Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Le PPS au Parlement    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    SOS Littoral: La tête dans le sable    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





London Academy s'attaque à l'enseignement supérieur
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2019

Samir Benmakhlouf, fondateur de London Academy: «Avec ce programme, le coût total d'un diplôme en Grande-Bretagne équivaudra à celui d'un diplôme français» (Ph. L'Economiste)
En à peine un an et demi d'existence, London Academy Casablanca a pu se construire une place à part sur la scène éducative. La smart school, ayant fondé son modèle sur l'usage des nouvelles technologies, vient d'être accréditée par un consortium de 16 universités anglaises, NCUK.
Objectif: proposer la première année préparatoire à l'enseignement britannique à Casablanca, avec un accès automatique à l'une des 16 universités partenaires. Plusieurs font partie du top 100 mondial (Aston, Bradford, Bristol…). Une première pour un groupe scolaire marocain. Une seule université (Mundiapolis) avait entamé ce programme il y a quelques années, mais l'expérience avait tourné court.
La «foudnation year» sera lancée dès octobre prochain. «Pour y accéder, il n'y a pas de conditions liées aux notes. Il suffit de justifier d'un niveau correct en anglais. Nous organiserons un test de langue vers le mois de juin. Ceux qui ne le réussiront pas pourront bénéficier d'une session de préparation entre juillet et septembre, pour être prêts le 1er octobre au démarrage des cours», précise Samir Benmakhlouf, fondateur de London Academy.
L'école accréditée par Cambridge ouvrira, également en octobre, l'année préparatoire au master. En 2020-2021, elle proposera même la première année universitaire, dans trois spécialités: l'ingénierie, le business et le droit. Les étudiants qui intégreront son centre effectueront ainsi deux années au Maroc.
La majorité des cursus anglais s'étalant sur trois ans, ils n'auront plus que deux années à étudier au Royaume-Uni pour obtenir leur bachelor. Cela leur permettra un gain de coût considérable. «Les études en Grande-Bretagne reviendraient ainsi pratiquement au même prix qu'en France, selon nos simulations.
Un parcours en ingénierie, par exemple, coûterait un total de 549.000 DH, hébergement compris, contre 519.000 dans une école publique française, et 1,4 million de DH aux Etats-Unis», relève Samir Benmakhlouf.
L'année préparatoire sera facturée 89.000 DH, contre 110.000 à 200.000 DH au Royaume-Uni, hors frais d'hébergement, transport et dépenses mensuelles. Les dix premiers étudiants inscrits gagneront une visite de 8 jours dans 3 des universités de NCUK.
Depuis 1987, NCUK a permis à plus de 30.000 étudiants internationaux d'accéder à des universités britanniques. Le consortium dispose de 18 centres en Afrique, 58 dans le monde, réunissant près d'une centaine de nationalités. Il donne accès à plus de 4.000 diplômes. L'année préparatoire qu'il propose est reconnue même aux Etats-Unis et en Australie.
La majorité de ses universités offrent des bourses d'études allant de 2.000 à 5.000 livres sterling par an. Les étudiants bénéficient de la possibilité de travailler à temps partiel (20 heures par semaine), ou à temps plein durant les vacances (40 heures). Au cours de leurs études, ils doivent effectuer une année en entreprise, durant laquelle ils sont rémunérés.
99% des étudiants qui passent par les centres NCUK arrivent à obtenir le visa pour le Royaume-Uni, et 90% obtiennent une inscription dans leur premier choix d'établissement. Les frais de scolarité varient entre 185.000 et 220.000 DH, en fonction des spécialités. Les étudiants étrangers sont prioritaires dans les cités universitaires (avec des tarifs qui démarrent à 3.500 DH par mois).
Le Royaume-Uni attire de plus en plus de Marocains. Quelque 700 y étudient actuellement, soit +24% par rapport à 2014.
«L'école actuelle prépare les enfants aux années 80!»
Samir Benmakhlouf, fondateur de London Academey a tout plaqué pour son école. L'ex-directeur général de la connectivité monde de Microsoft rêvait depuis des années de lancer la smart-school du futur. Aujourd'hui, 240 enfants y sont scolarisés au primaire et secondaire. Son modèle pédagogique «smart», qu'il a développé seul avec ses équipes, a été reconnu début janvier par l'Education nationale. Chaque élève y vient avec son ordinateur ou sa tablette.
Pour apprendre, les enfants jouent, y compris à Minecraft, se plongent dans le codage informatique, la réalité virtuelle, l'électronique… des cours à distance sont également prévus. «Le système actuel prépare les enfants aux années 80! Il les prépare au passé et non au futur», regrette Benmakhlouf. «Dans notre école, nous leur apprenons à créer la technologie», poursuit-il.
London Academy mise sur l'épanouissement de ses élèves. «Ils apprennent, par exemple, à monter des films d'une minute en équipe, ce qui leur demande beaucoup d'effort et de créativité», relève le fondateur de l'école. Six valeurs et compétences (les 6C) y sont inculquées: la créativité, la communication, la collaboration, l'esprit critique, la résolution de problèmes et la citoyenneté.
L'école ouvre, en outre, ses portes aux enfants souffrant de troubles de l'apprentissage, comme la dyslexie. «Nous en avons intégré 24. Malheureusement, dans le modèle francophone, quand vous ne rentrez pas dans le cadre, vous êtes éjecté. Or, tout le monde a droit à une chance à l'école», estime Benmakhlouf.
Ahlam NAZIH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.