Foncier: L'incroyable méli-mélo    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Propreté: Le nouveau matériel inutile?    Un Monde Fou    LDC Afrique: Victoire et qualification du WAC en quart de finale    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cour de cassation : 51.591 affaires enregistrées en 2019    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Le Crédit du Maroc lance les travaux de son nouveau siège social    Boeing : Le 737 MAX ne revolera pas avant le milieu de l'année    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Le Maroc établit sa compétence juridique sur l'ensemble de son domaine maritime    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Compétitivité
Publié dans L'Economiste le 05 - 12 - 2019

Il n'est jamais trop tard pour bien faire, dit le proverbe. On va faire semblant de le croire. Depuis une grosse dizaine d'années, on a des soucis avec les accords de libre-échange, impossible de faire bouger les gouvernements successifs sur ce chapitre.
Le ministre marocain de l'Industrie, du Commerce, etc. s'est plaint à son homologue turque du mauvais fonctionnement de l'ALE, passé entre Rabat et Ankara en 2004 et entré en vigueur en 2006. La ministre turque en a autant à son service: nombre d'entreprises turques disent avoir été mal traitées, notamment à l'occasion de marchés publics.
On ne sait pas si la démarche de Mly Hafid Elalamy va aboutir: son message comporte en effet des zones d'ombre et une «invitation» à rééquilibrer l'affaire. Depuis 2006, les ventes turques ont doublé et le taux de couverture est tombé à 30%.
Les Marocains accusent les Turcs de dumping, de financements indirects via leur mission diplomatique. Plus subtil, la qualité turque n'est pas au niveau de son design, une forme de tromperie. C'est là une des trois méthodes de conquête, la deuxième étant les réseaux de commerçants installés dans le pays-cible avec des aides publiques.
La troisième est aussi vieille que la République turque elle-même: faire tomber la valeur de la lire turque. Ce dernier point a un double effet: il favorise des exportations et rend les importations très chères.
Pour jouer ce mauvais tour à sa propre population, il faut avoir un régime autoritaire, étouffant les critiques. Et mettre sous tutelle le système financier. Deux manipulations que le Maroc ne peut plus se permettre. En revanche, l'art. 39 pt 2 permet de se retirer de l'accord, mais est-ce vraiment le meilleur parti?
Mais avant tout, il faut faire une remarque: tous nos ALE sont défavorables au Royaume, ce qui veut dire que le problème vient de chez nous. C'est ici qu'il faut travailler la compétitivité, nulle part ailleurs!
(Voir aussi L'Economiste du 3 décembre 2019)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.