Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    Cartier Saada: 80% du programme d'investissements réalisés    Une désinflation qui n'est pas forcément satisfaisante    Lions de l'Atlas. Une victoire, mais encore...?    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    L'université Ibn Zohr en apothéose!    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Voici l'Académie régionale qui a obtenu la meilleure moyenne au Bac    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Edito : Excédent au Bac    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    OPV Maroc Telecom. "Bon timing"    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se déclare vainqueur de la présidentielle mauritanienne dès le premier tour    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Hamid El Kasri et Susheela Raman enflamment la scène Moulay Hassan    Mawazine 2019: Concerts explosifs de Lartiste et David Guetta à la scène OLM Souissi    Levée du drapeau du "polisario" sur scène. Soolking boycotté par les Marocains    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Délinquance en baisse à Fès: la DGSN donne des preuves    Baccalauréat 2019 : un taux de réussite de 65,55%    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    Ethiopie: le chef d'état-major de l'armée et le président de la région d'Amhara tués    Les Chikhates, une histoire impressionnante    Les Marocains seraient parmi les plus malhonnêtes au monde    MAURITANIE-PRESIDENTIELLE : MOHAMED ABDELAZIZ/GENERAL GHAZOUANI À L'INSTAR DE POUTINE/MEDVEDEV ?    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    Le Festival gnaoua et musiques du monde s'ouvre en grande pompe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi la Tunisie maintient l'état d'urgence
Publié dans L'Economiste le 08 - 01 - 2019

La présidence de la République tunisienne annonce la prolongation jusqu'au 4 février de l'état d'urgence. Cette situation est en vigueur dans le pays depuis une série d'attaques terroristes sanglantes en 2015.
Le chef de l'Etat, Béji Caïd Essebsi, «a décidé de prolonger l'état d'urgence d'un mois à compter du 6 janvier. Sa décision est intervenue suite aux concertations avec le chef du gouvernement et le président de l'Assemblée des représentants du peuple», indique la présidence tunisienne.
Cette prolongation «serait probablement la dernière» en attendant l'adoption par le Parlement d'un projet de loi réglementant l'état d'urgence. Pour l'heure, il est régi par un décret datant de 1978. Ce texte remonte à l'ère du premier président de la Tunisie, Habib Bourguiba (1956-1987).
Cette nouvelle prolongation intervient au lendemain d'une opération sécuritaire antiterroriste dans le centre-ouest du pays. Deux terroristes présumés ont été tués. Ils se sont retranchés dans une maison à Jelma dans la région de Sidi Bouzid.
Par ailleurs, des heurts nocturnes avaient été enregistrés fin décembre 2018 dans plusieurs villes notamment au centre-ouest défavorisé du pays. Un journaliste s'est immolé par le feu pour dénoncer les inégalités dans un pays englué dans le marasme économique. Et ce, malgré les acquis démocratiques de la révolution de 2011.
L'état d'urgence avait été réinstauré le 24 novembre 2015. A son origine, l'attentat perpétré en plein Tunis contre un bus de la sécurité présidentielle (12 agents tués) et revendiqué par un groupe affilié à Daech. La même année, deux autres attentats sanglants de Daech ont eu lieu. Le premier contre des touristes au musée de Bardo à Tunis. Le second dans une zone touristique de Sousse. Les autorités ont comptabilisé 60 morts au total.
Depuis la révolution de 2011, la Tunisie fait face à l'essor des groupes terroristes armés et les forces de sécurité sont régulièrement visées. Ces groupes opèrent notamment dans les zones montagneuses à la frontière avec l'Algérie.
A l'instar d'autres régions du monde, la menace terroriste plane sur les pays d'Afrique du Nord. Au Maroc, l'enquête est toujours en cours sur l'assassinat fin 2018 à Imlil de deux jeunes femmes scandinaves. Le Parquet a déféré, jeudi 3 janvier à Rabat, sept personnes devant le juge d'instruction antiterroriste. Elles sont soupçonnées d'être liées au meurtre commis dans la région de Marrakech.
En Egypte, un policier spécialisé dans les explosifs a été tué samedi soir au Caire. Il tentait de désamorcer une bombe repérée devant une église copte. Les Coptes sont régulièrement pris pour cible par les extrémistes.
La Tunisie sur les pas du Maroc
L'Instance tunisienne chargée de rendre justice aux victimes des dictatures a annoncé lundi, date de la fin de sa mission, avoir transféré aux cours spécialisées 72 instructions judiciaires relatives à des violations graves commises entre 1955 et 2013. L'Instance vérité et dignité (IVD) a pour mission de «dévoiler la vérité sur les violations des droits de l'Homme commises entre le 1er juillet 1955 et le 31 décembre 2013», une période couvrant la présidence de Habib Bourguiba (1957-1987), de son successeur Zine el Abidine Ben Ali (1987-2011), mais aussi les troubles postrévolutionnaires. Créé en 2014, dans le sillage de la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, cet organisme indépendant a présenté lundi au président tunisien Béji Caïd Essebsi son rapport final contenant des recommandations et des propositions pour mettre fin à l'impunité en Tunisie. Ce rapport va être publié sur le site de l'IVD.
J.R


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.