Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Victoire pour le RSB Berkane    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    Nouveau scandale d'abus dans les exploitations agricoles espagnoles ?    Meilleur joueur de L1. M'bappé sème le doute    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    WhatsApp attaqué par Pegasus    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Le WAC rate le coche et se met davantage de pression    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    Divers    Volonté du Maroc d'accompagner ses startups et de promouvoir la coopération Sud-Sud    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    OMS    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Création de la zone franche Tanger Tech    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Journée Internationale de l'infirmière    Le concert de la tolérance d'Agadir tend à disparaître?    Amina Rachid, La soldate des planches    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Golfe: Les tensions montent d'un cran    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La polytoxicomanie en hausse
Publié dans L'Economiste le 02 - 07 - 2018

Les données relatives à l'état des lieux de l'usage des drogues au Maroc, présentées par le ministre de la Santé, montrent la persistance de la domination des substances classiques comme le cannabis et l'alcool. Mais la montée des produits de synthèse, particulièrement les psychotropes et les drogues dures, et les risques d'association de différentes matières, accentuent les risques sanitaires au sein de cette population vulnérable
Inquiétant. C'est le constat principal de la situation de la toxicomanie au Maroc. Pas moins de 800.000 personnes souffrent d'addictions à différentes sortes de drogues. Les chiffres annoncés par Anass Doukkali, ministre de la Santé, traduisent l'ampleur de la menace.
Le ministre, qui citait les résultats de la dernière enquête de terrain couvrant la période 2003-2006, a précisé qu'il s'agit de plus de 4,1% de la population marocaine de plus de 15 ans. Si l'utilisation du cannabis et des boissons alcoolisées reste dominante, avec 425.606 personnes, la hausse des addictions aux drogues dures constitue une véritable menace pour la santé publique.
Le département de tutelle a fait savoir que sur les 4,1% de la population souffrant d'addiction aux drogues, 0,18% utilisent des psychotropes et 0,04% optent pour les solvants. S'y ajoutent les toxicomanes consommant la cocaïne (0,05%) et les opiacés (0,02%).
Le dernier rapport de l'ONU sur les drogues a mis en garde sur le phénomène de la polytoxicomanie. Celui-ci «n'est pas nouveau. Mais du simple fait du nombre des substances proposées sur le marché et des différentes associations possibles, il représente aujourd'hui un risque encore plus grand», a alerté cette Organisation internationale.
Actuellement, plus de 29,5 millions de personnes dans le monde souffrent de troubles liés à l'usage des drogues. Cette situation «risque de provoquer des complications au niveau de la santé publique, notamment avec la propagation des infections et de certaines maladies comme le Sida, l'hépatite C, les maladies sexuellement transmissibles, la tuberculose…», a expliqué Doukkali. Un constat confirmé par le rapport mondial sur les drogues.
Par exemple, en matière d'infection, le risque est plus élevé pour cette population vulnérable. «Chez les usagers de drogues, le nombre des décès imputables à l'hépatite C est plus élevé que celui des disparitions liées à d'autres facteurs liés à l'addiction», est-il indiqué. Idem, les toxicomanes sont «plus touchés par la tuberculose que la population générale».
Pour l'instant, le coût de la prise en charge des maladies causées par l'addiction et la toxicomanie n'est pas connue. Mais les risques restent énormes sur la viabilité des systèmes de protection sociale et sanitaire. Cela est particulièrement vrai pour certaines catégories fragiles. Les données mondiales montrent que «la charge de morbidité due aux troubles liés à l'usage de drogues augmente plus vite chez les femmes que chez les hommes».
Entre 2005 et 2015, elle a augmenté de 25% chez la première catégorie contre 19% chez la 2e. D'où l'importance d'éviter que cette population soit prise en charge, dans le cadre d'une stratégie globale, basée sur des interventions en amont et des diagnostics précoces. L'ONU est on ne peut plus claire dans ce domaine.
«Avant tout, il faudrait veiller à ce que le déploiement des mesures de prévention et de traitement ne fasse aucun laissé pour compte. Les interventions et services mis en place devraient être adaptés aux besoins particuliers des différents sous-groupes de la populations».
Parmi ces catégories vulnérables, la protection des jeunes contre les risques d'addiction est prioritaire. Surtout après la hausse considérable d'utilisation des drogues au sein des collèges et lycées.
Drogues et approche genre
La nouvelle stratégie de prise en charge des personnes souffrant d'addiction aux drogues devra prendre en considération la vulnérabilité de certaines catégories sociales. Il s'agit notamment d'opter pour une approche genre dans la lutte contre la toxicomanie. Certes, les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes par les troubles liés à l'usage de drogues. Mais «lorsqu'elles commencent à prendre des substances, en particulier de l'alcool, du cannabis, des opioïdes et de la cocaïne, les femmes ont tendance à augmenter plus rapidement leur consommation», selon le rapport mondial sur les drogues. Résultat: «les troubles liés à l'usage de ces produits sont susceptibles de se manifester plus rapidement chez elles que chez les hommes». D'où l'importance d'interventions ciblées, dans le cadre d'un plan global. Ceci est d'autant plus important que les tendances à l'international sont de plus en plus inquiétantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.