Brexit: Le divorce bientôt consommé    Yazid Aït Moujane présélectionné avec les Lionceaux U20    A l'ère du numérique, les métiers classiques séduisent toujours    CAN Futsal 2020 : Arrivée de la Délégation de la CAF à Layoune    Coupe de France: Rachid Alioui absent face à Rennes    Egypte : elle glisse dans l'espace bordant la voie ferrée, son père la sauve in extremis    Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    Le Roi Mohammed VI préside au lancement du « Programme intégré d'appui et de financement des entreprises »    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Congrès du PAM : le recours concernant les listes commence ce lundi    Année judiciaire 2020 : La dématérialisation des tribunaux, grande ambition de Mustafa Fares…    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Coupe de la CAF : La RSB cartonne et le HUSA assure l'essentiel    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Abderrahim El Hafidi réagit aux rumeurs sur la tarification de l'électricité    La performance hebdomadaire de la Bourse de Casablanca dans le vert    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    Divers    La DGAPR dément toutes les allégations de torture et de négligence médicale sur les détenus d'Al Hoceima    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Le Marocain Hicham Laqouahi remporte le 31è marathon international de Marrakech    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Groupe Addoha, de grandes ambitions au Ghana    Edito : Triste déballage    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Cour des comptes rattrape les élus d'Oujda
Publié dans L'Economiste le 22 - 03 - 2019


Qui veut la peau de Hejira et Bioui? (Ph. A.K)
Les carrières politiques du maire d'Oujda Omar Hejira (Istiqlal), du président du conseil de l'Oriental, Abdenbi Bioui (PAM) et de l'ancien maire d'Oujda Lakhdar Haddouch (Mouvement populaire), seraient hypothéquées, suite au verdict prononcé mercredi 20 mars par la Chambre des crimes financiers relevant du tribunal de Fès.
Ces trois figures emblématiques du champ politique d'Oujda sont condamnées à des peines allant de deux à une année de prison ferme. Abdenbi Bioui (propriétaire de la société Bioui-travaux) a écopé d'une année de prison ferme alors que Hejira, Haddouch et l'ingénieur principal de la commune d'Oujda sont condamnés à deux années de prison ferme.
Au total, 15 personnes sont accusées de dilapidation de biens publics et paiements exagérés. Huit d'entre elles ont été condamnées alors que sept fonctionnaires de la commune d'Oujda ont été innocentés.
Pour rappel, l'affaire remonte à un rapport établi par la Cour des comptes sur la période 2006/2009 et qui a relevé des anomalies dans l'octroi et la réalisation de certains marchés publics. Les échantillons (carottes) prélevés révèlent que les exigences du CPS n'ont pas été respectées concernant l'épaisseur du bitume et le tout-venant de certains tronçons routiers.
Des observateurs proches du dossier avancent le montant de 40 millions de DH de manquement relevé en matière d'achat de matériel, électrification publique et construction de route. Des données que le Conseil supérieur de la Cour des comptes a transmis au le ministre de la Justice de l'époque, Mustapha Ramid (PJD). Ce dernier avait, alors, activé la procédure et soumis le dossier au tribunal des crimes financiers de Fès en 2012. Quinze personnes avaient ainsi été interpellées mais ont été libérées sous caution (jusqu'à 700.000 DH pour certains).
Il a fallu attendre novembre 2017 pour que le tribunal de première instance innocente les présumés fautifs suite aux conclusions du tribunal des crimes financiers de Fès. Le maire de la ville d'Oujda avait été condamné à cause d'un ordre de paiement. Toutefois, le TPI a conclu au respect de la procédure administrative légale.
Bioui, actuel président du Conseil régional de l'Oriental poursuivi en tant que patron de la société Bioui-travaux, avait commandité auprès d'un bureau d'études un rapport aux conclusions positives. Celui-ci précisait que les prélèvements réalisés par la Cour des comptes n'avaient pas été faits à temps et qu'il était normal que la chaussée perde quelques centimètres après usage.
Mais c'était sans compter sur la pugnacité des autorités judiciaires. Le parquet a fait appel de cette décision et a obtenu mercredi 20 mars 2019 des sanctions d'emprisonnement à l'encontre de huit personnes impliquées dans ce dossier. Contactés à plusieurs reprises par L'Economiste, Omar Hejira et Abdenbi Bioui n'ont pas répondu aux appels.
«Au-delà des jugements du tribunal des crimes financiers de Fès, le maire d'Oujda et le président du Conseil régional de l'Oriental, risquent gros sur le plan politique. Ils ne peuvent se présenter aux prochaines échéances électorales avant que la cour de cassation et les nouveaux juges qui se chargeront de l'affaire ne délivrent leur jugement», précise Zahreddine Taybi, professeur de sciences politiques à la faculté de droits d'Oujda.
De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.