Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Un Monde Fou    La citadelle de Saladin, le café El Feshawi... des lieux incontournables à visiter    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    Le Maroc plaide pour la cohérence, la cohésion et l'unité des pays africains    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Macron accueille Xi à Paris pour travailler à « un nouvel ordre international »    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    Sothema accroit son résultat net en 2018    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    BAM : La croissance sera plombée par les mauvaises récoltes    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Divers    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourita parle fermeture des frontières à Alger
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2018

«La question de l'intégration économique au Sud est d'autant plus problématique, en raison de la fermeture des frontières qui bloque structurellement l'essor de la région». Ce sont les propos de Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale qui intervenait lors de la 14e Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du dialogue en Méditerranée occidentale «5+5» tenue dimanche à Alger.
Il reste convaincu que la région est confrontée à plusieurs défis: «sécuritaire, environnemental, socio-économique, culturel et identitaire». D'où l'intérêt d'une mobilisation générale. Plusieurs thèmes étaient à l'ordre du jour de la réunion à Alger que ce soit les crises politiques dans certains pays, les transitions difficiles dans d'autres, ou des thématiques chroniques dans la région.
Sur le volet de la jeunesse et de l'emploi, Bourita s'est dit convaincu que la Méditerranée occidentale peut être le catalyseur d'une croissance partagée. Pour cette raison, il a présenté officiellement la proposition du Maroc d'accueillir la Conférence ministérielle 5+5 dédiée à la Jeunesse. Elle serait destinée à s'entendre sur un «Agenda régional pour la jeunesse» articulé par projets concrets et novateurs.
S'agissant du développement économique et social inclusif et partagé, le ministre a mis l'accent sur l'écart entre l'intégration économique au Nord et au Sud de la Méditerranée occidentale. Si les partenaires du Nord se caractérisent par une forte intégration économique (plus de 70%), au Sud, en revanche, les pays du Maghreb forment l'une des régions les moins intégrées du monde (moins de 5%). Le message est clair: «Ce n'est pas par le statu quo ou par le protectionnisme que l'on pourra atteindre le développement économique».
Sur le sujet de la migration, le Maroc compte présenter au prochain Sommet de l'UA, à la fin de ce mois, une vision pour un Agenda africain dédié à la thématique. C'est le fruit d'un large processus de consultation inter-africain mené par le Maroc au cours de ces derniers mois.
Après avoir mis l'accent sur la coopération en matière migratoire avec plusieurs pays du Dialogue 5+5, notamment l'Espagne et la France, Bourita a indiqué que le Maroc accueillera en décembre 2018 la 1re conférence internationale du Pacte mondial pour une «migration sûre, ordonnée et régulière».
Le ministre a estimé que la montée du terrorisme et l'extrémisme menacent la sécurité et la stabilité des pays de la région.
Triptyque développement-migration-sécurité
Le développement est la clé pour résoudre les problèmes de la sécurité et des migrations dans la région de la Méditerranée occidentale. C'est ce qu'ont estimé dimanche à Alger les chefs des diplomaties du «Dialogue 5+5» réunissant dix pays de la zone (Algérie, Espagne, France, Italie, Libye, Malte, Maroc, Mauritanie, Portugal et Tunisie). Par développement, ils soulignent l'importance de la promotion de projets ayant un impact en terme de création d'emplois et renforcement des capacités nationales, ainsi que le traitement des causes de la migration irrégulière. Des programmes en faveur des jeunes des deux rives de la Méditerranée doivent être mis en place pour «faire face aux dérives de la radicalisation, du racisme, de la xénophobie et de l'intolérance religieuse», peut-on lire dans la déclaration finale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.