Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement: Tout sur le projet de loi-cadre
Publié dans L'Economiste le 04 - 01 - 2018

C'est avec des mesures concrètes assorties, le plus souvent, de délais que le projet de loi-cadre pour la réforme de l'enseignement arrive. Mais tout dépendra de la célérité du gouvernement à mettre en place les décrets d'application et arrêtés nécessaires à sa concrétisation. Tout le monde se rappelle de la loi 01-00 régissant l'enseignement supérieur de 2000, dont de nombreuses dispositions sont restées lettre morte, faute de textes réglementaires.
Parmi les mesures phares proposées, la généralisation du préscolaire aux enfants âgés de 4 à 6 ans, et son intégration au primaire, dans un délai maximum de trois ans de l'entrée en vigueur de la loi-cadre. Les deux niveaux représenteraient un même cycle qui, avec le collège, seraient obligatoires. L'Etat ambitionne de généraliser la scolarisation à tous, et s'oblige à prendre toutes les mesures nécessaires pour y arriver.
L'on prévoit notamment un programme spécial pour la scolarisation des filles rurales, des incitations pour les cadres pédagogiques œuvrant dans les campagnes, le renforcement de l'appui aux familles démunies, et la multiplication des écoles communautaires. Un fonds dédié à cette opération, à financer par les collectivités territoriales, organismes et entreprises publics et secteur privé, est relevé. Le manque d'établissements scolaires et de formation est également en ligne de mire. Le gouvernement se donne six ans pour venir à bout de ce déficit, et trois ans pour réaliser un plan national de réhabilitation des écoles.
Un plan d'urgence pour en finir avec l'analphabétisme, en l'espace de six ans, est en outre introduit, avec un programme d'insertion professionnelle des bénéficiaires. Pour le supérieur, le texte évoque une restructuration globale du secteur, selon un plan d'action pluriannuel à préparer par le gouvernement, avec une nouvelle carte, des pôles universitaires thématiques et des campus intégrés. Il stipule, par ailleurs, la création d'un conseil national pour la recherche scientifique, coordonnant les actions de tous les intervenants et assurant un suivi régulier.
Sans compter la simplification des procédures de dépense des budgets R&D, un véritable casse-tête pour les chercheurs du public. Révision de la formation initiale des cadres éducatifs, un observatoire de la compatibilité des nouvelles formations avec les besoins du marché de l'emploi, une commission d'adaptation continue des curricula, une charte de l'apprenant reprenant ses droits et obligations, une charte déontologique des métiers de l'éducation, des référentiels des métiers et compétences... le texte répond à plusieurs revendications. Une commission nationale de suivi de la réforme devrait être créée.
Haro sur les frais imposés par les écoles privées
Les établissements privés ne sont pas en reste. Le projet de loi-cadre leur accorde un répit de six ans pour combler leurs besoins en RH. Il envisage aussi la révision des critères de leur autorisation, d'accréditation de leurs formations et de reconnaissance de leurs diplômes. Des incitations fiscales sont prévues, afin de les encourager à participer à l'effort de généralisation de l'enseignement obligatoire, d'inclusion des jeunes en situation de handicap, d'alphabétisation et d'éducation non formelle, surtout en milieu rural et périurbain. Leurs frais d'inscription, de scolarité et d'assurance sont également dans le collimateur. Pour en finir avec les abus, le projet entend réviser, voire plafonner ces frais, à travers un arrêté ou un décret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.