Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OCDE: Coup de mou confirmé sur la croissance
Publié dans L'Economiste le 08 - 03 - 2019

Le ralentissement économique en Chine et en Europe, ainsi que la faiblesse des échanges mondiaux sont identifiés comme les deux principaux facteurs de risques pesant sur l'économie mondiale.
En publiant le mercredi 6 mars 2019, ses perspectives économiques intermédiaires, l'OCDE souligne les effets négatifs additionnels pouvant émerger en cas d'extension des restrictions commerciales ou d'émergence de nouvelles incertitudes. Certaines mesures de relance sont attendues pour compenser la modeste croissance des échanges en Chine (voir illustration).
«L'économie mondiale doit faire face à des vents contraires qui s'intensifient», selon Laurence Boone, Chef économiste de l'OCDE. «Si l'une des grandes régions économiques, quelle qu'elle soit, connaissait un ralentissement plus marqué que prévu, la croissance mondiale pourrait dérailler, en particulier en cas d'effets de débordement sur les marchés financiers», précise-t-elle.
Pour Laurence Boone, «les responsables des politiques publiques devraient renforcer la concertation multilatérale de manière à limiter les risques, et coordonner leurs interventions afin d'éviter une nouvelle dégradation de la conjoncture».
Selon les prévisions de l'OCDE, l'économie mondiale progressera au rythme de 3,3% en 2019 et de 3,4% en 2020 (pour rappel, le FMI anticipe une croissance de respectivement 3,5% et 3,6%). La révision à la baisse intervenue depuis les précédentes perspectives économiques de novembre 2018 est particulièrement marquée pour la zone euro (principal partenaire commercial du Maroc).
Sa croissance du PIB a fortement ralenti tout au long de l'année 2018 et devrait rester modeste, s'établissant à 1% en 2019 et à 1,2% en 2020. Des chiffres largement inférieurs aux projections de la Commission européenne: 1,3% et 1,6%.
Au sein de la zone, le ralentissement est particulièrement brutal cette année pour l'Allemagne (-0,9 point à 0,7%) et l'Italie (-1,1 point à -0,2%). La France s'en sort mieux (-0,3 point à 1,3%) car son économie est moins dépendante des exportations.
Le Royaume-Uni voit lui sa croissance anticipée ramenée à 0,8%, contre 1,4% prévu auparavant. Mais c'est encore sans compter avec les effets d'un Brexit sans accord, une perspective de plus en plus réelle à mesure qu'approche le 29 mars, date de sortie prévue de l'UE. Une sortie désordonnée augmenterait nettement le coût du «Brexit» pour les économies européennes.
La baisse des cours du pétrole et l'amélioration des conditions financières offrent la possibilité de réduire les taux d'intérêt dans les économies de marché émergentes. Lesquelles demeurent caractérisées par un cadre d'action solide et une inflation bien ancrée à proximité de l'objectif.
Les experts de l'OCDE invitent les banques centrales à maintenir une orientation accommodante. Ils précisent que la politique monétaire ne peut, à elle seule, remédier au fléchissement de l'activité en Europe, ni affermir des perspectives de croissance désormais en demi-teinte à moyen terme.
La mise en œuvre par les pays européens peu endettés d'une nouvelle initiative coordonnée de relance budgétaire, et le déploiement de nouvelles réformes structurelles dans l'ensemble des pays de la zone euro, offriraient les conditions favorables à un rebond de la croissance et de la productivité. Ce qui ouvre la voie à une progression des salaires sur le moyen terme.
La lourde tâche des banques centrales
«Le processus de normalisation des politiques monétaires s'avère bien tortueux», a insisté Claudio Borio, chef économiste de la Banque des règlements internationaux (BRI) lors de la publication du rapport trimestriel de cette institution. Les vifs soubresauts sur les marchés financiers en décembre 2018 et le net rebond qui a suivi depuis janvier 2019 ont de nouveau mis en lumière la tâche complexe et délicate à laquelle sont confrontées les banques centrales. De publication en publication, Borio n'a eu de cesse de mettre en garde contre les risques liés à l'endettement et à la tâche complexe qui en découlait pour ces banques. Lesquelles demeurent fortement mises à contribution pour stabiliser l'économie depuis la crise financière.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.