« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2019

Samedi dernier, le gospel Kingdom Choir, connu du monde entier depuis sa participation au mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, a littéralement électrisé l'historique scène de Bab Makina et provoqué une standing ovation méritée (Ph. YSA)
«UNE clôture mémorable et un bilan positif». C'est dans ces termes qu'Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, a qualifié la 25e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde (FFMSM) qui a pris fin, samedi dernier, dans la mythique place de Bab Makina.
Pour rappel, la programmation retenue pour la clôture réunissait le groupe de gospel Kingdom Choir et le duo Tomatito-Mercé. Ces artistes ont livré des prestations musicales exceptionnelles et sous les applaudissements nourris de l'auditoire. Une manifestation de l'adhésion générale du public à l'image de l'ensemble du festival qui a su réunir les sensibilités et attirer les foules à Fès. En ce sens, la dernière soirée a constitué l'apothéose d'une semaine riche en festivités. Le groupe de gospel Kingdom Choir, connu du monde entier depuis sa participation au mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, a littéralement électrisé l'historique scène de Bab Makina et provoqué une standing ovation méritée. Une belle entrée en matière pleine de «soul» avant le concert principal donné par les deux légendes vivantes du flamenco, José Mercé et Tomatito. Les deux figures iconiques d'un patrimoine andalou authentique ont su conquérir à leur tour l'audience par un «cante jondo» à la fois tragique, sensuel et festif. Ce dernier spectacle, conciliant deux registres musicaux complètement distincts, a parfaitement incarné l'esprit du festival de Fès. Une ode à l'interculturalité, à la célébration des différences et au rapprochement des lointains.
Après 8 jours de festivités variées, le président du festival dresse également un bilan positif du festival ayant atteint ses objectifs autant quantitatifs que qualitatifs. En effet, pas moins de 28.500 festivaliers de dizaines de nationalités différentes se sont déplacés sur les différentes scènes de Fès. Le festival Boujloud et sa grande scène gratuite a quant à lui enregistré un immense succès populaire avec des dizaines d'artistes programmés et plus de 230.000 festivaliers. Une réussite incontestable due en grande partie aux 750 artistes et musiciens ayant contribué aux différentes scènes mises en place. «Cette 25e édition a rempli toutes ses promesses», témoigne Zouitene. «Le FFMSM rayonne et attire des mélomanes de toutes les régions du monde.
Pour Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, «le festival des musiques sacrées constitue une manifestation fédératrice de la synergie des différents acteurs privés et public, réunis autour du projet fassi» (Ph. YSA)
C'est autant le résultat des efforts au niveau de la programmation renouvelée que d'une promotion intense en amont du festival, tant au plan national qu'international», ajoute-t-il.
Initiée sous la thématique de «Fès, à la confluence des cultures», l'édition 2019 a exploré des horizons variés en provenance de tous les continents. Dans l'univers des musiques sacrées du monde, une large palette de genres a été représentée, la cornemuse celte succédant à l'afrobeat, la harpe à la Nora, la flûte de Pan sublimant les percussions de Djembé, le gospel côtoyant le melhoun, et bien d'autres mariages métissés caractéristiques de l'universalité du festival… Cette programmation a su combler les attentes du public en proposant un vaste éventail d'artistes émergents et de têtes d'affiche, avec des groupes à l'expertise confirmée tels que le World Youth Orchestra, la Bahariyya, la diva Michelle David, Carlos Nunez, Obini Bata… Les stars internationales, notamment Sami Yussuf, Marcel Khalifé et l'incontournable Youssou Ndour, ont également joué leur rôle de pôles d'attractivité du festival et attiré un large public vers la capitale spirituelle du Maroc. Dans un domaine où art et sacré se rencontrent, chaque artiste a su faire découvrir les nuances complexes de son répertoire tout en sachant mettre en exergue dans un esprit d'ouverture son possible aspect spirituel… et au grand bonheur d'un public passionné.
Rayonnement international
En plus du succès artistique, le festival de Fès a su également s'ériger au fil des ans en haut-lieu d'échanges et de débats à travers le Forum éponyme qui a consacré pour cette édition la thématique cruciale de la «confluence des cultures». Sur deux jours, le Forum a réuni plusieurs personnalités des mondes artistique, culturel, académique et politique autour de sujets d'actualité ayant trait à la mixité culturelle et à la nécessité d'une pensée interculturelle et transverse des problématiques auxquelles sont confrontés les peuples et les civilisations. La 25e édition a réussi son pari, celui de devenir une référence incontournable de la scène culturelle marocaine, de provoquer des débats essentiels pour le développement de la diffusion d'une culture tolérante et de favoriser une réelle expérience immersive dans l'univers propre et singulier de la musique spirituelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.