«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sofrecom: «Nous construisons l'Afrique numérique»
Publié dans L'Economiste le 12 - 12 - 2017

Guillaume Boudin, DG de Sofrecom: «Nos équipes à Casablanca ont délivré en un an plus de 30 projets pour le groupe Orange. La qualité de services des projets délivrés et le haut niveau d'expertise de nos équipes sur des technologies nouvelles génèrent de nouvelles opportunités avec d'autres entités du groupe Orange» (Ph. Sofrecom)
Les pays les plus en avance dans la transformation digitale sont ceux qui ont le plus misé sur la formation et le développement des compétences. Guillaume Boudin, DG de Sofrecom, livre la stratégie du groupe au Maroc. La filiale du groupe Orange nourrit de grandes ambitions dans la transformation digitale tant au Maroc qu'en Afrique. Dans le sillage de l'inauguration de son centre d'ingénierie à Casablanca, l'entreprise compte recruter à terme 400 profils marocains.
- L'Economiste: Quels sont les atouts de Sofrecom pour accompagner la transformation numérique au Maroc?
- Guillaume Boudin: Nous sommes présents au Maroc depuis plus de 30 ans. Nos experts et consultants ont une connaissance fine des enjeux du Royaume et des attentes des entreprises et administrations locales. Nos expériences internationales en Afrique, Europe, Asie, Amérique du Sud et Moyen-Orient nous permettent de donner une vision stratégique des tendances et de capitaliser sur les pratiques opérationnelles pour accompagner nos clients dans leur transformation digitale. Aujourd'hui, le digital est un activateur de croissance et il instaure aussi un rapport nouveau entre les entreprises et leurs clients, les gouvernements et leurs administrés. Le digital représente une immense opportunité pour le continent africain et pour le Maroc. Il repose sur 4 piliers: l'élaboration de stratégies numériques, la mise en place des infrastructures numériques sur lesquelles les services pourront être opérés. Il y a aussi la composante formation et développement des compétences, pour booster l'innovation, mais aussi faciliter les nouveaux usages. Les pays les plus en avance dans la transformation digitale sont ceux qui ont le plus misé sur la formation et le développement des compétences. C'est la clé pour pouvoir contribuer au processus d'innovation, mais aussi pour permettre le bon usage des nouveaux services numériques. Enfin, il y a l'innovation pour développer une offre riche de services. Ce qui passe par l'émergence d'écosystèmes numériques et des interactions fortes associant entreprises, start-up, universités, opérateurs, pouvoirs publics et financeurs.
- Vous êtes une filiale du groupe Orange. Où réside la compétitivité d'une entreprise adossée à un leader mondial des télécoms?
- Orange, c'est plus de 700 millions d'euros d'investissement annuels en R&D sur les services et réseaux numériques. Notre appartenance au groupe nous permet de bénéficier de l'expertise de bout en bout d'un des principaux opérateurs dans le monde et particulièrement en Afrique. Nos experts agissent en toute indépendance vis-à-vis des constructeurs et accompagnent nos clients vers l'excellence opérationnelle. A travers Sofrecom, c'est l'innovation du groupe Orange qui peut œuvrer à la co-construction de l'Afrique digitale.
- Quelles sont les spécificités de votre modèle économique?
- Nous sommes une entreprise à la fois de conseil et d'ingénierie. Spécialistes du secteur des télécoms, les expertises de nos équipes couvrent l'ensemble des besoins des métiers de l'opérateur. Nous sommes une entreprise internationale avec une présence locale. Sofrecom est avant tout une multinationale à taille humaine dont le capital humain constitue la force principale. Riche de ses 34 nationalités, nous avons acquis notre crédibilité à l'international en capitalisant sur le savoir-faire et la diversité de nos collaborateurs. Ces derniers allient à la fois une parfaite connaissance du secteur des télécoms et une compréhension fine des contextes locaux et des attentes des clients. Nos centres de services sont des centres premium orientés vers l'innovation et les technologies nouvelles. A titre d'exemple, nos équipes à Casablanca ont délivré en un an plus de 30 projets pour le groupe Orange, projets qui sont au cœur de la stratégie «Essentiels 2020» d'Orange et nous sommes en avance sur nos premières ambitions. La qualité de services des projets délivrés et le haut niveau d'expertises de nos équipes sur des technologies nouvelles génèrent de nouvelles opportunités avec d'autres entités du groupe Orange et ce, sur des expertises multiples tels des projets d'IOT, de smart city...
- Quels types de profils souhaitez-vous recruter au Maroc? Quels sont les pré-requis en compétences?
- Les compétences recherchées sont diverses à l'image des projets que nos partenaires et clients nous confient. Nous cherchons principalement des compétences capables de réaliser des projets de bout en bout avec une vision 360°. Ingénieurs développeurs, concepteurs, ingénieurs analystes, administrateurs systèmes et d'applications IT, des managers de proximité ou de département...
- Comment Sofrecom compte accompagner la dynamique du secteur de l'offshoring au Maroc?
- Les compétences et la qualité de services délivrés par notre filiale marocaine est une merveilleuse carte de visite pour développer notre portefeuille de clients notamment au sein des entités Orange et au Maroc. L'excellent vivier de compétences qu'offrent le Maroc et les différents partenariats que nous avons conclus avec les grandes écoles et universités marocaines sont d'excellents atouts.
- Quelles sont vos perspectives et ambitions pour l'Afrique?
- L'Afrique est une région très importante pour nous : plus de 50% de nos salariés sont basés en Afrique. Nous co-construisons l'Afrique numérique en accentuant encore plus notre présence et notre champ d'actions. Nous avons ainsi ouvert deux nouveaux bureaux en Côte d'Ivoire et au Bénin pour être au plus près des attentes de nos clients et de leurs besoins.
Des ambitions dans l'e-gov
Sofrecom s'intéresse activement au volet e-gov au Maroc et en Afrique. L'entreprise française accompagne plusieurs administrations et services publics dans leur transformation digitale et ce, depuis quelques années. L'on peut citer plusieurs projets pour la Douane, l'Office des changes, la TGR... Sofrecom Services Maroc a également créé la première application mobile sur les infractions routières pour le compte du ministère de l'Equipement. Le groupe intervient aussi dans le renforcement de la sécurité de certains équipements sensibles et stratégiques tels que la sécurisation informatique du TGV. L'ambition de Sofrecom est de continuer à apporter aux différentes administrations locales son expertise, notamment sur les projets d'aménagement de territoire pour le déploiement du très haut débit.
400 emplois hautement qualifiés d'ici 2020
Nous comptons créer d'ici 2020 plus de 400 emplois hautement qualifiés dans les services informatiques et les infrastructures de support liés à la transformation digitale des organisations: designers, développeurs, consultants, architectes, managers. En un an, ce sont près de 200 emplois créés à Casablanca et à Rabat et la dynamique est excellente.
Propos recueillis par Reda BENOMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.