Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où en est la lutte contre l'évasion fiscale?
Publié dans L'Economiste le 09 - 11 - 2018

Un an après les Paradise Papers (5 novembre 2017), le monde n'a pas fait suffisamment de progrès pour s'attaquer aux paradis fiscaux. C'est le constat de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT(1)). Avec 10% du PIB mondial cachés dans des paradis fiscaux et des inégalités croissantes tant dans les pays développés que dans les pays en développement, «l'absence de progrès est préoccupante».
Plus spécifiquement, l'ICRICT considère que le fait de ne pas obliger tous les paradis fiscaux à établir des registres publics de la propriété effective des sociétés, des trusts et des fondations permet à l'industrie des paradis fiscaux de continuer à prospérer.
Aussi, les efforts de l'UE pour créer une liste de paradis fiscaux ont été entravés par sa propre absence de transparence dans la manière avec laquelle les juridictions ont été jugées et par la décision de ne pas évaluer les paradis fiscaux de l'UE, «ce qui, nous espérons, changera bientôt», indique un communiqué de la Commission.
Pour ses experts, l'appel à mettre fin au secret fiscal des multinationales en veillant à ce que toutes les sociétés multinationales rendent publiques les données pays par pays reste sans réponse. De même, le fait que les Etats-Unis n'ont pas adhéré à la norme commune de déclaration de l'OCDE et qu'ils n'ont pas fourni des niveaux équivalents d'information automatique réciproque est une importante entrave.
Si des institutions multilatérales comme l'ONU, l'UE et l'OCDE veulent sérieusement s'attaquer à cette question, il est temps de discuter et de coordonner un mouvement qui prendrait en compte des propositions comme celles soutenues par l'ICRICT.
Parmi elles, figurent la taxation des multinationales sur une base mondiale, la publication de données pays par pays et la fixation d'un taux minimum mondial d'imposition des sociétés. Les multinationales sont des groupes d'entités qui sont sous le contrôle d'une seule direction et qui ont un seul groupe de propriétaires, et devraient donc être imposées comme des entreprises unitaires. D'autres propositions sont disponibles sur le site (voir aussi «Evasion fiscale: Des fissures dans la digue», dans notre édition N° 5207 du 12/02/2018).
Coopération
La police judiciaire fédérale allemande (BKA) a transmis à la France une liste de plus de mille Français exilés fiscaux dans le cadre du scandale des Panama Papers, rapporte la presse étrangère. Cette affaire mobilise depuis deux ans et demi les justices de plusieurs pays. L'enquête, réalisée par une centaine de journaux, a révélé la présence dans des paradis fiscaux d'avoirs détenus notamment par 140 responsables politiques, stars du football ou milliardaires, suscitant une onde de choc mondiale.
-------------------------------------------------------------
(1) L'ICRICT est un groupe à but non lucratif d'économistes, d'experts fiscaux, de spécialistes des droits de l'homme et d'anciens hauts fonctionnaires qui s'emploie à promouvoir le débat sur la réforme de la fiscalité internationale des entreprises, dans l'intérêt public mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.