Coronavirus : Benchaaboun exhorte les établissements et entreprises publics à plus de souplesse dans la gestion    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    Coronavirus : le PPS salue les mesures d'accompagnement    Covid-19 en France: une dotation de 4 milliards pour financer du matériel médical    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Santé mentale du personnel médical : Une cellule psychologique mise en place pour les équipes soignantes    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    OCP : plus de 54 milliards de DH de chiffre d'affaires à fin 2019    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    La culture à portée de clic!    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    BAM émet de nouvelles directives monétaires et prudentielles    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Coronavirus : plus de 3.000 morts aux Etats-Unis et des grèves de protestations sociales    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Covid-19. Décès d'un bébé à Oujda: la Wilaya brise le silence    Le Parlement bravera le coronavirus sous précautions    574 cas de Covid-19 au Maroc: le bilan actuel par ville    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





London Academy s'attaque à l'enseignement supérieur
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2019

Samir Benmakhlouf, fondateur de London Academy: «Avec ce programme, le coût total d'un diplôme en Grande-Bretagne équivaudra à celui d'un diplôme français» (Ph. L'Economiste)
En à peine un an et demi d'existence, London Academy Casablanca a pu se construire une place à part sur la scène éducative. La smart school, ayant fondé son modèle sur l'usage des nouvelles technologies, vient d'être accréditée par un consortium de 16 universités anglaises, NCUK.
Objectif: proposer la première année préparatoire à l'enseignement britannique à Casablanca, avec un accès automatique à l'une des 16 universités partenaires. Plusieurs font partie du top 100 mondial (Aston, Bradford, Bristol…). Une première pour un groupe scolaire marocain. Une seule université (Mundiapolis) avait entamé ce programme il y a quelques années, mais l'expérience avait tourné court.
La «foudnation year» sera lancée dès octobre prochain. «Pour y accéder, il n'y a pas de conditions liées aux notes. Il suffit de justifier d'un niveau correct en anglais. Nous organiserons un test de langue vers le mois de juin. Ceux qui ne le réussiront pas pourront bénéficier d'une session de préparation entre juillet et septembre, pour être prêts le 1er octobre au démarrage des cours», précise Samir Benmakhlouf, fondateur de London Academy.
L'école accréditée par Cambridge ouvrira, également en octobre, l'année préparatoire au master. En 2020-2021, elle proposera même la première année universitaire, dans trois spécialités: l'ingénierie, le business et le droit. Les étudiants qui intégreront son centre effectueront ainsi deux années au Maroc.
La majorité des cursus anglais s'étalant sur trois ans, ils n'auront plus que deux années à étudier au Royaume-Uni pour obtenir leur bachelor. Cela leur permettra un gain de coût considérable. «Les études en Grande-Bretagne reviendraient ainsi pratiquement au même prix qu'en France, selon nos simulations.
Un parcours en ingénierie, par exemple, coûterait un total de 549.000 DH, hébergement compris, contre 519.000 dans une école publique française, et 1,4 million de DH aux Etats-Unis», relève Samir Benmakhlouf.
L'année préparatoire sera facturée 89.000 DH, contre 110.000 à 200.000 DH au Royaume-Uni, hors frais d'hébergement, transport et dépenses mensuelles. Les dix premiers étudiants inscrits gagneront une visite de 8 jours dans 3 des universités de NCUK.
Depuis 1987, NCUK a permis à plus de 30.000 étudiants internationaux d'accéder à des universités britanniques. Le consortium dispose de 18 centres en Afrique, 58 dans le monde, réunissant près d'une centaine de nationalités. Il donne accès à plus de 4.000 diplômes. L'année préparatoire qu'il propose est reconnue même aux Etats-Unis et en Australie.
La majorité de ses universités offrent des bourses d'études allant de 2.000 à 5.000 livres sterling par an. Les étudiants bénéficient de la possibilité de travailler à temps partiel (20 heures par semaine), ou à temps plein durant les vacances (40 heures). Au cours de leurs études, ils doivent effectuer une année en entreprise, durant laquelle ils sont rémunérés.
99% des étudiants qui passent par les centres NCUK arrivent à obtenir le visa pour le Royaume-Uni, et 90% obtiennent une inscription dans leur premier choix d'établissement. Les frais de scolarité varient entre 185.000 et 220.000 DH, en fonction des spécialités. Les étudiants étrangers sont prioritaires dans les cités universitaires (avec des tarifs qui démarrent à 3.500 DH par mois).
Le Royaume-Uni attire de plus en plus de Marocains. Quelque 700 y étudient actuellement, soit +24% par rapport à 2014.
«L'école actuelle prépare les enfants aux années 80!»
Samir Benmakhlouf, fondateur de London Academey a tout plaqué pour son école. L'ex-directeur général de la connectivité monde de Microsoft rêvait depuis des années de lancer la smart-school du futur. Aujourd'hui, 240 enfants y sont scolarisés au primaire et secondaire. Son modèle pédagogique «smart», qu'il a développé seul avec ses équipes, a été reconnu début janvier par l'Education nationale. Chaque élève y vient avec son ordinateur ou sa tablette.
Pour apprendre, les enfants jouent, y compris à Minecraft, se plongent dans le codage informatique, la réalité virtuelle, l'électronique… des cours à distance sont également prévus. «Le système actuel prépare les enfants aux années 80! Il les prépare au passé et non au futur», regrette Benmakhlouf. «Dans notre école, nous leur apprenons à créer la technologie», poursuit-il.
London Academy mise sur l'épanouissement de ses élèves. «Ils apprennent, par exemple, à monter des films d'une minute en équipe, ce qui leur demande beaucoup d'effort et de créativité», relève le fondateur de l'école. Six valeurs et compétences (les 6C) y sont inculquées: la créativité, la communication, la collaboration, l'esprit critique, la résolution de problèmes et la citoyenneté.
L'école ouvre, en outre, ses portes aux enfants souffrant de troubles de l'apprentissage, comme la dyslexie. «Nous en avons intégré 24. Malheureusement, dans le modèle francophone, quand vous ne rentrez pas dans le cadre, vous êtes éjecté. Or, tout le monde a droit à une chance à l'école», estime Benmakhlouf.
Ahlam NAZIH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.