Amical : Les Aigles de Carthage s'inclinent face aux Lionnes de l'Atlas    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    CAN Futsal 2020: A quelle Heure et quelle chaîne Maroc- Libye    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Tan-Tan : Enquête à l'encontre de deux individus pour faux et usage de faux    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Samir Belfkih brigue la présidence du PAM    Tesla: de 0 à 100 milliards en moins de 17 ans    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Procès en destitution: La défense de Trump tente de parer les révélations de Bolton    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Taroudant : 6 mois de prison ferme pour l'instituteur qui a violenté son élève de 8 ans    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Enfin des explications sur la faiblesse de la croissance économique    Othman Benjelloun réitère l'engagement du secteur bancaire à soutenir les PME    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    Voici le temps qu'il fera ce mardi 28 janvier    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Brexit: Le divorce bientôt consommé    Sauvez le KACM : Le Kawkab a cessé de briller    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Les prix des produits de consommation ne cessent d'augmenter depuis une décennie    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédit à la consommation: La machine repart, mais...
Publié dans L'Economiste le 12 - 12 - 2019

Le prêt à la consommation retrouve un rythme proche de celui de la fin des années 2000. Reste à savoir s'il sera durable. Les difficultés financières des ménages les poussent à recourir davantage au crédit
Le crédit à la consommation se porte bien, du moins la production. En tout cas, c'est le produit le plus dynamique dans le portefeuille des banques avec les comptes débiteurs et les crédits de trésorerie. A fin octobre, les encours (crédits octroyés uniquement aux ménages) affichaient des hausses respectives de 4,6% et 6,6% contre une moyenne générale de 3,2%.
La croissance des crédits à la consommation est plus marquée chez les sociétés spécialisées. La fin d'année est généralement très animée, avec la multiplication des promotions. Mais les prêteurs n'attendent plus forcément les périodes de fête, la veille de la rentrée scolaire pour accélérer le démarchage de la clientèle. Par SMS, courrier ou mail, ils multiplient des opérations de prospection tout au long de l'année.
Par ailleurs, ils sont plus visibles sur les lieux de vente, avec l'objectif de susciter des achats via des offres à des taux très compétitifs sur des durées très courtes. Beaucoup de personnes n'y résistent pas. Le crédit dit gratuit dans les grandes surfaces peut déclencher des achats impulsifs. Les ménages s'endettent d'abord pour financer des projets personnels (2/3 de l'encours). Viennent ensuite le crédit auto et les prêts pour l'équipement domestique.
Le renforcement du dispositif dans les commerces s'est traduit par une remontée du poids des crédits de moins de deux ans. Ils représentaient 8,5% de l'encours à fin 2018. Il y a peu encore, ces crédits d'une maturité inférieure à deux ans pesaient autour de 25% de l'encours.
La chute de leur part dans la structure du portefeuille est dans une certaine mesure la conséquence de la pression sur les revenus des ménages. Ceux-ci sont donc amenés à allonger la durée de remboursement des crédits. Les prêts dont la maturité dépasse 7 ans se renforcent et passent d'une moyenne de 2,4% entre 2011 et 2015 à 13,3% entre 2016 et 2018. La moitié des crédits à la consommation se rembourse sur une durée de 5 à 7 ans.
Sur les trois premiers trimestres de 2019, le coût moyen du crédit à la consommation (seulement aux guichets des banques) s'est établi à 6,72%. Il a baissé de 60 points de base (0,6 point de pourcentage) en cinq ans. C'est le produit qui a le moins profité du mouvement baissier des taux d'intérêt (le risque est plus élevé puisque le taux de défaut se situe autour de 10%). La tarification des crédits des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a diminué de 1,18 point en cinq ans contre une baisse de 0,74 point pour le crédit à l'équipement et 0,93 point pour les prêts destinés à l'investissement.
Si les prêteurs font preuve d'innovation dans l'élaboration des offres, hélas, la souscription de bout en bout d'un crédit à la consommation en ligne n'est pas encore possible! En outre, les délais d'instruction des dossiers sont dans de nombreux cas plus longs que ne le laissent croire les messages publicitaires. L'absence de la signature électronique par exemple empêche la dématérialisation totale de la souscription.
«Le projet de réforme ne dépend pas uniquement de la Banque centrale. Mais c'est un sujet qui est en discussion. Nous examinons aussi l'implémentation du e-KYC. Nous regardons les benchmark et évaluons les risques pour voir ce qu'on pourra faire. Il y va de la protection du consommateur et du système», observe un responsable à Bank Al-Maghrib.
En moyenne, le crédit absorbe 30% des revenus
Les dettes (crédits à la consommation et à l'habitat) des ménages auprès des banques et sociétés de financement absorbent en moyenne 30% de leurs revenus, selon une enquête de Bank Al-Maghrib portant sur plus de 225.000 dossiers. La charge de la dette par rapport au revenu est restée relativement stable sur les cinq dernières années avec des disparités selon les catégories socioprofessionnelles. Le taux d'endettement moyen des fonctionnaires ressort à 32,3% alors qu'il s'établit à 28,5% pour les salariés. Pour les professions libérales, le ratio dette/revenu se situe à 28,9% et 27,1% pour les retraités.
Le taux d'endettement d'1/4 de l'échantillon dépasse 40%. Dans cette population, 39,5% ont une charge de dette qui varie entre 51 et 70% de leurs revenus. Dans 1 cas sur 6 (16% des gens ayant un taux d'endettement supérieur à 40% ou 4% de l'échantillon global), le taux d'endettement est supérieur à 70%. Idéalement, la charge de la dette pour un ménage qui est propriétaire devrait se situer aux alentours de 55% recommandent les experts. Elle ne devrait pas dépasser 40% pour ceux qui n'ont pas encore un crédit immobilier.
F.Fa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.