«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marrakech fait l'éloge de la «femme gravée»
Publié dans L'Economiste le 04 - 01 - 2018

Le réalisateur vidéaste et photographe, Nour Eddine Tilsaghani, a choisi de rendre hommage, en sons et en images, aux femmes tapissières (Ph. Mokhtari)
Il y a le geste. Permanent et irrémédiable. Puis la signification. Au Maroc, le tatouage se fait éphémère avec le henné ou définitif, tracé sur le corps avec une aiguille, des pigments d'origine végétale ou du charbon, mélangés à de l'eau ou à du sang. Ce langage visuel marque l'appartenance à la tribu, souvent berbère.
C'est aussi l'identification du statut social de la femme mariée ou veuve, qui l'arbore sur le visage ou les mains, pour signifier une étape importante vers la fin de la première enfance, à la puberté ou après les noces. Le tatouage faisant pleinement partie des codes féminins de séduction. Aux côtés de la commissaire d'exposition, Maha El Madi, 5 artistes présentent toute l'année 2018 le résultat de leur résidence à Dar Bellarj, une prolifique fondation installée au cœur de la médina de Marrakech.
Ce lieu, qui se veut porteur d'une mémoire collective marocaine, abrite donc l'événement «Femme gravée», le tatouage berbère, art et tradition. Dans son décor lumineux, ouvert à tous gratuitement, les salons se partagent entre l'installation «Les poteries savantes», signée Maha Mouidine, ou la magie du signe et du symbole. «La création de la poterie chez les amazighes est une histoire de femmes» confie l'artiste.
L'installation «Les poteries savantes», signée Maha Mouidine, met en lumière la magie du signe et du symbole à travers la créativité des femmes potières (Ph. Mokhtari)
Un bel hommage au corps de la femme à travers une poterie tatouée dont les formes suspendues s'entrelacent, se juxtaposent et finissent par se compléter. Ce travail met également en lumière Mama Aicha, l'une des dernières potières des montagnes de l'Atlas, gardienne de ce savoir-faire ancestral. Un peu plus loin, derrière de grands rideaux noirs, les visiteurs entrent dans l'imaginaire de Nour Eddine Tilsaghani.
Ce réalisateur vidéaste et photographe, bourré de talent, nous raconte en sons et en images le tatouage sur tapis, inspiré là encore des symboles du corps féminin. Les 4 écrans géants, aux murs et au sol, se répondent dans un ballet d'une quarantaine de photographies, tout en sensualité, partant de la tonte du mouton à l'ouvrage abouti de ces tapissières aux gestes experts. Leurs chants résonnent dans cette pénombre, insufflant comme un vent d'intimité.
La Fondation Dar Bellarj à Marrakech présente, depuis le 16 décembre dernier, «Femme gravée», le tatouage berbère, art et tradition. Le résultat de la résidence de 5 artistes inspirés par ce langage visuel irrémédiable, qui marque l'appartenance à la tribu, souvent berbère (Ph. Mokhtari)
Un peu comme si le regardant était assis aux côtés de ces femmes créatrices. Wassim Ghozlani et Marouane Bahrar font aussi partie de ce voyage, tout comme Moulay Youssef El Khafai, dont les œuvres récentes viennent d'être exposées, en cette fin d'année, à la galerie Noir sur Blanc.
Pour Dar Bellarj, l'artiste peintre joue avec le multiple déclinant 1 personnage féminin aux yeux vagues qui veille sur les visiteurs, 34 figures à la façon d'un puzzle et 100 nuances de points qui se révèlent être les visages tatoués d'une foule. Une initiative culturelle précieuse à une époque où la compréhension de l'histoire du tatouage berbère tend à s'effacer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.