Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Le futur hôpital de Guelmim hissera cette région au premier rang national en terme de capacité litière    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Coronavirus: les Marocains rapatriés de Wuhan ont quitté l'hôpital (VIDEO)    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Violence scolaire : Les nouvelles approches du ministère, selon Amzazi    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    L'OMP organise une session de formation sur la protection des droits des détenus    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Agadir : mise en échec d'une tentative de trafic de cigarettes et de tabac à narguilé    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Crédit du Maroc muscle son jeu    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Heureuse nouvelle pour Hamza Mendyl! (PHOTO)    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment sommes-nous devenus si cons?
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2020

De mensonges en manipulations, de complaisances en lâchetés, notre intelligence collective se délite jour après jour. Et pendant ce temps-là, les zélateurs d'une modernité triomphante célèbrent, stupidement, l'avènement d'un monde «nouveau» assujetti à la proximité et à l'immédiat, résigné à l'imprécision, soumis au prévisible, abandonné au consensus mou, séduit par le repli communautaire et dominé par la peur de l'autre.
Sommes-nous pour autant victimes -comme le voudrait Eric Zemmour- d'un complot ourdi par des forces obscures et barbares décidées à saper les fondements de notre civilisation? Non! Non! Rien de tout cela! Ne cherchons pas ailleurs qu'en nous-mêmes les responsables de cette décadence intellectuelle.
Nous avons oublié que, si nous devons résister à la passivité et à la bêtise, c'est certes pour nous-mêmes mais c'est surtout pour ceux qui nous survivront. Et c'est donc bien notre peur de regarder plus loin que nous (pas plus haut, plus loin!) qui nous a rendus si complaisants.
Tous coupables d'avoir négligé notre premier devoir: transmettre à nos enfants, par l'exemple des combats que nous aurions dû mener pour le vrai, le beau et le juste, ce «desiderio di sapere», cet amour du raisonnement rigoureux et de la réfutation exigeante.
Tout cela est aujourd'hui tenu pour ringard et terriblement ennuyeux, balayé par l'amalgame et l'éructation. Des gourous sectaires, haineux et stupides cherchent ainsi à nous tromper en dénonçant la diversité culturelle et la liberté religieuse comme l'ennemi qui menacerait notre cohésion sociale. Alors que c'est la délétion de notre intelligence collective et l'affaiblissement de notre langue commune qui nous ont rendus incapables d'analyser nos différences, de les reconnaître et d'en parler.
Sur les réseaux sociaux et dans la rue, ceux que l'on nomme abusivement le «peuple» sont portés par ces usurpateurs vers le racisme haineux, vers la tentation du fascisme, vers le renoncement aux valeurs universelles qui font de nous des Hommes. Tous risquent de voir un jour les mémoires vides de leurs propres enfants errer sans but dans un désert culturel, attirés par le reflet du premier écran, convaincus par le premier mot d'ordre. Ils auront alors perdu leur dernière bataille.
Errer dans un néant culturel
Nous sommes donc devenus cons parce que nous avons renoncé à cultiver notre intelligence commune comme on cultive un champ pour nourrir les siens. Trop de parents, d'enseignants, de responsables politiques sont devenus incapables de défendre les valeurs culturelles, sociales et spirituelles qui font notre cohérence et leur ont préféré les apparences identitaires, filles de l'entre-soi. Il n'est que temps de reprendre nos esprits.
Ceux qui renoncent aux valeurs universelles faisant de nous des Hommes, et à leur «devoir sacré de transmission», risquent de voir un jour «les mémoires vides de leurs propres enfants errer sans but dans un désert culturel, attirés par le reflet du premier écran, convaincus par le premier mot d'ordre», estime Alain Bentolila
Car, à quoi donc servirait-il de se battre pour léguer à ceux qui arrivent une planète «vivable» si leurs esprits sans mémoire et sans désir de comprendre étaient condamnés à errer dans un néant culturel? A quoi bon vivre si, à travers eux, rien de notre esprit ne nous survivait? A quoi bon vivre si l'on faisait du passé table rase et du futur une croyance? Sommes-nous condamnés à nous vautrer dans la prévisibilité d'un audiovisuel débile, à nous abandonner à l'aléatoire dangereux du web, à accepter que l'école devienne une machine de reproduction sociale, à tolérer que nos politiques insultent quotidiennement notre intelligence, enfin à laisser abîmer la spiritualité jusqu'à en faire un masque hideux?
Devoir sacré
A ceux qui sont contraints de confier trop tôt leurs tout-petits à «d'autres» tout en étant conscients de négliger la question essentielle de l'attachement; à ces jeunes qu'on livre à de dangereux manipulateurs sans leur avoir donné la formation intellectuelle nécessaire pour dénoncer leurs mensonges; à ceux qui, cachés derrière leur écran, n'osent plus regarder l'Autre dans les yeux; à ceux qui, prisonniers de l'entre-soi, sont terrorisés par l'inconnu et exaspérés par le différent; à ceux que l'hypocrisie, la bêtise et la barbarie ont détourné de l'élévation spirituelle; à tous je dis: «Pardonnez-nous! Nous avons collectivement péché contre le devoir sacré de la transmission».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.