Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    Nador : Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Driouch: Une secousse tellurique de magnitude 4 constatée    Achraf Hakimi demande la main de Hiba Abouk    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Une difficile équation à résoudre en Afrique    Maghribiyates: Le 1er média féminin sans tabou sans filtre des marocaines    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «L'impact climatique à l'origine l'appauvrissement des populations»    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    Marrakech : Plus de 680 suspects arrêtés en novembre    Le port de pêche d'Agadir!    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Perception Politique Solidaire    PLF 2020. Benchaâboun attendu à la 2e Chambre    Journée mondiale de la prématurité : Plus de 91.000 prématurés naissent chaque année au Maroc    L'OCDE, nihiliste ?    FIFM 2019: La campagne gratuite de chirurgie de la cataracte fédère    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Le nouveau modèle de développement salué par le FIDA    Trump a commis des actes passibles de destitution, selon des experts en droit    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Grève des contrôleurs aériens en France et en Europe : La RAM appelle ses clients à se renseigner    Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    La gestion des déchets, un casse-tête marocain        L'administration traîne les pieds pour répondre aux doléances des citoyens    Le retour de Hakimi au Real est décidé    Nouveau modèle de développement au Maroc    Des grands noms du cinéma international en conversation libre avec le public à Marrakech    FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»    La "Puce" Lionel Messi de retour au sommet    Jain se confie à coeur ouvert sur son burn-out    Le Maroc prend part au Festival d'Alexandrie du théâtre arabe des instituts spécialisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement: Tout sur le projet de loi-cadre
Publié dans L'Economiste le 04 - 01 - 2018

C'est avec des mesures concrètes assorties, le plus souvent, de délais que le projet de loi-cadre pour la réforme de l'enseignement arrive. Mais tout dépendra de la célérité du gouvernement à mettre en place les décrets d'application et arrêtés nécessaires à sa concrétisation. Tout le monde se rappelle de la loi 01-00 régissant l'enseignement supérieur de 2000, dont de nombreuses dispositions sont restées lettre morte, faute de textes réglementaires.
Parmi les mesures phares proposées, la généralisation du préscolaire aux enfants âgés de 4 à 6 ans, et son intégration au primaire, dans un délai maximum de trois ans de l'entrée en vigueur de la loi-cadre. Les deux niveaux représenteraient un même cycle qui, avec le collège, seraient obligatoires. L'Etat ambitionne de généraliser la scolarisation à tous, et s'oblige à prendre toutes les mesures nécessaires pour y arriver.
L'on prévoit notamment un programme spécial pour la scolarisation des filles rurales, des incitations pour les cadres pédagogiques œuvrant dans les campagnes, le renforcement de l'appui aux familles démunies, et la multiplication des écoles communautaires. Un fonds dédié à cette opération, à financer par les collectivités territoriales, organismes et entreprises publics et secteur privé, est relevé. Le manque d'établissements scolaires et de formation est également en ligne de mire. Le gouvernement se donne six ans pour venir à bout de ce déficit, et trois ans pour réaliser un plan national de réhabilitation des écoles.
Un plan d'urgence pour en finir avec l'analphabétisme, en l'espace de six ans, est en outre introduit, avec un programme d'insertion professionnelle des bénéficiaires. Pour le supérieur, le texte évoque une restructuration globale du secteur, selon un plan d'action pluriannuel à préparer par le gouvernement, avec une nouvelle carte, des pôles universitaires thématiques et des campus intégrés. Il stipule, par ailleurs, la création d'un conseil national pour la recherche scientifique, coordonnant les actions de tous les intervenants et assurant un suivi régulier.
Sans compter la simplification des procédures de dépense des budgets R&D, un véritable casse-tête pour les chercheurs du public. Révision de la formation initiale des cadres éducatifs, un observatoire de la compatibilité des nouvelles formations avec les besoins du marché de l'emploi, une commission d'adaptation continue des curricula, une charte de l'apprenant reprenant ses droits et obligations, une charte déontologique des métiers de l'éducation, des référentiels des métiers et compétences... le texte répond à plusieurs revendications. Une commission nationale de suivi de la réforme devrait être créée.
Haro sur les frais imposés par les écoles privées
Les établissements privés ne sont pas en reste. Le projet de loi-cadre leur accorde un répit de six ans pour combler leurs besoins en RH. Il envisage aussi la révision des critères de leur autorisation, d'accréditation de leurs formations et de reconnaissance de leurs diplômes. Des incitations fiscales sont prévues, afin de les encourager à participer à l'effort de généralisation de l'enseignement obligatoire, d'inclusion des jeunes en situation de handicap, d'alphabétisation et d'éducation non formelle, surtout en milieu rural et périurbain. Leurs frais d'inscription, de scolarité et d'assurance sont également dans le collimateur. Pour en finir avec les abus, le projet entend réviser, voire plafonner ces frais, à travers un arrêté ou un décret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.