QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Cour des comptes rattrape les élus d'Oujda
Publié dans L'Economiste le 22 - 03 - 2019


Qui veut la peau de Hejira et Bioui? (Ph. A.K)
Les carrières politiques du maire d'Oujda Omar Hejira (Istiqlal), du président du conseil de l'Oriental, Abdenbi Bioui (PAM) et de l'ancien maire d'Oujda Lakhdar Haddouch (Mouvement populaire), seraient hypothéquées, suite au verdict prononcé mercredi 20 mars par la Chambre des crimes financiers relevant du tribunal de Fès.
Ces trois figures emblématiques du champ politique d'Oujda sont condamnées à des peines allant de deux à une année de prison ferme. Abdenbi Bioui (propriétaire de la société Bioui-travaux) a écopé d'une année de prison ferme alors que Hejira, Haddouch et l'ingénieur principal de la commune d'Oujda sont condamnés à deux années de prison ferme.
Au total, 15 personnes sont accusées de dilapidation de biens publics et paiements exagérés. Huit d'entre elles ont été condamnées alors que sept fonctionnaires de la commune d'Oujda ont été innocentés.
Pour rappel, l'affaire remonte à un rapport établi par la Cour des comptes sur la période 2006/2009 et qui a relevé des anomalies dans l'octroi et la réalisation de certains marchés publics. Les échantillons (carottes) prélevés révèlent que les exigences du CPS n'ont pas été respectées concernant l'épaisseur du bitume et le tout-venant de certains tronçons routiers.
Des observateurs proches du dossier avancent le montant de 40 millions de DH de manquement relevé en matière d'achat de matériel, électrification publique et construction de route. Des données que le Conseil supérieur de la Cour des comptes a transmis au le ministre de la Justice de l'époque, Mustapha Ramid (PJD). Ce dernier avait, alors, activé la procédure et soumis le dossier au tribunal des crimes financiers de Fès en 2012. Quinze personnes avaient ainsi été interpellées mais ont été libérées sous caution (jusqu'à 700.000 DH pour certains).
Il a fallu attendre novembre 2017 pour que le tribunal de première instance innocente les présumés fautifs suite aux conclusions du tribunal des crimes financiers de Fès. Le maire de la ville d'Oujda avait été condamné à cause d'un ordre de paiement. Toutefois, le TPI a conclu au respect de la procédure administrative légale.
Bioui, actuel président du Conseil régional de l'Oriental poursuivi en tant que patron de la société Bioui-travaux, avait commandité auprès d'un bureau d'études un rapport aux conclusions positives. Celui-ci précisait que les prélèvements réalisés par la Cour des comptes n'avaient pas été faits à temps et qu'il était normal que la chaussée perde quelques centimètres après usage.
Mais c'était sans compter sur la pugnacité des autorités judiciaires. Le parquet a fait appel de cette décision et a obtenu mercredi 20 mars 2019 des sanctions d'emprisonnement à l'encontre de huit personnes impliquées dans ce dossier. Contactés à plusieurs reprises par L'Economiste, Omar Hejira et Abdenbi Bioui n'ont pas répondu aux appels.
«Au-delà des jugements du tribunal des crimes financiers de Fès, le maire d'Oujda et le président du Conseil régional de l'Oriental, risquent gros sur le plan politique. Ils ne peuvent se présenter aux prochaines échéances électorales avant que la cour de cassation et les nouveaux juges qui se chargeront de l'affaire ne délivrent leur jugement», précise Zahreddine Taybi, professeur de sciences politiques à la faculté de droits d'Oujda.
De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.