Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète
Publié dans L'Economiste le 19 - 06 - 2019

Les Etats membres de l'Union européenne se sont montrés prudents dans l'attribution des responsabilités pour les attaques de pétroliers la semaine dernière dans les eaux du Golfe. Ils ont ainsi refusé de s'aligner sur Washington qui accuse l'Iran, comme l'a fait Londres.
Plusieurs ministres ont soutenu la position du Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui a demandé une enquête indépendante. «La tâche principale des ministres des Affaires étrangères est d'éviter la guerre», a souligné le chef de la diplomatie du Luxembourg Jean Asselborn, qui a mis en garde contre la répétition des faux pas diplomatiques qui ont conduit à l'invasion de l'Irak en 2003.
La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a appelé à éviter toutes les provocations dans la région. L'Union européenne tente de sauver l'accord sur le nucléaire iranien, menacé par le retrait des Etats-Unis et la décision du président américain Donald Trump d'imposer des sanctions économiques contre la République islamique. L'adjointe de Federica Mogherini, l'Allemande Helga Schmid, s'est rendue dans la région et en Iran pour recueillir des informations.
Selon l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, les réserves d'uranium enrichi de l'Iran dépasseront la limite fixée aux termes de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 à partir du 27 juin. Téhéran avait annoncé le 8 mai sa décision de ne plus respecter deux de ses engagements: la limitation de ses réserves d'uranium enrichi (UF6) à 300 kg et de ses réserves d'eau lourde à 130 tonnes. Conclu à Vienne par l'Iran, l'Allemagne, la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie, l'accord vise à limiter le programme nucléaire de la République islamique en échange d'une levée des sanctions économiques internationales contre ce pays.
De son côté, l'Irak se prépare à l'éventualité d'une interruption du transport maritime dans le Golfe en raison des tensions irano-américaines. Un scénario catastrophe pour le deuxième producteur de l'Opep qui y fait transiter la quasi-totalité de ses exportations pétrolières, selon responsables et experts. Le pays exporte 3,5 millions de barils chaque jour, un chiffre qui est resté stable malgré les tensions régionales récentes. Bagdad tente de réhabiliter un oléoduc qui lui permettra d'acheminer le pétrole, notamment de la province de Kirkouk (nord-est) vers le port turc de Ceyhan (Méditerranée orientale). Sa remise sur pied prendra encore des années.
Les attaques perpétrées contre deux pétroliers en mer d'Oman ont eu lieu au sud-est du détroit d'Ormuz, un corridor vital reliant les Etats riches en énergie du Moyen-Orient au marché mondial. L'Iran a menacé à plusieurs reprises par le passé de bloquer le détroit. Samedi dernier, Riyad et Abou Dhabi ont appelé à la sécurisation des approvisionnements en énergie venant du Golfe après ces attaques survenues un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats, également attribuées par Washington à Téhéran (qui a démenti).
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé que son pays garantirait «la liberté de navigation par le détroit d'Ormuz, sans s'étendre sur les différentes options envisagées». Les relations entre l'Iran et les Etats-Unis se sont détériorées après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien et a rétabli des sanctions économiques contre l'Iran. Début mai, Washington a envoyé des renforts militaires au Moyen-Orient, accusant l'Iran de préparer des attaques «imminentes».
Pétrole: Tendance baissière
Hier en fin d'après-midi, les cours du pétrole ont continué sur leur tendance baissière. Le baril de Brent évoluait autour de 61,83 dollars à Londres et celui de WTI cédait à 52,19 dollars. Le tout dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui pèsent sur la demande et les tensions géopolitiques qui pourraient affecter l'offre. Les prix du pétrole étaient cependant soutenus par les efforts de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, ainsi que par les tensions géopolitiques. Le détroit, au large de l'Iran, voit passer l'essentiel des exportations de pétrole du Moyen-Orient, et un conflit ouvert dans cette zone pourrait faire plonger l'offre et s'envoler les cours. La prochaine réunion de l'Opep est toujours officiellement annoncée pour le 25 juin, mais la Russie et l'Arabie saoudite ont demandé à décaler la réunion à début juillet, ce que l'Iran refuse.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.