Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    Le roi nomme Chakib Benmoussa président de de la Commission spéciale sur le modèle de développement    ADM : circulation suspendue entre Larache et Moulay Bousselham    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Elections britanniques: Premier face-à-face entre Johnson et Corbyn    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Nouzha Bouchareb : Le Maroc s'engage à contribuer au plan ONU-Habitat    Immobilier. Accor et le groupe Yasmine se rapprochent    Marché des capitaux. L'AMMC muscle ses contrôles    Hult Prize couronne son lauréat le 7 décembre    Insolite. Deux américains parviennent à transformer l'air...en vodka !    Luis Enrique reprend les commandes de la sélection espagnole    Pour Washington, la colonisation israélienne ne viole pas le droit international    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Arrestation à Marrakech d'un individu pour trafic de drogues dures    Lâayoune Charkia: un policier dégaine son arme pour neutraliser un individu dangereux    Vidéo. Un camion chargé de migrants fonce dans un poste-frontière de Bab-Sebta    Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France    Aminux lance sa radio ?    Mustapha Iznasni, un Grand de la Presse nationale s'est éteint    Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…    Le Maroc se prépare au grand froid    Marrakech : Artcurial met en vente un chef d'œuvre d'Etienne Dinet    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Edito : Anticiper    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2019

Samedi dernier, le gospel Kingdom Choir, connu du monde entier depuis sa participation au mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, a littéralement électrisé l'historique scène de Bab Makina et provoqué une standing ovation méritée (Ph. YSA)
«UNE clôture mémorable et un bilan positif». C'est dans ces termes qu'Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, a qualifié la 25e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde (FFMSM) qui a pris fin, samedi dernier, dans la mythique place de Bab Makina.
Pour rappel, la programmation retenue pour la clôture réunissait le groupe de gospel Kingdom Choir et le duo Tomatito-Mercé. Ces artistes ont livré des prestations musicales exceptionnelles et sous les applaudissements nourris de l'auditoire. Une manifestation de l'adhésion générale du public à l'image de l'ensemble du festival qui a su réunir les sensibilités et attirer les foules à Fès. En ce sens, la dernière soirée a constitué l'apothéose d'une semaine riche en festivités. Le groupe de gospel Kingdom Choir, connu du monde entier depuis sa participation au mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, a littéralement électrisé l'historique scène de Bab Makina et provoqué une standing ovation méritée. Une belle entrée en matière pleine de «soul» avant le concert principal donné par les deux légendes vivantes du flamenco, José Mercé et Tomatito. Les deux figures iconiques d'un patrimoine andalou authentique ont su conquérir à leur tour l'audience par un «cante jondo» à la fois tragique, sensuel et festif. Ce dernier spectacle, conciliant deux registres musicaux complètement distincts, a parfaitement incarné l'esprit du festival de Fès. Une ode à l'interculturalité, à la célébration des différences et au rapprochement des lointains.
Après 8 jours de festivités variées, le président du festival dresse également un bilan positif du festival ayant atteint ses objectifs autant quantitatifs que qualitatifs. En effet, pas moins de 28.500 festivaliers de dizaines de nationalités différentes se sont déplacés sur les différentes scènes de Fès. Le festival Boujloud et sa grande scène gratuite a quant à lui enregistré un immense succès populaire avec des dizaines d'artistes programmés et plus de 230.000 festivaliers. Une réussite incontestable due en grande partie aux 750 artistes et musiciens ayant contribué aux différentes scènes mises en place. «Cette 25e édition a rempli toutes ses promesses», témoigne Zouitene. «Le FFMSM rayonne et attire des mélomanes de toutes les régions du monde.
Pour Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, «le festival des musiques sacrées constitue une manifestation fédératrice de la synergie des différents acteurs privés et public, réunis autour du projet fassi» (Ph. YSA)
C'est autant le résultat des efforts au niveau de la programmation renouvelée que d'une promotion intense en amont du festival, tant au plan national qu'international», ajoute-t-il.
Initiée sous la thématique de «Fès, à la confluence des cultures», l'édition 2019 a exploré des horizons variés en provenance de tous les continents. Dans l'univers des musiques sacrées du monde, une large palette de genres a été représentée, la cornemuse celte succédant à l'afrobeat, la harpe à la Nora, la flûte de Pan sublimant les percussions de Djembé, le gospel côtoyant le melhoun, et bien d'autres mariages métissés caractéristiques de l'universalité du festival… Cette programmation a su combler les attentes du public en proposant un vaste éventail d'artistes émergents et de têtes d'affiche, avec des groupes à l'expertise confirmée tels que le World Youth Orchestra, la Bahariyya, la diva Michelle David, Carlos Nunez, Obini Bata… Les stars internationales, notamment Sami Yussuf, Marcel Khalifé et l'incontournable Youssou Ndour, ont également joué leur rôle de pôles d'attractivité du festival et attiré un large public vers la capitale spirituelle du Maroc. Dans un domaine où art et sacré se rencontrent, chaque artiste a su faire découvrir les nuances complexes de son répertoire tout en sachant mettre en exergue dans un esprit d'ouverture son possible aspect spirituel… et au grand bonheur d'un public passionné.
Rayonnement international
En plus du succès artistique, le festival de Fès a su également s'ériger au fil des ans en haut-lieu d'échanges et de débats à travers le Forum éponyme qui a consacré pour cette édition la thématique cruciale de la «confluence des cultures». Sur deux jours, le Forum a réuni plusieurs personnalités des mondes artistique, culturel, académique et politique autour de sujets d'actualité ayant trait à la mixité culturelle et à la nécessité d'une pensée interculturelle et transverse des problématiques auxquelles sont confrontés les peuples et les civilisations. La 25e édition a réussi son pari, celui de devenir une référence incontournable de la scène culturelle marocaine, de provoquer des débats essentiels pour le développement de la diffusion d'une culture tolérante et de favoriser une réelle expérience immersive dans l'univers propre et singulier de la musique spirituelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.