec un taux d'avancement de 82%. Soit 39.500 ha équipés depuis 2008.
Selon les chiffres avancés par l'Agence du bassin hydraulique de Souss Massa et Draâ (ABHSMD), la situation pluviométrique observée durant la période de septembre 2014 à mai 2015 a été excédentaire dans l'ensemble des bassins de sa zone d'action. Avec toutefois un déficit pluviométrique par rapport à la normale de -12 % au niveau du bassin d'Issen. Pour ce qui est des excédents pluviométriques, ils varient de 141 % au niveau du bassin de Massa à 559% au niveau du bassin de Draâ. Pour la même période, les apports d'eau enregistrés au niveau des barrages des bassins de la région sont de 2364,322 Mm3. Ces apports sont excédentaires de 184% par rapport aux apports normaux et de 3.292 % par rapport à ceux de 2014. Il faut préciser que les fournitures d'eau réalisées au cours de cette période à partir de l'ensemble des barrages des bassins hydrauliques de Souss Massa et Draâ ont atteint 462,089 Mm3.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.