Khalihenna Ould Errachid s'entretient avec des responsables du Chili et du Panama    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Janvier noir pour le marché automobile européen    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Météo Maroc: la pluie de retour dans ces villes à partir de ce mercredi    Le GPJ dévoile sa contribution    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    Vers la fin de l'exception sur l'accord Schengen    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Parkings à Agadir: Une corvée entachée d'absurdité!    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Le sommet arabo-africain, reporté    Marrakech s'électrise !    15 longs métrages, dont Adam, en lice    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Météo: voici les températures prévues ce mercredi au Maroc    Marché immobilier : Une baisse à deux chiffres pour les ventes de terrains    Singapour ouvre un consulat honoraire à Casablanca    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Le Maroc est un partenaire stratégique pour la région de Valence    Du théâtre improvisé pour challenger les comédiens    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OCDE: Un emploi sur sept menacé par l'automatisation
Publié dans L'Economiste le 30 - 04 - 2019

Le risque d'automatisation des emplois est réel mais varie fortement d'un pays à l'autre
La transformation numérique, la mondialisation et l'évolution démographique sont déjà en train de redéfinir le monde du travail. A terme, 14% des emplois existants pourraient disparaître au cours des 15 à 20 prochaines années en raison de l'automatisation et encore 32% devraient changer radicalement.
C'est le constat de l'OCDE qui vient de publier l'édition 2019 des Perspectives de l'emploi qui s'inscrit dans l'initiative «L'avenir du travail» et la campagne I am the future of work de l'OCDE. Une publication qui coïncide avec la fête du travail (1er mai).
Si le risque d'automatisation est faible dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la fonction publique, de nombreux travailleurs seront tout de même touchés car ces secteurs emploient une proportion importante de la population active. Le secteur manufacturier est particulièrement exposé, de même que de nombreux secteurs des services. Ces changements devraient donc concerner de nombreux travailleurs, quel que soit leur secteur d'activité.
L'étude qui dresse l'état des lieux du marché de l'emploi, met aussi en avant l'importance d'une législation adéquate sur la protection des travailleurs, quelle que soit leur situation professionnelle. Les gouvernements devraient lutter contre le travail indépendant déguisé, que les employeurs utilisent parfois pour éviter de se soumettre à l'impôt et à la réglementation, limiter autant que possible la «zone grise» entre le travail salarié et le travail indépendant, et étendre les droits applicables aux travailleurs qui se trouvent dans cette situation. Un travailleur sur 7 travaille à son compte, et se trouve généralement à l'écart des offres de formation ou de reconversion.
De plus, l'émergence de nombreux emplois précaires et de qualité inférieure ayant accompagné les avancées technologiques génère une préoccupation très réelle concernant le risque d'«érosion» de la classe moyenne. Il est essentiel d'adapter et d'étendre la protection sociale pour mieux protéger les travailleurs atypiques (comme l'emploi à temps partiel et l'emploi temporaire).
Dans certains pays, la probabilité que ces derniers ne perçoivent aucune aide au revenu lorsqu'ils sont en recherche d'emploi augmente de 40 à 50% par rapport aux salariés typiques. Les droits à prestations devraient pouvoir être transférables d'un emploi à l'autre et les mesures de protection sociale ciblées devraient être complétées par des aides plus universelles et non assorties de conditions particulières.
Une véritable refonte des programmes de formation des adultes est nécessaire pour élargir leur couverture et favoriser la qualité, afin de tirer pleinement parti des avantages de l'évolution du marché du travail. Parmi les mesures nécessaires, il faudrait notamment lever les contraintes de temps et financières à la participation aux programmes de formation, rendre les droits à formation transférables et proposer des services d'information et d'orientation de qualité.
Le rapport constate, depuis trente ans, le déclin constant du taux de syndicalisation dans les pays de l'OCDE, lequel est passé de 30% en 1985 à 16% en 2016. Ce recul fragilise le pouvoir de négociation des travailleurs et contribue à faire diminuer la part du revenu national qui leur revient.
La syndicalisation est encore plus faible chez les travailleurs atypiques, qui sont moitié moins susceptibles que les travailleurs typiques de se syndiquer. L'accès aux négociations collectives et le dialogue social devraient être étendus au-delà de l'emploi typique.
Transformation numérique
Pour les experts de l'OCDE, les gouvernements doivent repenser leur approche du travail et des emplois afin de réduire les tensions sociales et économiques. Si l'on n'agit pas rapidement, de nombreux individus, notamment les moins qualifiés, resteront en retrait d'un monde du travail en pleine mutation. Le rythme et l'ampleur de la transformation numérique seront probablement sans précédent. Les commandes de robots industriels ont été multipliées par trois en un peu plus de dix ans, et devraient encore doubler d'ici à 2020, tandis que le montant du capital-investissement dans l'intelligence artificielle a doublé en un an.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.