Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Séance sans relief    Sécurité sanitaire: Des milliers d'opérations de contrôle… et après?    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Cigarette électronique: Une fiscalité incomplète    Coronavirus : Contrôle sanitaire aux frontières    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Manifestations à Gaza contre le plan de paix américain    Insolite : Facturer la question idiote    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    Pour la FIFA, «L'Afrique entre en piste pour rejoindre l'élite»    Une série de revalorisations pour les retraités de CDG Prévoyance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi la Tunisie maintient l'état d'urgence
Publié dans L'Economiste le 08 - 01 - 2019

La présidence de la République tunisienne annonce la prolongation jusqu'au 4 février de l'état d'urgence. Cette situation est en vigueur dans le pays depuis une série d'attaques terroristes sanglantes en 2015.
Le chef de l'Etat, Béji Caïd Essebsi, «a décidé de prolonger l'état d'urgence d'un mois à compter du 6 janvier. Sa décision est intervenue suite aux concertations avec le chef du gouvernement et le président de l'Assemblée des représentants du peuple», indique la présidence tunisienne.
Cette prolongation «serait probablement la dernière» en attendant l'adoption par le Parlement d'un projet de loi réglementant l'état d'urgence. Pour l'heure, il est régi par un décret datant de 1978. Ce texte remonte à l'ère du premier président de la Tunisie, Habib Bourguiba (1956-1987).
Cette nouvelle prolongation intervient au lendemain d'une opération sécuritaire antiterroriste dans le centre-ouest du pays. Deux terroristes présumés ont été tués. Ils se sont retranchés dans une maison à Jelma dans la région de Sidi Bouzid.
Par ailleurs, des heurts nocturnes avaient été enregistrés fin décembre 2018 dans plusieurs villes notamment au centre-ouest défavorisé du pays. Un journaliste s'est immolé par le feu pour dénoncer les inégalités dans un pays englué dans le marasme économique. Et ce, malgré les acquis démocratiques de la révolution de 2011.
L'état d'urgence avait été réinstauré le 24 novembre 2015. A son origine, l'attentat perpétré en plein Tunis contre un bus de la sécurité présidentielle (12 agents tués) et revendiqué par un groupe affilié à Daech. La même année, deux autres attentats sanglants de Daech ont eu lieu. Le premier contre des touristes au musée de Bardo à Tunis. Le second dans une zone touristique de Sousse. Les autorités ont comptabilisé 60 morts au total.
Depuis la révolution de 2011, la Tunisie fait face à l'essor des groupes terroristes armés et les forces de sécurité sont régulièrement visées. Ces groupes opèrent notamment dans les zones montagneuses à la frontière avec l'Algérie.
A l'instar d'autres régions du monde, la menace terroriste plane sur les pays d'Afrique du Nord. Au Maroc, l'enquête est toujours en cours sur l'assassinat fin 2018 à Imlil de deux jeunes femmes scandinaves. Le Parquet a déféré, jeudi 3 janvier à Rabat, sept personnes devant le juge d'instruction antiterroriste. Elles sont soupçonnées d'être liées au meurtre commis dans la région de Marrakech.
En Egypte, un policier spécialisé dans les explosifs a été tué samedi soir au Caire. Il tentait de désamorcer une bombe repérée devant une église copte. Les Coptes sont régulièrement pris pour cible par les extrémistes.
La Tunisie sur les pas du Maroc
L'Instance tunisienne chargée de rendre justice aux victimes des dictatures a annoncé lundi, date de la fin de sa mission, avoir transféré aux cours spécialisées 72 instructions judiciaires relatives à des violations graves commises entre 1955 et 2013. L'Instance vérité et dignité (IVD) a pour mission de «dévoiler la vérité sur les violations des droits de l'Homme commises entre le 1er juillet 1955 et le 31 décembre 2013», une période couvrant la présidence de Habib Bourguiba (1957-1987), de son successeur Zine el Abidine Ben Ali (1987-2011), mais aussi les troubles postrévolutionnaires. Créé en 2014, dans le sillage de la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, cet organisme indépendant a présenté lundi au président tunisien Béji Caïd Essebsi son rapport final contenant des recommandations et des propositions pour mettre fin à l'impunité en Tunisie. Ce rapport va être publié sur le site de l'IVD.
J.R


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.