Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sofrecom: «Nous construisons l'Afrique numérique»
Publié dans L'Economiste le 12 - 12 - 2017

Guillaume Boudin, DG de Sofrecom: «Nos équipes à Casablanca ont délivré en un an plus de 30 projets pour le groupe Orange. La qualité de services des projets délivrés et le haut niveau d'expertise de nos équipes sur des technologies nouvelles génèrent de nouvelles opportunités avec d'autres entités du groupe Orange» (Ph. Sofrecom)
Les pays les plus en avance dans la transformation digitale sont ceux qui ont le plus misé sur la formation et le développement des compétences. Guillaume Boudin, DG de Sofrecom, livre la stratégie du groupe au Maroc. La filiale du groupe Orange nourrit de grandes ambitions dans la transformation digitale tant au Maroc qu'en Afrique. Dans le sillage de l'inauguration de son centre d'ingénierie à Casablanca, l'entreprise compte recruter à terme 400 profils marocains.
- L'Economiste: Quels sont les atouts de Sofrecom pour accompagner la transformation numérique au Maroc?
- Guillaume Boudin: Nous sommes présents au Maroc depuis plus de 30 ans. Nos experts et consultants ont une connaissance fine des enjeux du Royaume et des attentes des entreprises et administrations locales. Nos expériences internationales en Afrique, Europe, Asie, Amérique du Sud et Moyen-Orient nous permettent de donner une vision stratégique des tendances et de capitaliser sur les pratiques opérationnelles pour accompagner nos clients dans leur transformation digitale. Aujourd'hui, le digital est un activateur de croissance et il instaure aussi un rapport nouveau entre les entreprises et leurs clients, les gouvernements et leurs administrés. Le digital représente une immense opportunité pour le continent africain et pour le Maroc. Il repose sur 4 piliers: l'élaboration de stratégies numériques, la mise en place des infrastructures numériques sur lesquelles les services pourront être opérés. Il y a aussi la composante formation et développement des compétences, pour booster l'innovation, mais aussi faciliter les nouveaux usages. Les pays les plus en avance dans la transformation digitale sont ceux qui ont le plus misé sur la formation et le développement des compétences. C'est la clé pour pouvoir contribuer au processus d'innovation, mais aussi pour permettre le bon usage des nouveaux services numériques. Enfin, il y a l'innovation pour développer une offre riche de services. Ce qui passe par l'émergence d'écosystèmes numériques et des interactions fortes associant entreprises, start-up, universités, opérateurs, pouvoirs publics et financeurs.
- Vous êtes une filiale du groupe Orange. Où réside la compétitivité d'une entreprise adossée à un leader mondial des télécoms?
- Orange, c'est plus de 700 millions d'euros d'investissement annuels en R&D sur les services et réseaux numériques. Notre appartenance au groupe nous permet de bénéficier de l'expertise de bout en bout d'un des principaux opérateurs dans le monde et particulièrement en Afrique. Nos experts agissent en toute indépendance vis-à-vis des constructeurs et accompagnent nos clients vers l'excellence opérationnelle. A travers Sofrecom, c'est l'innovation du groupe Orange qui peut œuvrer à la co-construction de l'Afrique digitale.
- Quelles sont les spécificités de votre modèle économique?
- Nous sommes une entreprise à la fois de conseil et d'ingénierie. Spécialistes du secteur des télécoms, les expertises de nos équipes couvrent l'ensemble des besoins des métiers de l'opérateur. Nous sommes une entreprise internationale avec une présence locale. Sofrecom est avant tout une multinationale à taille humaine dont le capital humain constitue la force principale. Riche de ses 34 nationalités, nous avons acquis notre crédibilité à l'international en capitalisant sur le savoir-faire et la diversité de nos collaborateurs. Ces derniers allient à la fois une parfaite connaissance du secteur des télécoms et une compréhension fine des contextes locaux et des attentes des clients. Nos centres de services sont des centres premium orientés vers l'innovation et les technologies nouvelles. A titre d'exemple, nos équipes à Casablanca ont délivré en un an plus de 30 projets pour le groupe Orange, projets qui sont au cœur de la stratégie «Essentiels 2020» d'Orange et nous sommes en avance sur nos premières ambitions. La qualité de services des projets délivrés et le haut niveau d'expertises de nos équipes sur des technologies nouvelles génèrent de nouvelles opportunités avec d'autres entités du groupe Orange et ce, sur des expertises multiples tels des projets d'IOT, de smart city...
- Quels types de profils souhaitez-vous recruter au Maroc? Quels sont les pré-requis en compétences?
- Les compétences recherchées sont diverses à l'image des projets que nos partenaires et clients nous confient. Nous cherchons principalement des compétences capables de réaliser des projets de bout en bout avec une vision 360°. Ingénieurs développeurs, concepteurs, ingénieurs analystes, administrateurs systèmes et d'applications IT, des managers de proximité ou de département...
- Comment Sofrecom compte accompagner la dynamique du secteur de l'offshoring au Maroc?
- Les compétences et la qualité de services délivrés par notre filiale marocaine est une merveilleuse carte de visite pour développer notre portefeuille de clients notamment au sein des entités Orange et au Maroc. L'excellent vivier de compétences qu'offrent le Maroc et les différents partenariats que nous avons conclus avec les grandes écoles et universités marocaines sont d'excellents atouts.
- Quelles sont vos perspectives et ambitions pour l'Afrique?
- L'Afrique est une région très importante pour nous : plus de 50% de nos salariés sont basés en Afrique. Nous co-construisons l'Afrique numérique en accentuant encore plus notre présence et notre champ d'actions. Nous avons ainsi ouvert deux nouveaux bureaux en Côte d'Ivoire et au Bénin pour être au plus près des attentes de nos clients et de leurs besoins.
Des ambitions dans l'e-gov
Sofrecom s'intéresse activement au volet e-gov au Maroc et en Afrique. L'entreprise française accompagne plusieurs administrations et services publics dans leur transformation digitale et ce, depuis quelques années. L'on peut citer plusieurs projets pour la Douane, l'Office des changes, la TGR... Sofrecom Services Maroc a également créé la première application mobile sur les infractions routières pour le compte du ministère de l'Equipement. Le groupe intervient aussi dans le renforcement de la sécurité de certains équipements sensibles et stratégiques tels que la sécurisation informatique du TGV. L'ambition de Sofrecom est de continuer à apporter aux différentes administrations locales son expertise, notamment sur les projets d'aménagement de territoire pour le déploiement du très haut débit.
400 emplois hautement qualifiés d'ici 2020
Nous comptons créer d'ici 2020 plus de 400 emplois hautement qualifiés dans les services informatiques et les infrastructures de support liés à la transformation digitale des organisations: designers, développeurs, consultants, architectes, managers. En un an, ce sont près de 200 emplois créés à Casablanca et à Rabat et la dynamique est excellente.
Propos recueillis par Reda BENOMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.