La ministre espagnole des AE inaugure le nouveau siège du Consulat général d'Espagne à Rabat    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Le Maroc reconnait le gouvernement de Bolivie, annonce le MAE    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cinquième journée des Coupes africaines – Objectif : sceller la qualification    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    Feux en Australie: Les enquêteurs sur le site du crash qui a tué trois pompiers américains    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    La CSMD reçoit le Conseil de la Concurrence    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inertie
Publié dans L'Economiste le 22 - 03 - 2019

Il est des paraboles managériales qui ne se démodent jamais. Celle de la grenouille par exemple, raconte que l'animal ne sentira pas le danger si vous le plongez dans une casserole d'eau froide et qui chauffe progressivement (alors qu'il sursautera si elle est d'emblée bouillante). Comme la grenouille, le Maroc est saisi d'une bien inquiétante torpeur. Elle a pour nom: attentisme.
Les signaux rouges se multiplient, mais cela ne semble pas susciter le déclic qu'exigeraient pareilles circonstances. Une bonne part des Marocains, y compris ceux qui ne juraient que par les vertus de moralisation de la vie publique et l'exemplarité des comportements, ont fini par comprendre que les véritables ressorts se situent d'abord du côté de l'économique.
Ce débat ne tourne pas en vase clos. Il interpelle aussi les politiques publiques – et c'est ce que vient de faire le wali de la Banque centrale (Lire article) – exposées constamment à l'épreuve des temporalités.
Les milieux d'affaires manquent cruellement de visibilité en ce moment. Dans le monde de l'entreprise, les décisions peuvent bien se prendre dans des conditions d'information imparfaite (le principe de la rationalité limitée telle que décrite par Herbert Simon ne dit rien d'autre).
Elles sont plus difficiles à adopter en contexte d'incertitude, car elles alimentent un peu plus les risques. Sauf si le politique intervient en servant de guide à l'action. Or de ce côté, il ne se passe pratiquement pas grand-chose.
Même si un certain nombre de communications tentent d'accréditer l'idée selon laquelle le gouvernement El Othmani a calé son rythme sur celui des urgences, le contenu est creux et il faut se faire violence pour déceler des indices consistants de réformes. Ce gouvernement n'est pas arrivé à convaincre tous ceux, entreprises et grand public, qui se préoccupent de la situation. Les accusations d'inertie ne sont pas loin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.