Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Droits de l'enfant. Ouverture du 16e Congrès national aujourd'hui à Marrakech    Violences faites aux femmes. Lancement de la campagne nationale    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    BCP: Un résultat net part du groupe de 2,18 MMDH à fin septembre    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Présentation du bilan d'étape du Plan stratégique 2017-2019 de l'AMMC    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réguler le Net, un impératif
Publié dans L'Economiste le 18 - 06 - 2019

Pour Latifa Akharbach, le rôle des autorités de régulation devrait naturellement inclure le web ou les messages de haine sont les plus présents (Ph. Adam)
Muscler les autorités de régulation en les dotant des moyens nécessaires pour contrer les messages de haine sur le web, tel est le message de la présidente de la Haca, Latifa Akharbach, lors de son passage par Tanger à l'occasion des Cyfy Africa 2019.
- L'Economiste: Comment la Haca peut-elle s'attaquer aux contenus nuisibles sur le Net?
- Latifa Akharbach: La Haca ne peut pas réguler les contenus sur le Net, car la loi et nos statuts ne le permettent pas, mais nous sommes en train d'ouvrir une réflexion sur la manière de contrer les discours nuisibles dans les médias et les plateformes numériques. La raison est simple, à cause de la convergence technologique et médiatique, les frontières entre les médias sont en train de s'estomper et toute approche de régulation qui veut se donner une force d'anticipation doit s'intéresser à ce phénomène de convergence médiatique. C'est pour cela que nous avons ouvert une réflexion sur le contenu nuisible sur l'espace bleu comme on le nomme. Tous les régulateurs dans le monde sont en train de mener la même réflexion.
- Quelles seraient les premières pistes de réflexion pour barrer la route à ce type de contenus?
- Il faut installer tout un écosystème et comprendre les fonctionnements médiatiques numériques avant de légiférer. La Haca travaille aussi pour partager les expériences et mutualiser la réflexion dans le cadre de réseaux de régulateurs. La succession des drames que l'on a vécu dernièrement à Christ Church mais aussi au Sri Lanka a fait gagner en intensité la problématique. Mais jusqu'à maintenant personne n'a réussi à trouver la panacée ou un modèle probant de lutte contre l'instrumentalisation de la haine ou le recrutement numérique des violents. Mais tout le monde est d'accord pour dire que la meilleure recette c'est celle qui inclura l'ensemble des acteurs: régulateurs, opérateurs, médias, journalistes et éducateurs pour renforcer l'autorégulation: que ceux qui créent les contenus médiatiques aient de la vigilance et installent eux-mêmes des mécanismes pour contrôler leurs contenus.
- Cela pourrait être assimilé à une censure…
- La régulation des médias n'est pas une censure. Nous nous interdisons d'intervenir en amont. Mais on voudrait que dans les contenus médiatiques produits au Maroc, il y ait une absence de contenus nuisibles, d'appel à la haine, de misogynie, de racisme, et la Haca a plusieurs cordes à son arc pour y arriver en plus des sanctions.
- Quels sont les instruments dont vous disposez pour y parvenir?
- D'abord il y a l'action normative: nous essayons de faire avancer les normes et les règlements qui nous permettent d'immuniser la pratique médiatique contre les discours de la haine. Mais aussi en cas d'atteinte à la dignité humaine et de l'inégalité des genres et de l'image des handicapés par exemple. La Haca a aussi un pouvoir de sanction qui a une visée pédagogique.
L'objectif est de mettre en place une éducation qui puisse couper court à la récurrence de ces discours. La Haute autorité est aussi là pour accompagner les opérateurs à mettre en place une meilleure offre avec un contenu plural. Il s'agit de construire ensemble, régulateurs, opérateurs, médias, journalistes et éducateurs, un écosystème médiatique capable d'offrir le meilleur au citoyen.
Propos recueillis par Ali ABJIOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.