Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musiques sacrées: La 25e édition met Fès à la confluence des cultures
Publié dans L'Economiste le 21 - 03 - 2019

La 25e édition du festival de Fès des Musiques sacrées du monde se tiendra du 14 au 22 juin 2019. Elle fêtera plus d'un quart de siècle du festival de Fès et abordera la thématique de «Fès, à la confluence des cultures». Son but est de promouvoir la ville de Fès, son âme et ses cultures (Ph. YSA)
«Vingt cinq ans, un quart de siècle depuis le lancement de la 1re édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde. Un Festival qui a apporté sa contribution au fil du temps au dialogue des cultures et des religions, à mieux faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l'ouverture sur l'autre, l'esprit de tolérance et d'accueil, la richesse de son patrimoine matériel et immatériel». C'est en ces termes qu'Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, présente la 25e édition qui se tiendra du 14 au 22 juin 2019, et abordera la thématique de «Fès, à la confluence des cultures».
Pour lui, «ce n'est pas fortuit si l'Unesco a consacré en 2018 un partenariat officiel avec la Fondation Esprit de Fès à l'unanimité de son comité exécutif».
En effet, les générations défilent au cours des siècles «mais l'âme de la ville de Fès se perpétue et ce grâce aux ramifications entretenues entre les différentes traditions culturelles, creuset de l'histoire du Maroc, mais également de son renouveau». En ce sens, la nouvelle édition vise à promouvoir la ville, son âme et ses cultures.
Faut-il rappeler à ce titre que c'est à l'initiative du Roi que la médina de Fès connaît aujourd'hui une renaissance exceptionnelle lui donnant une nouvelle vie. Et c'est justement le renouveau et cette histoire que le Festival et son forum veulent mettre à l'honneur, afin d'imprimer la marque Fès.
De l'avis du président de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice de l'événement, cette 25e édition revêt une aura exceptionnelle d'autant qu'elle coïncide avec la 20e année de l'intronisation du Souverain. «La programmation de cette année sera ainsi exceptionnelle afin de célébrer cet événement et cette histoire… avec des surprises de taille», confie Zouitene. Et d'ajouter: «le volet musical rassemblera des artistes venant de plus de 30 pays».
Tel un voyage dans le temps et l'histoire, le spectacle création «Fès, Mémoire du Futur» donnera le coup d'envoi d'une édition en évocation de Fès. «Comme un conte, cette création abordera l'aspect miraculeux de la naissance de cette ville, l'enfance d'Idriss II peuplée de légendes et d'anecdotes sur son génie précoce qui le mènera à être proclamé Imam à l'âge de onze ans», explique Alain Weber, concepteur et metteur en scène du spectacle.
«De nombreux artistes marocains, portant l'héritage arabe, andalou, amazigh et juif, mettront en valeur la diversité culturelle qu'incarne l'enchevêtrement des ruelles de la médina, représentation symbolique d'une géographie de l'esprit et du voyage», annonce-t-il, tout en promettant «une nouvelle scénographie nous fera pénétrer au cœur des ruelles de la médina qui se souviennent. C'est cette mémoire qui peut être la source d'un futur créatif, spirituel et épanoui».
Et dès le 15 juin, de nombreuses stars viendront animer l'espace de Bab Makina. Y figurent Sami Yusuf, Marcel Khalifa, José Mercé et Tomatito, le World Youth Orchestra, l'ensemble andalou de Fès, outre les chants et danses rituels des femmes de Cuba, et l'art du Muwashah d'Alep et les Chants Sacrés de Perse. L'ambition des organisateurs est de conter l'histoire de Fès à travers des artistes de renom.
«Car, franchir les portes de cette cité millénaire est une manière de s'imprégner de traditions millénaires, de valeurs de tolérance, de dialogue des religions et des cultures. Notre objectif commun est de porter haut ces valeurs, dans un monde marqué par la montée des extrémismes et faire rayonner la Marque Maroc et celle de Fès», conclut Zouitene.
Le Forum rempile
Comme à l'accoutumée, le Forum de Fès est un moment fort d'échanges et d'interrogations dans un monde en pleine mutation. Cette année, il traitera de la thématique «Fès, à la Confluence des Cultures» et verra la présence de plusieurs écrivains, chercheurs, philosophes, penseurs... Ces hôtes esquisseront (les 15 et 16 juin) «la connaissance avant le jugement; l'idée avant l'opinion», «les nécessaires fondamentaux d'un dialogue entre les cultures» et «les modes de vie dans les cités traditionnelles (médinas et autres) et les valeurs spirituelles de respect sous-jacentes». Pour Driss Khrouz, directeur général de la Fondation, «La confluence des cultures consacrée par ce bel itinéraire du festival de Fès sera notre source d'inspiration. Elle sera ce souffle qui nous permettra de débattre et d'écouter d'éminentes personnalités qui irriguent par leurs idées et par leurs créations cette culture de la paix, cette valeur de respect et de reconnaissance de tout ce qui alimente toutes les formes vertueuses de la spiritualité». «En somme tout ce qui donne un sens aux connaissances et que valide la conscience humaniste se retrouve dans ce choix», poursuit-il.
Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.