411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète
Publié dans L'Economiste le 19 - 06 - 2019

Les Etats membres de l'Union européenne se sont montrés prudents dans l'attribution des responsabilités pour les attaques de pétroliers la semaine dernière dans les eaux du Golfe. Ils ont ainsi refusé de s'aligner sur Washington qui accuse l'Iran, comme l'a fait Londres.
Plusieurs ministres ont soutenu la position du Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui a demandé une enquête indépendante. «La tâche principale des ministres des Affaires étrangères est d'éviter la guerre», a souligné le chef de la diplomatie du Luxembourg Jean Asselborn, qui a mis en garde contre la répétition des faux pas diplomatiques qui ont conduit à l'invasion de l'Irak en 2003.
La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a appelé à éviter toutes les provocations dans la région. L'Union européenne tente de sauver l'accord sur le nucléaire iranien, menacé par le retrait des Etats-Unis et la décision du président américain Donald Trump d'imposer des sanctions économiques contre la République islamique. L'adjointe de Federica Mogherini, l'Allemande Helga Schmid, s'est rendue dans la région et en Iran pour recueillir des informations.
Selon l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, les réserves d'uranium enrichi de l'Iran dépasseront la limite fixée aux termes de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 à partir du 27 juin. Téhéran avait annoncé le 8 mai sa décision de ne plus respecter deux de ses engagements: la limitation de ses réserves d'uranium enrichi (UF6) à 300 kg et de ses réserves d'eau lourde à 130 tonnes. Conclu à Vienne par l'Iran, l'Allemagne, la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie, l'accord vise à limiter le programme nucléaire de la République islamique en échange d'une levée des sanctions économiques internationales contre ce pays.
De son côté, l'Irak se prépare à l'éventualité d'une interruption du transport maritime dans le Golfe en raison des tensions irano-américaines. Un scénario catastrophe pour le deuxième producteur de l'Opep qui y fait transiter la quasi-totalité de ses exportations pétrolières, selon responsables et experts. Le pays exporte 3,5 millions de barils chaque jour, un chiffre qui est resté stable malgré les tensions régionales récentes. Bagdad tente de réhabiliter un oléoduc qui lui permettra d'acheminer le pétrole, notamment de la province de Kirkouk (nord-est) vers le port turc de Ceyhan (Méditerranée orientale). Sa remise sur pied prendra encore des années.
Les attaques perpétrées contre deux pétroliers en mer d'Oman ont eu lieu au sud-est du détroit d'Ormuz, un corridor vital reliant les Etats riches en énergie du Moyen-Orient au marché mondial. L'Iran a menacé à plusieurs reprises par le passé de bloquer le détroit. Samedi dernier, Riyad et Abou Dhabi ont appelé à la sécurisation des approvisionnements en énergie venant du Golfe après ces attaques survenues un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats, également attribuées par Washington à Téhéran (qui a démenti).
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé que son pays garantirait «la liberté de navigation par le détroit d'Ormuz, sans s'étendre sur les différentes options envisagées». Les relations entre l'Iran et les Etats-Unis se sont détériorées après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien et a rétabli des sanctions économiques contre l'Iran. Début mai, Washington a envoyé des renforts militaires au Moyen-Orient, accusant l'Iran de préparer des attaques «imminentes».
Pétrole: Tendance baissière
Hier en fin d'après-midi, les cours du pétrole ont continué sur leur tendance baissière. Le baril de Brent évoluait autour de 61,83 dollars à Londres et celui de WTI cédait à 52,19 dollars. Le tout dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui pèsent sur la demande et les tensions géopolitiques qui pourraient affecter l'offre. Les prix du pétrole étaient cependant soutenus par les efforts de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, ainsi que par les tensions géopolitiques. Le détroit, au large de l'Iran, voit passer l'essentiel des exportations de pétrole du Moyen-Orient, et un conflit ouvert dans cette zone pourrait faire plonger l'offre et s'envoler les cours. La prochaine réunion de l'Opep est toujours officiellement annoncée pour le 25 juin, mais la Russie et l'Arabie saoudite ont demandé à décaler la réunion à début juillet, ce que l'Iran refuse.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.